AccueilJournée d'étude: "Rousseau : philosophie et économie"

*  *  *

Publié le mercredi 20 avril 2005 par Claire Lemercier

Résumé

Le PHARE (Pôle d'Histoire de l'Analyse et des Représentations Economiques, Universités Paris I et Paris X, CNRS) organise le samedi 4 juin 2005 une journée d'étude consacrée à Rousseau. Intitulée "Rousseau : économie et philosophie", cette journée réunira trois économistes et trois philosophes qui confronteront leurs lectures de Rousseau

Annonce

Le PHARE organise une journée d’étude

« ROUSSEAU : ECONOMIE ET PHILOSOPHIE »

le samedi 4 juin 2005

à la Maison des Sciences économiques. 6ème étage.

Programme

10h00 : Claire Pignol (économiste, université de Paris I) : Y a-t-il pour Rousseau une bonne division du travail ?

10h45 : Céline Spector (philosophe, université de Bordeaux III) : Rousseau : éthique et économie.

11h30 : pause

12h00 : Arnaud Berthoud (économiste, université de Lille I) : La notion de travail dans l’Emile.

12h45 : déjeuner

14h30 : Elena Pulcini (philosophe, université de Florence) : « Passions de l'utile, passions du Moi. Rousseau et les pathologies de l'individu moderne »

15h15 : Jimena Hurtado : (économiste, université de Los Andes, Bogota) : « Rousseau, les lois naturelles et l’art du gouvernement : l'économie politique comme ‘art des exceptions’ »

16h00 : pause

16h30 : Catherine Larrère (philosophe, université de Paris I) : Pourquoi en veut-on à Rousseau de n’être pas économiste ?

17h15 : Table ronde

18h30 : Cocktail

Organisation

Claire Pignol (cpignol@yahoo.fr). Dorothée Picon (dorothee.picon@wanadoo.fr)

PHARE – Pôle d’Histoire de l’Analyse et des Représentations Economiques

Maison des Sciences Economiques, 106-112 boulevard de l’Hôpital

75013 Paris. (métro Campo-Formio)


Présentation

« Travail et richesses, besoins et désirs, luxe, commerce, argent » : Rousseau partage avec la théorie économique – de son époque et de la nôtre – un vocabulaire qui témoigne de préoccupations communes. Comme les économistes, il recherche les conditions qui permettraient de concilier bonheur des individus et prospérité de l’État.

Pourtant, entre l’œuvre de Rousseau et la théorie économique, le dialogue est difficile à établir. D’abord du fait de la méfiance de Rousseau à l’égard de l’économie et des économistes qui lui sont contemporains, avec lesquels il est manifestement peu désireux d’entrer en discussion. A cette méfiance correspond chez les économistes une indifférence aux analyses de Rousseau : aujourd’hui encore, à l’exception notable de Bertil Friden pour qui l’œuvre économique de Rousseau annonce les analyses de Sen ou d’Akerlof, Rousseau suscite davantage l’intérêt des philosophes qui s’intéressent à l’économie que des économistes eux-mêmes. Cette difficulté à faire dialoguer aujourd’hui la pensée de Rousseau avec la théorie économique est évidemment redoublée par le fait que les débats économiques, à l’époque où Rousseau écrit, ne s’expriment pas dans un cadre théorique unifié. Ses objections aux thèses des mercantilistes, des physiocrates ou des défenseurs du luxe, sont souvent difficilement intelligibles dans le cadre de la pensée économique - classique puis néo-classique ­- qui, depuis, s’est élaborée.

L’hypothèse de cette journée d’étude est qu’un tel dialogue entre Rousseau et la théorie économique peut s’établir à travers une confrontation entre économistes et philosophes, à partir d’une interrogation sur la nature de la critique que Rousseau adresse à l’économie et aux économistes. Cette critique est double, puisque Rousseau s’oppose à la fois à des faits (le développement du commerce et de l’échange monétaire) et aux discours des économistes sur ces faits ; elle soulève au moins deux séries de questions.

La première porte sur la définition, selon Rousseau, d’une « bonne économie » : son hostilité au développement de l’échange monétaire, sa préférence affichée en faveur de l’autarcie, s’accompagnent-elles d’un projet d’organisation alternative des relations économiques ? Le modèle de Robinson proposé à Émile ou l’économie domestique de Clarens doivent-ils par exemple être compris comme des alternatives à l’économie marchande ? ou bien l’économie domestique et l’économie politique - conçue comme l’administration du gouvernement - relèvent-elles de questions et d’analyses différentes ?

La seconde concerne la nature du discours de Rousseau sur l’économie : son opposition aux économistes relève-t-elle d’une conception archaïque des relations sociales ? son œuvre se borne-t-elle à témoigner de la permanence d’une tradition philosophique, qu’elle soit d’origine platonicienne ou aristotélicienne, qui voit dans l’économie une menace pour la vie politique ? Ou bien, tenant compte des transformations des relations économiques, ajoute-t-elle à cette tradition des éléments nouveaux ? Sa critique des relations marchandes en annonce-t-elle d’autres, comme par exemple celle de Marx ?

Parce que les idées économiques de Rousseau prennent leur origine dans une anthropologie concurrente de celle de la théorie économique, leur examen ne doit pas se réduire à l’étude du Discours sur l’économie politique, mais peut, au contraire, intégrer non seulement les œuvres politiques et l’Émile, mais aussi les œuvres romanesques et autobiographiques. La comparaison avec d’autres auteurs, qu’ils lui soient antérieurs, contemporains ou postérieurs, sera bienvenue. L’hypothèse que nous formons est que cette démarche favorise l’expression d’idées aujourd’hui exclues de la problématique imposée par la théorie économique. Une meilleure compréhension des motifs du rejet qu’exprime Rousseau à l’égard de l’économie et des économistes pourrait alors nous éclairer sur les présupposés implicites de la théorie économique.

Lieux

  • Paris, France

Dates

  • samedi 04 juin 2005

Fichiers attachés

Contacts

  • Claire Pignol
    courriel : cpignol [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Claire Pignol
    courriel : cpignol [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Journée d'étude: "Rousseau : philosophie et économie" », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 20 avril 2005, http://calenda.org/190152