Accueil3ème Congrès international du management de la qualité dans les systèmes d'éducation et de formation

*  *  *

Publié le dimanche 17 juillet 2005 par Natalie Petiteau

Résumé

CIMQUSEF'2006, le grand événement annuel de l'AMAQUEN, sera organisé cette année sous le thème:"L'efficience des processus de production des compétences entre employabilité et cohésion socioculturelle" du 24 au 26 avril 2006 à Rabat (MAROC).

Annonce

Le troisième congrès international du management de la Qualité dans les systèmes d'éducation et de formation

CIMQUSEF'2006

Rabat, les 24, 25 et 26 avril 2006

Thème du congrès: "L’efficience des processus de production des compétences entre employabilité et cohésion socioculturelle"

Appel à communication

Cet appel à communication s'adresse aux professionnels,
chercheurs et consultants qui s'intéressent à la qualité des systèmes d'éducation et de formation, pour le troisième Congrès international du management de la qualité dans les systèmes d'éducation et de formation qui sera organisé les 24, 25 et 26 avril 2006 à Rabat (Maroc).

Ce congrès sera organisé sous le thème: "L’efficience des processus de production des compétences entre employabilité et cohésion socioculturelle"

L'objectif du cimqusef'2006 est d'approcher la problématique de l'efficience des processus de production des compétences par rapport à la philosophie éducative adoptée. Le congrès ne s’intéressera pas aux processus de mesure et d’évaluation car on cherchera surtout comment construire et atteindre cette efficience et non pas comment la constater. Il en découle une question cruciale: quelle influence du choix de la philosophie éducative sur l'efficience des processus de production des compétences?

Pour répondre à cette question de fond on propose trois axes de réflexion:

  1. Axe n°1: Comment construire, maintenir et améliorer l'efficience des processus de production des compétences en vue d'une meilleure employabilité?

A travers cet axe on cherchera à proposer des réponses aux questions suivantes:

    • Comment mettre à profit l’approche processus pour réussir le pilotage stratégique du système éducatif en vue de garantir l'employabilité des sortants?
    • Quels rôles devront jouer les employeurs dans la construction de l'efficience des systèmes de formation?
    • Comment procéder pour impliquer les employeurs dans les décisions prises au niveau des systèmes éducatifs?
    • Devrons-nous généraliser l'influence du concept de l'employabilité à tous les niveaux de l'enseignement ou seulement aux formations professionnalisantes?
    • Comment adapter les processus pédagogiques à la finalité de l'employabilité?
    • Quels sont les déterminants de leur efficience?
    • L'employabilité serait-elle l'affaire exclusive de l'école? Les concepts de validation des acquis de l'expérience et de la formation tout au long de la vie ne réfutent-ils pas cette thèse?
    • Faut-il assujettir complètement les systèmes d'éducation et de formation aux exigences du marché de l’emploi ? Resterait-il dans ce cas une place pour les « compétences » socioculturelles et la dimension humanitaire?
    • Ne risquerait-on pas de privilégier les compétences d’efficience économique et de productivité au détriment de valeurs plus humaines ?
    • Le concept d’employabilité ne va-t-il pas à l’encontre de celui de citoyenneté au sens large du terme synonyme d’apport positif à la communauté d’appartenance et à l’humanité toute entière ?
    • Faut-il viser l’efficience économique des processus éducatifs en privilégiant le facteur de l’employabilité ?
  1. Axe 2: Comment construire, maintenir et améliorer l'efficience des processus de production des compétences en vue d'une meilleure cohésion socioculturelle?

