AccueilHistoire de la FEN : nouvelles sources, nouveaux débats

*  *  *

Publié le jeudi 17 mars 2005 par Natalie Petiteau

Résumé

Annonce

L’histoire du syndicalisme enseignant, et notamment de son organisation dominante, la Fédération de l'Education nationale, suscite de nombreux travaux. Cet intérêt provient tant de la place originale occupée par la FEN dans le dispositif syndical français que de son influence sur les politiques éducatives et leur mise en œuvre par les gouvernements successifs. Pourtant, la nature du syndicalisme enseignant reste objet de débats et le besoin se ressent de croiser globalement les recherches. Dans ce but, plusieurs centres de recherche organisent ensemble un colloque : le Centre d’Histoire Sociale du XX° siècle de l’université de Paris I (CNRS UMR 8058), le Centre d’Etudes et de Recherche sur les Savoirs, les Arts et les Techniques, les Economies et les Sociétés de l’université de Lille III (CNRS UMR 8529), le Centre de Recherches Espace, Sociétés et Cultures de l’université Paris XIII, le centre Henri Aigueperse de l’UNSA-éducation et enfin le Centre des Archives du Monde du Travail (Archives nationales).

Pour stimuler cette confrontation, les historiens peuvent s’appuyer sur de nouvelles sources, depuis que l’UNSA-éducation, organisation issue de la Fédération de l’Education Nationale, a confié ses archives au CAMT. Leur réunion dans un lieu public offre une cohérence à de nouvelles recherches. Grâce à ces archives, on peut mieux cerner les discours avant leur médiatisation en suivant le cheminement des idées, les débats, les censures et les leitmotiv. Cela confirme-t-il les analyses précédentes, qui avaient utilisé le plus souvent des archives partielles, des publications syndicales et des témoignages d’acteurs ? Les archives de la FEN permettent-elles au contraire de déceler des opinions et des enjeux qui ne pouvaient être exprimés publiquement ? Les syndicalistes enseignants manifestent une grande propension à l’écriture. Comment étudier efficacement des organisations productrices de discours si nombreux ? L’abondance des sources implique des choix de la part du chercheur, qu’il est préférable d’expliciter.

Un second angle de travail est fourni par le comparatisme. Celui-ci permet de replacer la FEN dans son contexte social et national, et d’analyser ses spécificités. A partir de ces deux approches méthodologiques, le colloque offre l'occasion d’étudier l’histoire de la FEN en posant quatre grandes questions :

Identité et spécificité de la FEN

L’originalité de la FEN et de ses composantes se fonde sur leur fonction de construction et de représentation des identités enseignantes. Plusieurs sociologues évoquent à son sujet un processus de professionnalisation, entendu dans le sens d’une conquête collective d’une autonomie du groupe, grâce au statut de fonctionnaire garanti par l’Etat. Quelle est la pertinence de ce concept ? Quelle est l'ambition du syndicalisme enseignant français ? Porte-t-il un projet professionnel ?

Des comparaisons avec d’autres syndicalismes permettraient d’éclairer cette spécificité. Influencé par le mouvement ouvrier, le syndicalisme enseignant reste marqué par ses origines associatives. Sa nature duale correspond à la place médiane des enseignants dans le champ social. Elle pose la question de l’angle à privilégier pour une comparaison : ressemblent-ils aux professions libérales ? Doit-on plutôt les considérer comme des fonctionnaires, dont l’action syndicale procède des mêmes contraintes (un rapport ambigu avec l’Etat-patron, le rôle du statut de la fonction publique après 1945) ? Ou encore s’apparentent-ils à des corporations ouvrières à statut et solidement organisées, dans la perspective globale d’un syndicalisme de défense professionnelle ?

L’appréhension des questions politiques par la FEN

Les dirigeants de la FEN ont voulu s’imposer comme les promoteurs de l’unité syndicale et comme des partenaires écoutés des forces politiques. Quelles représentations sous-tendent les positionnements de la Fédération sur les grandes questions politiques, notamment celles liées à la décolonisation ? Ces questions s’imposent d’autant plus que la FEN officialise les aspects politiques de l’action syndicale. Elle organise sa vie syndicale sur la base des tendances. Celles-ci jouent-elles un rôle de mandataires des partis politiques de gauche ou expriment-elles d’autres clivages ? Quel est l’impact de leur activité sur l’unité de la FEN ? A-t-on surévalué l’originalité de ce système d’expression du pluralisme interne ?

