AccueilParadoxes dans les rapports sociaux de sexe ?

*  *  *

Publié le mercredi 04 mai 2005 par Inès Secondat de Montesquieu

Résumé

Annonce

Paradoxes dans les rapports sociaux de sexe?


Colloque organisé par
l'association suisse Femmes Féminisme Recherche
avec la collaboration du Comité de recherche genre de la Société suisse de sociologie


Le vendredi 17 mars 2006 - Bâtiment central de l'Université de Berne

Appel à Contributions

Délai pour les résumés : 15 juillet 2005

Ces dernières décennies «l'égalité» entre femmes et hommes semble avoir sérieusement progressé dans les pays occidentaux, du moins sur le plan des législations. En Suisse en particulier, 2006 marque deux anniversaires dans l'histoire de l'égalité femmes/hommes. En effet, le principe de l'égalité des droits a été inscrit dans la Constitution helvétique en 1981, et la Loi fédérale sur l'égalité entre femmes et hommes est entrée en vigueur en 1996. Ainsi la discrimination formelle et matérielle a été interdite par la loi.

Il est temps, après 25 ans, de tirer un bilan des réalités politiques, sociales et professionnelles des femmes : Qu'en est-il concrètement? Quelles dynamiques se sont mises en place cette dernière décennie en matière d'égalité? La situation des femmes évolue-t-elle en Suisse, et si oui, dans quel sens et dans quels domaines? Les rapports sociaux de sexe ont-ils changé ou subi des reconfigurations? Lesquelles? Répondre à de telles questions n'est pas chose facile.

La recherche sur les femmes et les Etudes Genre, qui s'enracinent dans le mouvement féministe, identifient des tendances au changement et à l'inertie des rapports sociaux de sexe dans différents domaines de la société - tels la famille, la formation, les politiques sociales, le droit, le marché du travail, etc. Par exemple, le taux de femmes salariées augmente continuellement, mais, en Suisse, une grande partie des femmes occupent des postes à temps partiel et restent responsables du travail ménager et de l'éducation des enfants. Et bien que le niveau de formation des femmes ait rejoint celui des hommes, les choix des études et des professions restent fortement sexués. Par ailleurs, le plus souvent les femmes n'arrivent pas à faire valoriser leurs diplômes sur le marché du travail pour obtenir les postes et salaires correspondants à leurs qualifications ou à leurs compétences.

Jusqu'à présent, les résultats ne sont pas clairs : s'agit-il d'inégalités temporaires ou avons-nous affaire à des développements sociaux contradictoires et/ou paradoxaux ? Les outils théoriques développés jusqu'à présent par les féministes permettent-ils d'expliquer les rapports sociaux de sexe dans leurs reconfigurations actuelles ?
L'existence naturelle de « femmes » et d'« hommes » n'est pas questionnée dans la plupart des analyses genrées des inégalités. Selon la perspective (dé)constructiviste adoptée en Etudes Genre, l'organisation du monde en deux sexes doit être comprise comme contingente. L'idée que les catégories « femmes » et « hommes » renvoient à des essences différentes fait partie intégrante de la logique patriarcale. Pourquoi le sexe reste-t-il le principe structurant fondamental de l'ordre social ? Et comment le sexe et le genre (en tant que système binaire et hiérarchisé) sont-ils continuellement (re)produits dans les divers champs de la société ?

Dans le cadre de ce colloque, nous encourageons des contributions qui interrogent sous un angle théorique ou empirique l'évolution ou la permanence relative des rapports sociaux de sexe et ce à plusieurs niveaux :
- sur le plan des interactions sociales et des pratiques culturelles, au sein desquelles le sexe, les identités sexuelles ainsi que les différences ou les rapports de pouvoir sont construits entre individus ;
- sur le plan des processus structurels de constitution du sexe et des rapports sociaux de sexe ;
- sur le plan de la situation des rapports sociaux de sexe au sein des institutions et organisations

Nous invitons les participant·e·s à ne pas limiter leurs présentations à des situations actuelles, et à poser la question de la permanence ou de l'évolution relative des rapports sociaux de sexe en portant une attention particulière aux paradoxes, aux contradictions et aux discontinuités qui les constituent. Les contributions doivent intégrer la perspective de genre dans leurs analyses. Elles doivent aussi se demander si les avancées sur l'un des niveaux peuvent être contrariées par des tendances inverses à d'autres niveaux.



Les contributions seront présentées dans des ateliers. Chaque présentation de 20 minutes sera suivie de 20 minutes de discussion. Les propositions se basant sur des cas concrets et comportant un caractère interdisciplinaire seront particulièrement bienvenues.
Toute proposition de contribution doit indiquer clairement la perspective de recherche, ainsi que la méthode et les premiers résultats. Les propositions sont à envoyer pour le 15 juillet 2005, d'une longueur d'une page A4 (maximum 3500 signes, espaces inclus), avec un titre provisoire. Le document doit être envoyé en attaché à info@femwiss.ch.
Les textes seront évalués anonymement par le comité scientifique. Si la proposition est retenue (sélection en octobre 2005), le texte de la contribution sera demandé pour le colloque, dans la perspective d'une éventuelle publication des actes du colloque.



Comité d'organisation :
Sabin Bieri, Monique Dupuis, Anne-Françoise Gilbert, Tomke König, Sabine Kradolfer, Ursula Lipecki, Gaël Pannatier, Anne-Françoise Praz, Anita Sandmeier, Corinna Seith



Informations supplémentaires :
Association Femmes Féminisme Recherche, Secrétariat, Blaumatt 3, CH - 3250 Lyss
info@femwiss.ch, Tel : 0044 (0)32 385 37 25. Site : www.femwiss.ch

Lieux

  • Berne (Suisse)
    Berne, Confédération Suisse

Dates

  • vendredi 15 juillet 2005

Contacts

  • FemWiss #
    courriel : info [at] femwiss [dot] ch

Source de l'information

  • Gaël Pannatier
    courriel : Gael [dot] Pannatier [at] unil [dot] ch

Pour citer cette annonce

« Paradoxes dans les rapports sociaux de sexe ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 04 mai 2005, http://calenda.org/190205