AccueilLes agences d'urbanisme, outils et acteurs de l'aménagement en France

Les agences d'urbanisme, outils et acteurs de l'aménagement en France

Identités, pratiques, enjeux, mutations (1967-2007)

*  *  *

Publié le vendredi 14 octobre 2005 par Corinne Cassé

Résumé

A la pluridisciplinarité caractérisant les équipes des agences d’urbanisme depuis leur création s’efforcera de répondre la pluridisciplinarité des questionnements, témoignages et analyses à partir des axes suivants et leurs déclinaisons : - Les conditions et les acteurs de la création ou re-création des agences d’urbanisme - Missions successives des agences, échelles de prospective et d’intervention - Les relations entre agences et leur mise en réseau - Positionnement stratégique et devenir des agences

Annonce

IFRESI/CNRS

Laboratoire TERRITOIRES, VILLES, ENVIRONNEMENT ET SOCIETE (Univ Lille 1)

Institut d’Aménagement et d’urbanisme de Lille (IAUL, Univ Lille 1)

COLLOQUE PLURISCIPLINAIRE _ LILLE FEVRIER 2007

Organisation : Maryvonne Prévot

Appel à communication

Dans le cadre des travaux du laboratoire TVES (Lille 1), de l’IAUL et de l’IFRESI-CNRS, associant notamment le CERAPS et l’INRETS (LVMT), un programme scientifique pluridisciplinaire sur les mutations urbaines et leurs acteurs a été mis en œuvre. Un séminaire intitulé : « Agences d’urbanisme : naissance et évolutions des acteurs et des enjeux depuis la fin des années 60 » a débuté en mars 2005. Dans le prolongement de ce séminaire et à l’occasion du quarantième anniversaire de la Loi d’Orientation foncière (LOF) de 1967 nous nous proposons de nous saisir du premier travail de collecte commandé par le Centre de Documentation de l’Urbanisme (CDU) et publié, la même année, en partenariat avec la Fédération nationale des agences d’urbanisme FNAU (Les agences d’urbanisme. Repères et témoignages, ouvrage réalisé et coordonné par Bernard Ecrement, Président de l’Institut d’Urbanisme de Paris-ParisXII)afin de déboucher sur un travail scientifique permettant de constituer ou de reconstituer les éléments d’une histoire raisonnée des agences.

Certaines d’entre elles ont déjà éprouvé le besoin de rassembler des fragments de leur propre histoire (Strasbourg, Nantes, Grenoble, Maubeuge, Marseille, Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région Ile-de-France (IAURIF)). A travers leur existence - confirmée par la Loi d’Orientation sur l’Aménagement et le Développement durable du Territoire de juin 1999 et par la Loi Solidarité et renouvellement Urbain (SRU) de 2002 – c’est en effet quarante ans d’évolutions institutionnelles, politiques, économiques et des enjeux majeurs de société qui peuvent être appréhendés. Ce sont aussi quarante années de mutations des pratiques, des cultures militantes, professionnelles – générationnelles ? - qui doivent être interrogées et, à travers elles, l’identité ou les identités des agences et leur positionnement stratégique dans l’espace (jeux d’échelles) et au carrefour de jeux d’acteurs multiples. Près de quarante ans après la publication de La révolution urbaine d’Henri Lefebvre (Gallimard, 1970) les interrogations contenues dans son chapitre sur «l’illusion urbanistique » ont-elles perdu toute pertinence ?

A la pluridisciplinarité caractérisant les équipes des agences d’urbanisme depuis leur création s’efforcera de répondre la pluridisciplinarité des questionnements, témoignages et analyses à partir des quatre axes suivants et leurs déclinaisons :

Axe 1 : Les conditions et les acteurs de la création ou re-création des agences d’urbanisme

- Conditions locales et nationales – politiques, économiques et sociales de création/recréation des agences

- Equipes fondatrices, profils/parcours militants et professionnels des acteurs (rôle du militantisme autour du conflit algérien, modèle qu’a pu constitué l’urbanisme dans l’ex-empire français, rôle de l’agence d’urbanisme d’Alger…)

- Statuts juridiques des agences et des personnels

- Selon quelles modalités s’est effectuée l’irruption – aux côtés des élites politiques et des grands corps de l’Etat – de ces nouveaux acteurs pluridisciplinaires (sociologues, géographes, économistes, urbanistes, architectes au carrefour de plusieurs compétences et de différentes structures) dans le champ de l’urbain ?

