AccueilLes mondes ruraux à l'épreuve des sciences sociales

*  *  *

Publié le jeudi 13 octobre 2005 par Claire Lemercier

Résumé

LE PROGRAMME CONTEMPORAIN DES SCIENCES SOCIALES APPLIQUE AUX MONDES RURAUX

Annonce

JUSTIFICATIF :

LE PROGRAMME CONTEMPORAIN DES SCIENCES SOCIALES APPLIQUE AUX MONDES RURAUX

Autour d’une thématique large sur les « mondes ruraux », l’objectif de ce colloque est de dresser les perspectives offertes aujourd’hui par le renouvellement des travaux en sciences sociales, qui modifie le regard posé sur de tels objets.
Depuis le début des années 1990, la diffusion dans les sciences sociales des travaux d’ethnographie sociologique, de la socio-histoire (initiée en histoire et science politique pour l’analyse de l’Etat et des institutions), de la nouvelle sociologie économique (l’étude de la construction des marchés ou plus récemment l’ethnographie des transactions), de la sociologie des réseaux et de la modélisation des interactions… conduisent à un renouvellement scientifique qui déplace d’autant le regard et les connaissances de ceux qui importent ces méthodologies pour l’analyse des mondes ruraux. Parallèlement, l’importation des outils de l’économie géographique dans l’analyse des espaces ruraux, la pérennité d'une discipline historique fédératrice en matière d'études rurales, la prolongation d’une géographie sociale et d'une ethnologie de la France toutes deux décentrées de problématiques exclusivement rurales, les collaborations entre juristes et social scientists autour des questions juridiques et de réglementations (foncières, environnementales,…) constituent autant d’indices de l’émergence de nouvelles innovations interdisciplinaires à même de redéfinir le programme des études rurales. Autour de ce terrain commun, les « mondes ruraux » quels sont les nouvelles problématiques, les nouveaux objets, les perspectives méthodologiques issus de ces courants innovants des sciences sociales ? L’ambition de ce colloque est ainsi de contribuer à agréger les travaux actuels de sciences sociales qui rénovent les problématiques et les objets classiques de l’ethnologie de la France et de la sociologie rurale en s’appuyant sur les acquis constructivistes des sciences sociales. Il s’articule autour d’une double question : celle de l’historicité des sociétés étudiées permettant de dévoiler les crises et mutations des structures contemporaines d’encadrement des mondes ruraux, qu’il s’agit de décrire et d’analyser à partir des pratiques sociales concrètes ; celle de l’historicité du regard scientifique porté sur les mondes ruraux visant notamment à cerner la singularité des approches contemporaines par rapport aux travaux antérieurs. Sa dimension internationale devra permettre de confronter l’état des recherches en France à celui d’autres pays et continents.

QUELLES COMPOSITIONS DES POPULATIONS RURALES ET PERI-URBAINES ?

Pour la première fois dans l’histoire humaine mondiale, le nombre de citadins dépasse en 2005 celui des ruraux. Si cette inversion dans l’équilibre de l’implantation des populations marque l’aboutissement de la « ville monde » comme organisatrice de l’espace humain contemporain, les sciences sociales ne peuvent se résoudre à une lecture univoque qui fait des mondes ruraux des espaces soit désertifiés, soit colonisés. Il ne s’agira pas ici de nier ces grandes tendances, mais de les questionner précisément à partir de données empiriques originales : le vaste mouvement de périurbanisation est-il uniforme et linéaire ? Quelles catégories sociales concerne-t-il et délaisse-t-il ? Quelles activités économiques et sociales déclinent ou émergent dans les espaces ruraux et périurbains ? Quelles relations sociales s’établissent dans ces espaces, quelles sont les modalités actuelles d’appropriation territoriale ?

