AccueilInterprétations sociologiques et analyses textuelles informatisées

Interprétations sociologiques et analyses textuelles informatisées

ARCATI : retour sur cinq années d’expérience

*  *  *

Publié le vendredi 18 novembre 2005 par Natalie Petiteau

Résumé

Depuis cinq ans, le réseau ARCATI (Atelier recherche coopératif sur l’analyse textuelle informatisée) organise des séminaires bi-mensuels et bénéficie d’un intérêt assidu de nombreux chercheurs issus de différents horizons disciplinaires. La journée du 27 janvier 2006 sera placée sous le signe d’un bilan de fonctionnement et d’une mise en perspective théorique, méthodologique et épistémologique sur les usages des logiciels d’analyse de discours en sciences sociales. L’entrée est libre sous réserve d’une inscription ou d’une confirmation de présence (pour les personnes déjà enregistrées) avant le 20 décembre 2005 par courriel à arcati@iresco.fr.

Annonce

Interprétations sociologiques et

analyses textuelles informatisées

ARCATI : retour sur cinq années d’expérience



Journée d’étude du vendredi 27 janvier 2006

Site Pouchet (ex-Iresco), 59-61 rue Pouchet, 75 017 Paris.



Depuis cinq ans, le réseau ARCATI (Atelier recherche coopératif sur l’analyse textuelle informatisée) organise des séminaires bi-mensuels et bénéficie d’un intérêt assidu de nombreux chercheurs issus de différents horizons disciplinaires. Pour la première fois depuis sa création, le réseau a prévu une journée d’étude qui se tiendra le vendredi 27 janvier 2006 sur le site Pouchet, 59-61 rue Pouchet 75017 Paris (Métro Guy Moquet ou Brochant). Ce moment de synthèse sera placée sous le signe d’un bilan de fonctionnement et d’une mise en perspective théorique, méthodologique et épistémologique sur les usages des logiciels d’analyse de discours en sciences sociales. L’entrée est libre sous réserve d’une inscription ou d’une confirmation de présence (pour les personnes déjà enregistrées) avant le 20 décembre 2005 par courriel àarcati@iresco.fr.



Programme


9h00 Accueil des participants


Matinée sous la présidence de Pascal Marchand (LERASS, Université Toulouse III).


9h15-10h00 ARCATI : histoire, fonctionnement, trajectoires


Témoignage de Jacques Jenny, (ancien chercheur CNRS, membre fondateur d’ARCATI)


Mathieu Brugidou, (GRETS-EDF, comité de pilotage ARCATI) : Compétences et statuts de la participation au réseau ARCATI


10H00-10h30 Christophe Lejeune (ULG-EHESS) : Panorama de l’offre logicielle existante


10h30-12h00 De quelques enjeux autour de l’analyse textuelle informatisée


Claire Brossaud (GRASS-CNRS, coordinatrice du réseau ARCATI), Bernard Reber, CERSES-CNRS, comité de pilotage d’ARCATI) : Analyse textuelle informatisée et Technologies de l’information et de la communication : parcours de recherche.


En prenant appui sur leurs parcours de recherche, Claire Brossaud et Bernard Reber se proposent de définir un certain nombre d’enjeux qui les ont conduit vers les Technologies de l’Information et de la Communication et dans ce champ-là, vers les logiciels d’analyse textuelle informatisée. Ils motiveront leurs orientations vers ces objets en questionnant, sans pour autant s’illusionner sur le déterminisme technique, certaines de leurs caractéristiques : les TIC (Technologies de l’information et de la communication) et par extension les logiciels d’analyses textuelles informatisées permettent-elle de « mieux » argumenter, de favoriser la réflexivité, de dire l’histoire ou encore de se repérer dans un monde complexe et réticulaire ? Selon les tâches attendus par les logiciels d’analyse textuelle qu’ils ont abordés dans leurs travaux, ils nous invitent à réfléchir à leurs usages en sociologie et en philosophie morale.


Marc Glady (Université Paris Dauphine, comité de pilotage ARCATI), Jacques Jenny :Paradigme des registres de sens pour l’analyse (psycho)sociologique du discours.