- Ces profils et ces conditions ont-ils influé sur les pratiques professionnelles comme l’organisation d’ateliers urbains ? Sur l’importance - ou pas - accordées aux luttes urbaines et à la participation des habitants ; au traitement des espaces publics, aux questions environnementales et paysagères …

- La mobilité des personnels : renouvellement ou sclérose des équipes ?

- Le rôle et la personnalité des directeurs successifs, leurs liens avec les élus et avec les services de l’Etat

- Dans quelle mesure l’évolution des profils des équipes et des dirigeants des agences depuis les années 60-70 a-t-elle participé aux évolutions du sens et des valeurs contenues dans les notions de « local », de « qualité de vie », de « culture », de « patrimoine », « d’identité » ou de « participation », désormais pensées et instrumentalisées dans une perspective de développement économique, d’adhésion concertée, « consensuelle » à l’économie de marché ou d’instrument de la restructuration et de la régénération urbaines ?

Axe 2 : Missions successives des agences, échelles de prospective et d’intervention

- Elaboration des SDAU, POS, SCOT, PLU, projets d’agglomération, développement économique, Politique de la ville, renouvellement urbain, création d’observatoires, déplacements, tourisme, environnement etc… : quelle est la part et l’importance de la « fiction théorique » (la fonction d’une pensée prospective n’étant pas d’abord de représenter le réel mais d’orienter l’action) dans le travail des agences et la part de l’opérationnel ?

- Quelle(s) vision(s) des espaces ruraux et quels types d’interventions sur ces espaces les agences d’urbanisme ont-elles produit ?

- Quel a été le rôle des agences d’urbanisme dans la production des schémas métropolitains puis la diffusion du concept de métropolisation et de coopération métropolitaine ?

- Quels ont été les liens et les articulations avec les travaux des Groupes d’études et de programmation (GEP), des Organisations régionales d’études et d’aménagement d’aires métropolitaines (OREAM), les grands bureaux d’études émanant de la Caisse des Dépôts (BERU, CERAU, BETURE) ?

- Quelles ont été les adaptations majeures en termes de problématiques et de complexification des dispositifs nationaux, des procédures, du montage et du pilotage des projets urbains et leurs conséquences ?

- Les agences d’urbanisme ont-elles contribué - et comment - à faire émerger et légitimer des nouveaux métiers de la ville ? Lesquels ?

Axe 3 : Les relations entre agences et leur mise en réseau

Depuis novembre 1973 - date de la première rencontre des directeurs d’agences à Rouen à l’occasion du 10° anniversaire de la Société rouennaise d’études urbaines (SORETUR)- puis décembre - 1979 date de la création de la Fédération Nationale des Agences d’urbanisme (FNAU) - selon quelles modalités, sur quelles bases s’est effectuée la mise en réseaux des agences (réseau national mais aussi régional et inter-régional). Les objectifs de capitalisation et de mutualisation des connaissances et des savoirs ont-ils été atteints ? Ont-ils conduit à la constitution d’une véritable culture commune ?

Axe 4 : Positionnement stratégique et devenir des agences

Face à la montée en puissance des services d’urbanisme des Communautés Urbaines, des communautés d’agglomération, des communautés de communes ou des mairies, les agences d’urbanisme sont-elles perçues comme des doublons ou agissent-elles en complémentarité ? Les agences ont-elles joué la carte de l’impertinence, de la liberté de ton, de la neutralité et de l’arbitrage ou ont-elles adopté un « profil bas » ? Comment expliquer la disparition des unes et la création des autres, le dynamisme des unes et l’atonie des autres ? Comment et selon quels partenariats envisagent-elles leur avenir ?

Propositions de communication

Elles ne devront pas excéder une vingtaine de lignes - titre compris -, auxquelles les auteurs voudront bien ajouter un bref CV, quelques indications sur les sources.

Elles sont à envoyer, pour le 15 avril 2006 (appel prolongé !) à maryvonne.prevot@univ-lille1.fr
ou olivier.ninot@univ-lille1.fr

Catégories

Lieux

  • Lille, France

Dates

  • samedi 15 avril 2006

Contacts

  • Maryvonne Prévot
    courriel : maryvonne [dot] prevot [at] univ-lille1 [dot] fr
  • Olivier Ninot
    courriel : olivier [dot] ninot [at] univ-lille1 [dot] fr

Source de l'information

  • Maryvonne Prévot
    courriel : maryvonne [dot] prevot [at] univ-lille1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les agences d'urbanisme, outils et acteurs de l'aménagement en France », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 14 octobre 2005, http://calenda.org/190624