TRANSFORMATIONS DE L’ENCADREMENT DES MONDES RURAUX

Le souci de la temporalité de l’action sociale propre à nombre des travaux contemporains est l’occasion de traiter de nouveaux objets. Un axe privilégié par le colloque sera d’interroger les formes d’encadrement des mondes ruraux, tant celles-ci semblent s’être particulièrement renouvelées dans les dernières années ou décennies, tant également ils semblent constituer une des caractéristiques du regard contemporain des sciences sociales.
L’encadrement administratif (les lois d’intercommunalité notamment), l’encadrement politique (implantation de nouveaux partis, mutation du personnel politique local), l’encadrement professionnel et syndical (le rôle des Chambres d’Agriculture, la percée de la confédération paysanne), la production de normes juridiques et réglementaires (politiques publiques agricoles ou environnementales, place des scientifiques dans le jeu politique) l’encadrement scolaire dans les villages, l’enseignement agricole, le déclin des pratiques religieuses, la multiplication d’associations culturelles et touristiques,la crise des pratiques de chasse, les reconfigurations des commerces (grandes surfaces et ambulants) ou des services (sociaux, médicaux, paramédicaux, d’assistance…) sont autant de structurations des mondes ruraux en évolution dessinant un paysage social différencié par rapports aux travaux conduits précédemment.

HISTORICITE ET RENOUVELLEMENT DU REGARD SCIENTIFIQUE

Si l’historicité des sociétés étudiées devra constituer une trame structurante des interventions, il s’agira par ailleurs de mesurer l’historicité du regard scientifique sur les mondes ruraux à l’aune des catégories de pensées évolutives des sciences sociales.
Nous souhaiterions ainsi faire l’inventaire d’un héritage bibliographique. Revenir sur l’historicité des approches scientifiques permet de mieux saisir quelles ont été les problématiques et les objets prioritairement étudiés dans l’historiographie de la seconde moitié du XXème siècle. Ainsi, dans le cas de la France, l’ethnologie est largement dominée de l’après-guerre aux années 1970 par le modèle scientifique du Musée des Arts et Traditions Populaires : il s’agissait prioritairement d’étudier les pratiques et mentalités populaires des communautés rurales traditionnelles en extinction. A partir des années 1970, conservant le cadre d’analyse monographique, l’anthropologie structurale a ouvert de nouvelles perspectives en se centrant sur la parenté paysanne. Par ailleurs, au Centre d’études sociologique du CNRS et à l’INRA principalement, la sociologie rurale s’intéressait à la modernisation décrétée par les politiques publiques agricoles, souhaitant transformer le paysan en agriculteur promis à devenir un chef d’entreprise comme les autres. Le partage des objets entre ethnologie et sociologie recouvre alors l’opposition entre tradition et modernité. Cette dichotomie a longtemps structuré les études rurales. Est-elle la seule ? Quelles pratiques de recherches alternatives ont existé ailleurs, en Europe ou sur d’autres continents ? Quelles perceptions des mondes ruraux ont ensuite été proposées par la sociologie bourdieusienne, la science politique ou encore les recherches sur l’environnement ? De manière élargie à l’ensemble des sciences sociales, comment se font, se défont (où sont ignorées) les catégories spatiales utilisées par les scientifiques ? Quels liens permettent-elles de déceler entre savant et politique ? Il s’agit ici d’ouvrir le chantier d’une histoire sociale des sciences sociales qui ont pris pour objet les mondes ruraux.

Calendrier et modalités de soumission :

Proposition de communication : 4000 signes maximum (intitulé et résumé)

Envoi électronique avant le 1 janvier 2006 avec nom, coordonnées et institution.

Le Comité d’organisation fera parvenir ces propositions anonymisées au Comité scientifique qui aura en charge la sélection des communications (une quarantaine retenues).

Texte des propositions retenues : 50 000 signes maximum (texte, note, annexes et bibliographie). Une publication des actes est prévue.

Envoi électronique avant le 1 avril 2006.

Contacts : Eric Doidy, ericdoidy@wanadoo.fr

Julian Mischi, mischi@enesad.inra.fr

Nicolas Renahy, renahy@enesad.inra.fr

Catégories

Lieux

  • Dijon (21000)
    Dijon, France

Dates

  • dimanche 01 janvier 2006

Fichiers attachés

Contacts

  • Nicolas Renahy
    courriel : renahy [at] enesad [dot] inra [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Nicolas Renahy
    courriel : renahy [at] enesad [dot] inra [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les mondes ruraux à l'épreuve des sciences sociales », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 13 octobre 2005, http://calenda.org/190614