AccueilDépasser le cadre national des "Lieux de mémoire"

Dépasser le cadre national des "Lieux de mémoire"

Innovations méthodologiques, approches comparatives, lectures transnationales

*  *  *

Publié le lundi 31 octobre 2005 par Corinne Cassé

Résumé

Dans le cadre du renouveau historiographique autour de la question de la ‘nation’ qui s’est affirmé depuis les années 1970, l’approche constructiviste s’est imposée. La fonctionnalisation de la mémoire a joué un rôle éminent dans cette optique. Le projet de Pierre Nora autour des Lieux de mémoire en France s’inscrivait pleinement dans ce courant, même si les références à l’abondante littérature internationale est étrangement absente. Du premier volume, paru en 1984, au dernier, paru en 1992, le projet s’est transformé : si au début une certaine disparition des 'milieux de mémoire' est déplorée, l’instigateur du projet s’interroge huit ans plus tard sur un trop de mémoire. Par l’exportation dans plusieurs autres historiographies nationales, les 'lieux de mémoire' ont connu une extension considérable.

Annonce

Dans le cadre du renouveau historiographique autour de la question de la ‘nation’ qui s’est affirmé depuis les années 1970, l’approche constructiviste s’est imposée. La fonctionnalisation de la mémoire a joué un rôle éminent dans cette optique. Le projet de Pierre Nora autour des Lieux de mémoire en France s’inscrivait pleinement dans ce courant, même si les références à l’abondante littérature internationale est étrangement absente. Du premier volume, paru en 1984, au dernier, paru en 1992, le projet s’est transformé : si au début une certaine disparition des 'milieux de mémoire' est déplorée, l’instigateur du projet s’interroge huit ans plus tard sur un trop de mémoire. Par l’exportation dans plusieurs autres historiographies nationales, les 'lieux de mémoire' ont connu une extension considérable.

Le colloque Dépasser le cadre national des 'Lieux de mémoire'. Innovations méthodologiques, approches comparatives, lectures transnationales s'inscrit dans le cadre d’un tel projet national qui s’interroge sur les constructions identitaires au Luxembourg à travers les lieux de mémoire. Il cherche à aborder trois sujets qui ont structuré et continuent d’influencer fortement le débat européeen:

  • Méthodologie et interdisciplinarité. Au début du projet des ‘Lieux de mémoire’ se trouvait indéniablement la volonté d’écrire l’histoire nationale d’une autre manière, ce que Pierre Nora a appelé lui-même 'l’histoire au deuxième degré'. D’autres champs des sciences humaines se sont activement impliqués dans l’analyse du couple identité/mémoire. Ce premier axe envisage donc de confronter des réflexions méthodologiques d’historiens aux débats qui animent les sociologues, linguistes, littéraires, historiens d’art, philosophes…

  • Les lieux de mémoire dans une perspective nationale. Si les premiers ‘Lieux de mémoire’ ont été rédigés en France, ce paradigme a connu un succès européen inespéré. Dans la plupart des pays, des projets ont été lancés pour réécrire les histoires nationales respectives. Plutôt que de présenter des lieux de mémoire individuels dans leur cadre national, il s’agirait d’analyser ici l’écriture historiographique de ces lieux de mémoire dans les différentes cultures scientifiques. Quel est le cadre référentiel des différents projets ? Comment s’inscrivent-ils dans les champs nationaux respectifs ? Comment se positionnent-ils vis-à-vis du projet français ? Des contributions comparant les différentes approches nationales des 'lieux de mémoire' sont particulièrement bienvenues.

  • Des lieux de mémoire européens et/ou transnationaux. La construction européenne et plus largement une globalisation qui dépasse les frontières continentales posent la question des lieux de mémoire européens et/ou transnationaux. Sur quels modes se construit ce type de lieu de mémoire? Qu'est-ce qui les différencie des lieux de mémoire nationaux (vecteurs, initiateurs, symboliques)? Davantage encore que dans une analyse nationale on doit s’interroger sur l’hétérogénéité et la polysémie de ces lieux de mémoire (p.ex. celui du 11 septembre).

Le colloque Dépasser le cadre national des "Lieux de mémoire" aura lieu du 8 au 10 novembre 2006 à l'Université du Luxembourg. Des propositions de communications (1 page) en français, allemand ou anglais, accompagnées d’un bref CV doivent parvenir aux organisateurs pour le 1er janvier 2006.

Sonja Kmec (sonja.kmec@uni.lu) et Benoît Majerus (benoit.majerus@uni.lu)
Université du Luxembourg
Campus Limpertsberg
162 a, avenue de la Faïencerie
L-1511 Luxembourg
Luxembourg

tél.: 00352-466644-6745

fax : 00352-466644-6513

Fonds National de la Recherche

Programme Vivre demain au Luxembourg 02/05/04

"Histoire, mémoire et identités. Etude du rôle des lieux de mémoire luxembourgeois dans la construction des Identités" (Prof. Michel Margue, Sonja Kmec, Benoît Majerus et Pit Péporté).

Catégories

Lieux

  • Luxembourg
    Luxembourg, Grand-Duché de Luxembourg

Dates

  • dimanche 01 janvier 2006

Contacts

  • Sonja Kmec
    courriel : sonja [dot] kmec [at] uni [dot] lu

Source de l'information

  • Sonja Kmec
    courriel : sonja [dot] kmec [at] uni [dot] lu

Pour citer cette annonce

« Dépasser le cadre national des "Lieux de mémoire" », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 31 octobre 2005, http://calenda.org/190711