Dans la continuité de l’inventaire critique des différents logiciels d’analyse textuelle informatisée (Jenny, 1997), il s’agira de dégager ici les implicites de ces logiciels quant à une théorie du langage et à l’analyse de la construction de sens. On sera amenés à revenir sur des questions de sociologie générale pour proposer quelques « dimensions constitutives fondamentales », quasiment incontournables lorsque l’on veut pratiquer une analyse sociologique ou psycho-sociologique de toute énonciation par traitement automatisé de matériaux discursifs. La mise en œuvre de ces dimensions d’analyse et leur traduction sous forme de programme de repérage (marqueurs) peut faire l’objet d’un nouveau cahier des charges à finaliser éventuellement avec des concepteurs de logiciels et avec des socio-linguistes.


Mathieu Brugidou, Karl Van Meter (LASMAS-CNRS, comité de pilotage ARCATI) : Questions d’épistémologie et de méthodes posées par le recours à l’analyse textuelle informatisée dans la recherche sociologique.


Au cours des cinq années de séminaires, le paysage méthodologique d’ARCATI s’est révélé plus contrasté que prévu, tant les paradigmes, les champs disciplinaires et les cadres théoriques – d’ailleurs inégalement explicités - soutenant ces méthodes sont divers. Renonçant à optimiser des parcours méthodologiques si variés, on a tout au plus repéré quelques concentrations remarquables. Ainsi celle qui oppose des logiciels marqués par une épistémologie nomologique, « explicative », s’attachant à décrire les textes indirectement ou directement à travers des variables et cherchant derrière les « données textuelles » , le format des « données numériques », aux logiciels inspirés par une épistémologie herméneutique, « compréhensive », décrivant plus volontiers à partir des textes des compétences indigènes – qu’elles soient argumentatives ou narratives – et mettant en évidence des « grammaires », des schèmes. En prenant deux exemples, les CAQDAS (Computer-Asssited Qualitative Data Analysis Software) et les systèmes d’analyse tels qu’Alceste et Trideux, on constatera combien ces deux formes polaires affectent les logiciels eux-mêmes ainsi que le travail du chercheur, qui détourne souvent les fonctionnalités de leurs objectifs initiaux. Que des évolutions, trajectoires de méthodes et projets de recherche soient possibles montrent assez l’existence, par delà la pluralité des langages de la sociologie, d’un domaine de cohérence ou comme dirait Jean-Michel Berthelot de « communauté de langage » qui favorise des « interlangages ».


Débat avec la salle


12h00 Déjeuner


13h30 Pratiques de la sociologie et analyses textuelles informatisées 


Après-midi sous la présidence de Claude Dubar (Printemps, Université de Saint-Quentin en Yvelines)


13h30-14H20 Construire un objet sociologique avec l’analyse de discours

Mathilde de Saint-Léger, Bill Turner (LIMSI-CNRS) : Du concept de «  traduction » à la technique des mots-associés.


La sociologie des contenus scientifiques et techniques a eu beaucoup de mal à s’imposer au début des années 70. M. Calon et B. Latour ont forgé le concept de  « traduction » en vue de décrire un monde social composé d’entités qui s’entre-définissent mutuellement et en permanence. Dans cet univers où seules comptent associations et dissociations, la traduction rassemble tous les mécanismes par lesquels un acteur, quel qu’il soit, identifie d’autres acteurs ou éléments et les met en relation les uns avec les autres. Le problème méthodologique que pose une sociologie des contenus scientifiques et techniques se résume dans cette vision de la traduction : comment donner à voir la fluctuation des entités (ou forces) qui participent à l’élaboration des connaissances et des savoir-faire ? Ou plus simplement, comment décrire l'état d'un système productif et suivre son évolution dans le temps ? La technique des mots-associés (co-word analysis) est née de cette interrogation et du choix que nous avons fait d'explorer les mécanismes de traduction moyennant l'étude des écrits scientifiques.


