AccueilGrecs d’Anatolie et d’Istanbul

Grecs d’Anatolie et d’Istanbul

De 1821 à 1964 : état des lieux et perspectives de la recherche

*  *  *

Publié le lundi 21 mars 2005 par Inès Secondat de Montesquieu

Résumé

Annonce

Colloque international :

Grecs d’Anatolie et d’Istanbul

De 1821 à 1964 : état des lieux et perspectives de la recherche

Διεθνες συνέδριο : Ρωμιοί της Μικράς Ασίας και της Κωνσταντινούπολης

Από το 1821 έως το 1964 : απολογισμός και προοπτικές έρευνας

International conference: Greeks of Anatolia and Istanbul

From 1821 to 1964: current research and perspectives

Présentation

En abordant l’histoire des Grecs d’Anatolie et d’Istanbul, nous nous proposons d’étudier l’histoire socioculturelle d’un groupe humain non territorial, dans son contexte impérial pluriséculaire et celui de la construction des États-nations grec puis turc. Même après 1821 en effet, la plupart des Grecs orthodoxes continuaient à vivre hors des frontières du nouvel État hellénique. Cette situation ne prit fin qu’avec les expulsions de septembre 1922, le traité international d’échange obligatoire des populations entre la Grèce et la Turquie kémaliste de 1923, et trouva son épilogue ultime, semble-t-il, en 1955, puis 1964, lors des derniers départs massifs des Grecs orthodoxes d’Istanbul, où seule une communauté de quelques centaines de personnes se maintient encore.

Jusqu’au début du XXe siècle, la population rum prospérait sans être titulaire du territoire où elle se trouvait, étant à la fois chez elle et inscrite dans un cadre étatique musulman, tout en côtoyant tous les jours d’autres groupes humains qui vivaient, en partie, selon leurs propres références linguistiques, religieuses, juridiques et politiques. Il s’agissait d’une expérience aux antipodes du quotidien des citoyens de l’État-nation grec. Cette tradition de vie dans le cadre impérial ottoman fut mise à mal, en premier lieu, par le nationalisme néo-hellénique, puis par celui des Turcs. L’étude des populations non musulmanes, en particulier grecques orthodoxes, de l’Empire a longtemps été accaparée par de nombreuses monographies descriptives, très précises, mais souvent œuvres de réfugiés nostalgiques et peu formés. Cependant, l’effort de documentation et de publication du Centre d’Études d’Asie Mineure a contribué à une approche différente. Ainsi, depuis quelques années, d’autres ouvrages, plus méthodiques et dégagés du nationalisme étatique, ont été publiés. Ce renouveau d’intérêt trouve un écho et son pendant en Turquie. L’enjeu de la rencontre sera donc de déconstruire les discours trop lisses de l’histoire grecque moderne, mais aussi, dans un même temps, ceux de l’histoire turque, voire des autres groupes humains voisins. Les perspectives actuelles d’apaisement définitif des relations gréco-turques invitent plus que jamais à l’examen serein et minutieux de ce passé commun.

Le colloque Grecs d’Anatolie et d’Istanbul, co-organisé par l’EFA et le CEAM, en collaboration avec l’IFEA, se propose de donner la parole principalement à des historiens, sans exclusive toutefois. Les propositions des jeunes chercheurs sont les bienvenues. Le colloque aura lieu les 24 et 25 février 2006, à l’EFA. Une vingtaine d’orateurs présenteront leur exposé en 20 minutes maximum, en français, en grec ou en anglais. Chaque unité thématique sera suivie d’une discussion. Les grands axes suivants de l’expérience historique des Rums pourront être abordés :

a. Place du religieux pour les Rums

b. Les Rums dans l’économie et la vie professionnelle de l’Empire et de la région

c. La vie culturelle profane des Rums : littérature, journalisme, musique, sports

d. Persister dans sa différence : les mécanismes communautaires et privés de cohésion sociale et d’éducation

e. Les activités politiques des Rums : entre sujétion et citoyenneté

f. Hommes et femmes rums : rapports de genres en changement

Informations pratiques

Les propositions d’intervention de 350 mots, qui indiqueront l’axe général du propos, et seront accompagnées d’un bref curriculum vitae devront nous parvenir avant le 15 juin 2005, à l’adresse suivante : romioi.rumlar@efa.gr.

Les orateurs invités auront la possibilité d’être logés à l’EFA. Les frais de transport pourront être partiellement pris en charge, selon la situation géographique et institutionnelle des candidats.

Les actes du colloque seront réunis dans un volume coédité par l’EFA et le CEAM. À cette fin, les textes définitifs devront être prêts pour le 15 mai 2006.

Stavros Anestidis, directeur exécutif du Centre d’Études d’Asie Mineure

Pierre Chuvin, directeur de l’Institut français d’Études Anatoliennes, İstanbul

Hervé Georgelin, membre scientifique, École Française d’Athènes

Lieux

  • Athènes
    Athènes, Grèce

Dates

  • mercredi 15 juin 2005

Contacts

  • Hervé Georgelin
    courriel : romioi [dot] rumlar [at] efa [dot] gr

Source de l'information

  • Hervé Georgelin
    courriel : romioi [dot] rumlar [at] efa [dot] gr

Pour citer cette annonce

« Grecs d’Anatolie et d’Istanbul », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 21 mars 2005, http://calenda.org/190014