AccueilHistoire des censures

*  *  *

Publié le dimanche 16 octobre 2005 par Inès Secondat de Montesquieu

Résumé

Penser les censures dans l'histoire. Comparer et comprendre dans l’espace et dans le temps les instances, les acteurs et les pratiques, les procédures et les dispositifs de la censure, en étudier les domaines et les formes d’application, les discours de justification et les représentations, examiner enfin les réactions et les effets-retours (négociation, contournement, dissidence, etc.), le premier jeudi de chaque mois à l'IMEC, 9 rue Bleue, 75009 Paris.

Annonce

Penser les censures dans l'histoire. Comparer et comprendre dans l’espace et dans le temps les instances, les acteurs et les pratiques, les procédures et les dispositifs de la censure, en étudier les domaines et les formes d’application, les discours de justification et les représentations, examiner enfin les réactions et les effets-retours (négociation, contournement, dissidence, etc.), le premier jeudi de chaque mois à l'IMEC, 9 rue Bleue, 75009 Paris.

Institut Mémoires de l’édition contemporaine

Séminaire général 2005-2006

Penser les censures dans l’histoire, I

Les sociétés libérales contemporaines


animé par Laurent Martin et Nathalie Léger


La censure est aujourd’hui, dans nos sociétés occidentales développées, un gros mot. Le fait social qu’il nomme est à la fois massif, ancien, complexe et affecté d’une valeur négative, péjorative : deux caractéristiques qui le rendent difficile à penser. Tout discours rationnel à son endroit est toujours un peu suspect ; sous couvert d’une analyse à visée scientifique, ne cherche-t-on pas à justifier son emploi, à banaliser sa présence ? Comme la torture, le meurtre et toute forme de violence et de domination, la censure se présente moins comme un phénomène à étudier que comme un ennemi à combattre.

Dans le cadre du séminaire général de l’IMEC, nous voudrions rompre avec ces représentations communes (tout en les étudiant comme matériau) et considérer la censure comme phénomène social, culturel, historique. La censure ou les censures, faudrait-il plutôt dire, tant ses visages sont divers. Comparer et comprendre dans l’espace et dans le temps les instances, les acteurs et les pratiques, les procédures et les dispositifs de la censure, en étudier les domaines et les formes d’application, les discours de justification et les représentations, examiner enfin les réactions et les effets-retours (négociation, contournement, dissidence, etc.), telle est la tâche que nous proposons à tous ceux qu’intéresse ce sujet à la fois ancien et actuel. Le premier temps de cette réflexion commune sera consacré à ce qui apparaît comme une sorte de paradoxe historique : les censures dans les sociétés libérales contemporaines aux XIXe et XXe siècles.

L’expérience de l’IMEC dans le domaine de l’archive éditoriale et littéraire accompagne notre réflexion. Un tel sujet nous confronte en effet directement à l’archive : penser les censures dans l’histoire, c’est aussi penser les censures de l’histoire et de la mémoire, la falsification des documents, les silences de l’archive ; comment dresse-t-on un inventaire, quelles sont les conditions et les raisons du tri, comment s’exerce l’autocensure, que signifie la fétichisation de l’archive dans la recherche historique contemporaine, qu’est-ce qu’une archive " sensible " et quelles sont les circonstances et conséquences de l’ouverture d’un fonds d’archives ? L’espace-temps des censures s’étend dans toutes les directions : ce qui est visé, c’est le monopole du sens sur le passé, le présent et le futur.

Programme



Le séminaire se déroulera d’octobre à juin, chaque premier jeudi du mois, de 18h à 20h, dans les locaux de l’IMEC à Paris, 9 rue Bleue, IXe, M° Cadet.

Nous alternerons les séances avec et sans intervenants extérieurs. Dans tous les cas, l’échange avec l’ensemble des participants est au principe même de ce séminaire.

Ce séminaire est préparé par Laurent Martin, chercheur associé à l’IMEC et Nathalie Léger (Déléguée à la recherche, IMEC). Il est réalisé en partenariat avec le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de Versailles / Saint-Quentin-en-Yvelines, le Centre d’histoire sociale de Paris-I, et l’EHESS.

Jeudi 6 octobre 2005

Présentation par Laurent Martin, définition de la notion et du territoire d’étude, propositions théoriques et méthodologiques.

Jeudi 3 novembre

Bilan du " Groupe de travail sur les censures " par Claire Bruyère et Henriette Touillier-Feyrabend (groupe interdisciplinaire qui travaille depuis 2001 sur les rapports entre censure et autocensure dans une perspective pluridisciplinaire et comparatiste).

Jeudi 1er décembre

Les objets, motifs et champs d’application de la censure.

5 janvier 2006

Les censures au XIXème siècle, par Jean-Yves Mollier (censure d’État et censure littéraire) et Jann Matlock (la censure du regard).

2 février

Les acteurs et les pratiques de la censure.

2 mars

Censures ordinaires et censures d’exception, avec Loïc Artiaga (l’Index et la censure religieuse) et Olivier Forcade (la censure de guerre au XXe siècle).

6 avril

Effets-retours : négociation, contournement, affrontement, dissidence.

4 mai

Les censures au XXe siècle, avec Christian Salmon (le Parlement des écrivains et la revue Autodafe) et Pascal Durand (les " censures invisibles " ou la censure par soumission à l’orthodoxie médiatique).

Mai/Juin

Journée d’étude à l’abbaye d’Ardenne : bilan de l’année, synthèses théoriques et nouvelles perspectives. En collaboration avec le Groupe de travail sur la censure sur le thème " l’auteur, l’œuvre, le public ".




Catégories

Dates

  • jeudi 03 novembre 2005

Source de l'information

  • Laurent Martin
    courriel : laurent [dot] martin [at] univ-paris3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Histoire des censures », Séminaire, Calenda, Publié le dimanche 16 octobre 2005, http://calenda.org/190636