AccueilPhilanthropie et pouvoir

Philanthropie et pouvoir

Revue Traverse

*  *  *

Publié le mercredi 19 janvier 2005 par Inès Secondat de Montesquieu

Résumé

Annonce

Traverse. Zeitschrift für Geschichte. Revue d'histoire Zürich: Chronos.

Call for Papers

Philanthropie et pouvoir

Souvent considérée comme une forme laïque de l’«amour du prochain», la philanthropie moderne s’est substituée aux conduites et institutions charitables d’Ancien Régime. Prenant corps dans le sillage de la révolution industrielle, s’institutionnalisant en réponse à la dite «question sociale» ou procédant, comme outre-Atlantique, de l’émergence du capitalisme de monopole, la philanthropie organisée a très tôt débordé de ses cadres communautaires ou nationaux: mondialisation aidant, elle présente aujourd’hui les dimensions d’une pratique planétaire. Caritatif autant que coercitif, le geste philanthropique n’a rien d’un phénomène résiduel. Tout au contraire, depuis le déclin de l’Ancien Régime, il encadre les transformations des sociétés contemporaines, montre de véritables poussées conjoncturelles et possède ses terres d’élection comme de destination.
Le numéro de Traverse pour lequel nous appelons à contribution voudrait interroger, sur une période courant à peu près de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, ces trois dimensions du fait philanthropique : quel rôle joue-t-il dans le contexte de la généralisation progressive des rapports marchands, que donne-t-il à voir des contradictions inhérentes au mode de production qui façonne ces rapports, que nous dit-il, enfin, des sociétés où il s’est imposé en étalon des vertus civiques, voire en modèle de civilisation?
Pour délimiter des pistes concrètes de recherches, Traverse propose trois thèmes généraux de réflexion regardant les rapports de pouvoir et les profits symboliques mis en jeu par la philanthropie :
- Les pratiques, institutions et associations philanthropiques en tant qu’elles sont, fort souvent, soit le fait d’individus en quête de légitimité, soit d’élites déchues cherchant à reconstruire des réseaux d’influences, ou encore de populations dominées oeuvrant à la reconnaissance de leurs droits (à l’instar des femmes philanthropes ou des sociétés philanthropiques féminines).
- La philanthropie dans ses rapports avec le règlement des conflits sociaux, mais aussi dans ses relations avec l’Etat sur le terrain de la politique sociale, de l’enseignement, de la culture ou de la fiscalité. Quel rôle joue, par ailleurs, la philanthropie savante dans la structuration et la diffusion des différents modèles de politique sociale? Y a-t-il, enfin, une conjoncture du fait philanthropique ?
- La philanthropie en tant qu’elle élargit — puisant au registre de la diffusion des Lumières, de l’action humanitaire, de l’aide au développement ou de la promotion de la démocratie — les aires de la sphère marchande, les intentions les plus louables se combinant, ici, à des projets de type hégémonique, engageant aussi bien les élites du centre que celles de la périphérie.

Nous aimerions que les contributions couvrent un large champ géographique et social, embrassent un espace temporel permettant la comparaison diachronique, toute étude de cas étant la bienvenue, à raison qu’elle rencontre l’une des trois thématiques précitées. Les langues d’expression sont l’allemand, le français, l’italien et l’anglais.
Le descriptif des propositions de contribution (3'000 signes maximum) est à envoyer jusqu’au 7 février 2005 à

malik.mazbouri@unil.ch

Malik Mazbouri
Institut d’Histoire Economique et Sociale
Faculté des Sciences Sociales et Politiques
1015 Lausanne, Suisse

Les propositions retenues feront l’objet d’un courrier d’ici au 15 février 2005 et les articles seront à livrer pour le 31 mai 2005

Lieux

  • Zurich, Confédération Suisse

Dates

  • lundi 07 février 2005

Contacts

  • Malik Mazbouri
    courriel : malik [dot] mazbouri [at] unil [dot] ch

Source de l'information

  • Janick Marina Schaufelbuehl
    courriel : JanickMarina [dot] Schaufelbuehl [at] unil [dot] ch

Pour citer cette annonce

« Philanthropie et pouvoir », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 19 janvier 2005, http://calenda.org/189796