A travers cet axe on cherchera à proposer des réponses aux questions suivantes:

    • Comment améliorer l’interaction des processus d’apprentissage et d’enseignement pour atteindre l’efficience pédagogique ? Quels sont les déterminants de cette efficience ?
    • Comment diversifier les parcours pédagogiques en réponse à la diversité des demandes scolaires ?
    • La décentralisation des décisions et l’autonomie de gestion favorisent-ils l’apprentissage ?
    • Comment rendre l’efficience des processus synonyme de réussite individualisée des élèves ?
    • Comment anticiper sur les évolutions de la société pour définir les politiques éducatives ?
    • Comment la pédagogie contribuerait-elle à apprendre aux apprenants à partager avec les autres et à intégrer les valeurs nobles de l’humanité ?
    • Quels rôles devront jouer les différents acteurs éducatifs dans la concrétisation d’une telle pédagogie ?
    • Peut-on garantir l’efficience socioculturelle des systèmes éducatifs en privilégiant uniquement l’intégration sociale et la préservation de l’identité culturelle ?
    • Qu'entendrait-on dans ce cas par efficience pédagogique?
  1. Axe 3: Comment concilier les objectifs de l'employabilité et de la cohésion sociale en vue d'améliorer l'efficience des processus éducatifs?

A travers cet axe on cherchera à proposer des réponses aux questions suivantes:

  • Est-il possible de conjuguer les deux visions en une seule intégrant les trois aspects économique, socioculturel et pédagogique ? Comment procéder dans ce cas ?
  • Comment gérer les contradictions et interférences qui peuvent se présenter ?
  • Quelles priorités adopter pour faire face à de telles difficultés ?
  • Comment déterminer les valeurs et les compétences de base en harmonie avec les défis de l'employabilité, mais intégrant en même temps les facteurs socioculturels?
  • Quelle relation entre l’efficience des processus éducatifs et la qualité de l’éducation ?
  • Quelles priorités adopter pour gérer ces processus ?
  • Quel est l’impact des programmes internationaux d’évaluation des élèves (PISA, TIMSS, etc.) sur l’amélioration de l’efficience des processus ?
  • Comment définir des politiques éducatives prenant en compte à la fois l'employabilité et la dimension socioculturelle?
  • Quelles méthodologies et quels outils utiliser pour déployer ces politiques ?
  • Quelle influence de la pression économique sur le choix du mode de financement des systèmes éducatifs (public, privé ou mixte)?

Les communications relatant une expérience ou présentant un papier de recherche sont à envoyer en texte intégral avant le 25 novembre 2005.
Les propositions de communication en format pdf (et une copie en format word) sont à envoyer à l’adresse suivante : cimqusef2006@amaquen.org (avec une copie à: amaquen@yahoo.fr)
Elles comporteront les informations suivantes :

  • Nom et prénom du (des) auteur(s).
  • Titre(s), fonction(s), institution(s) du (des) auteur(s)
  • Coordonnées (adresse, tél., e-mail) du (des) auteur(s).

Les communications, de huit pages, sont à soumettre en fonte Times New Roman 11, interligne 1.5. Sur les deux premières pages, mentionner :

  • Nom du congrès.
  • Titre de la Communication.
  • Résumé (1000 caractères au maximum) en anglais et en français.
    Et sur la première page seule : Nom du (des) auteurs.

Nous attirons enfin votre attention sur le fait que seules les communications accompagnées d'une inscription d'au moins un des auteurs au congrès seront publiées dans les actes.

Dates importantes

25 novembre 2005

Date limite de réception des communications

27 janvier 2006

Notification de l'avis du comité scientifique aux auteurs

03 mars 2006

Réception de la version finale des communications

24, 25 et 26 avril 2006

Congrès

Pour plus d'informations, veuillez consulter le site http://www.amaquen.org/manifestations.htm

Catégories

Lieux

  • Rabat, Maroc

Dates

  • vendredi 25 novembre 2005

Fichiers attachés

Contacts

  • Abdennasser Naji
    courriel : naji [at] amaquen [dot] org

Source de l'information

  • Abdennasser Naji
    courriel : naji [at] amaquen [dot] org

Pour citer cette annonce

« 3ème Congrès international du management de la qualité dans les systèmes d'éducation et de formation », Appel à contribution, Calenda, Publié le dimanche 17 juillet 2005, http://calenda.org/190415