La FEN et son réseau associatif

La puissance de la FEN dans le système éducatif provient aussi de son réseau associatif et mutualiste. Quelle relation entretient-elle avec lui, notamment en terme de carrières militantes ? Quel est le poids économique de ce qu'on a appelé « l'empire » de la FEN, et quel usage en a-t-il été fait ?

La FEN et l’enseignement

Une autre manière de décrypter la nature du syndicalisme enseignant consiste à analyser les effets de son action. La FEN participe à la gestion de l’Education nationale. Quelles priorités se fixent la Fédération et ses syndicats nationaux dans leur intervention auprès des autorités politiques et administratives ? Les réformes de structure comptent-elles autant que les revendications salariales ? Les pratiques pédagogiques suscitent-elles des propositions novatrices ou peut-on accréditer la réputation de corporatisme conservateur des syndicats enseignants ? La nature de ce syndicalisme émane aussi des spécificités de son milieu d’accueil. L’exercice solitaire de leur métier et leur formation initiale marquent les enseignants. Constituent-ils des freins à leur syndicalisation, ou au contraire une incitation ?

Le colloque couvre l'ensemble de l'histoire de la FEN de la naissance de la Fédération générale de l'Enseignement (1928) à son éclatement (1992).Un programme provisoire a été établi par le conseil scientifique, mais quelques communications peuvent encore être ajoutés, si elles abordent l’un des thèmes exposés dans cet appel.

Les propositions devront comprendre un titre, une problématique d’une quinzaine de lignes, comprenant les sources et l’aspect méthodologique, et un CV très succinct.

Programme provisoire

Introduction : Laurent Frajerman

Table ronde : collecte, traitement et usage des archives syndicales

Anne Bailly (CAMT), Laurence Bénichou, Guy Putfin, Alain Dalançon animée par Françoise Bosman

La FEN et la pédagogie

Jean-Claude Ruano-Borbalan : Corporatisme ou projet idéologique ? Le SNI face aux réformes de l’enseignement. 1945 – 1969

Michael Attali : La FEN face aux projets éducatifs du SNEP et du SNEEPS (1958-1984)

Guilhem Véziers : La cohésion de la FEN au regard de la place d’une discipline « mineure » : l’éducation physique (1928-1957

Identité de la FEN et de ses syndicats

André Robert : Le SNI et le corps des PEGC : du trouble à la conversion ; une recomposition identitaire (1955-1975)

Julien Veyret : La FEN et la gestion syndicale : l’exemple du SNET

Yves Verneuil : Le conseil supérieur de l’Education nationale : un enjeu dans la définition du rôle du syndicalisme. L’exemple de l’enseignement secondaire (1928-1960)

Charlotte Siney : Syndicalisme et mutualité enseignante, des relations complexes, de la Libération aux années 1970.

Yolande Le Gallo : Education ouvrière, éducation nationale et mouvement syndical dans l’entre-deux-guerres

Guy Putfin : Le secteur revendicatif de la FEN, 1968-1986

Quelle spécificité du syndicalisme enseignant ?

Bruno Poucet : La FEN, la CFDT et la question de la laïcité de 1964 aux années 1970

Robi Morder : Comparaison FEN et UNEF. 1945-1980

Christian Chevandier : Années 1970 : les mouvements sociaux des enseignants parmi ceux du secteur public ?

La FEN et les grands débats idéologiques

Laurent Frajerman : Représentation et prise en compte des minorités dans le syndicalisme français : l’originalité de la FEN (1944-1968)

Loïc Le Bars : De la majorité de la Fédération Unitaire de l’Enseignement au courant Ecole Emancipée de la FEN (1933-1950)

Simon Duteil: Les syndicalistes de la FEN aux colonies (1945-1960)

Rémi Skoutelsky : La FEN et la guerre d’Algérie, à la lumière des archives fédérales.

Alain Dalançon : La formation des maîtres du second degré : un enjeu déterminant dans la FEN (1967-1973)

Table ronde conclusive : les nouveaux paradigmes de l’étude du syndicalisme enseignant

René Mouriaux, André Robert , Laurent Frajerman, Guy Brucy, Jacques Girault, animée par Antoine Prost

Lieux

  • Roubaix, France

Dates

  • jeudi 11 mai 2006

Contacts

  • Laurent Frajerman
    courriel : laurent [dot] frajerman [at] institut [dot] fsu [dot] fr

Source de l'information

  • Laurent Frajerman
    courriel : laurent [dot] frajerman [at] institut [dot] fsu [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Histoire de la FEN : nouvelles sources, nouveaux débats », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 17 mars 2005, http://calenda.org/189998