Patrick Trabal (EHESS-GSPR, Université Paris X-Nanterre) : Des outils informatiques au service du travail sociologique.


Dans cette communication, nous défendrons l’idée selon laquelle la tension entre des préoccupations sociologiques et le développement de méthodes et d’outils informatisés peut être surmontée. Pour cela, nous partirons de quelques questionnements au cœur de notre travail de sociologue, pour montrer comment, avec la série de logiciels Prospéro-Marlowe-Chéloné, il est possible de faire des expériences sur les textes et ainsi progresser dans le raisonnement. Il s’agira donc de décrire les nombreux passages entre des réflexions théoriques, des questionnement sur un matériau donné et des considérations techniques. Ce parcours nous conduira à préciser le type d’épistémologie dans lequel s’inscrivent nos travaux ainsi que notre conception du travail collectif au fondement de nos projets.


14H30-15h30 Faire un travail de formalisation sociologique avec l’analyse textuelle informatisée


François Rastier (Directeur de recherche, CRIM-Inalco, TGE-Adonis) : Décrire normes et valeurs par la sémantique de corpus ?


Les deux linguistiques, celle de la langue et celle de la parole restent unies par l’espace des normes, dont l’étude peut permettre de revenir au problème du rapport entre idéologies et « formations discursives », en le posant au sein de la linguistique. Un domaine de recherche des plus prometteurs semble celui de la doxa, car l’accès à de grands corpus numériques permet d’étudier la stéréotypie textuelle. Entre l’espace normatif des règles et le désordre apparent des usages, l’espace des normes s’étend ainsi de la généralité de la doxa jusqu’à la particularité du paradoxe.


Carme Alemany (sociologue,directrice de recherche du CEDIS (Centre d'Etudes Femmes et Société), conceptrice du logiciel Qualita) :L'analyse de contenu classique et les limites des logiciels existants.

 

On examinera dans un premier temps deux difficultés rencontrées dans certaines recherches sociologiques assistées par ordinateur : 1. croiser des variables lorsqu'on découvre que les réponses varient en fonction de certaines variables non prévues d'avance. 2. analyser et donner du sens aux comportements méta-langagiers : rires, pleurs, tremblements de voix, doutes et silences exprimés dans les entretiens. Puis nous cernerons l’apport spécifique du logiciel Qualita par rapport aux entretiens de groupe et groupes de discussion dans ce contexte en insistant notamment sur la possibilité offerte par cet outil de distinguer les réponses de chaque personne.


Valérie Beaudoin (France Télécom R&D) : Apports des traits contextuels (linguistiques et sociologiques) pour consolider l'analyse textuelle.


Les méthodes de statistique textuelle permettent de comparer des unités textuelles de taille et de nature variable en fonction de leurs occurrences (toutes ou certaines, brutes ou réduites, simples ou complexes...). Pour orienter, affiner et consolider les traitements de statistique textuelle, il nous paraît essentiel d'introduire trois dimensions : la prise en compte des conditions de production du texte, le croisement avec d'autres indicateurs linguistiques (syntaxiques, sémantiques, voire métriques) et enfin la capacité à construire et à comparer à un niveau plus macro des profils de textes en fonction des champs lexico-sémantiques. En balayant quelques expériences sur des corpus variés, nous montrerons comment un ancrage contextuel de l'analyse textuelle permet de construire des interprétations qui résistent mieux.

Débat avec la salle


15H30-16H00 Pause


16H00-17H00 Le statut de l’interprétation dans l’analyse textuelle informatisée


Eddie Soulier (chercheur en informatique, Tech-CICO, Université Technologiques de Troyes) : L’analyse informatisée des narrations professionnelles dans la perspective d’une sociologie de la connaissance.


HyperStoria, OntoStoria, Sum’itUp et Memor Expert est une suite logiciels destinée à l'étude des différentes facettes du fonctionnement de la narrativité dans les interactions sociales de travail. La question de la signification est ainsi mise en rapport avec l'interaction et plus généralement avec les processus cognitifs sociaux. La conception de ces outils d'étude s'appuie largement sur l'ingénierie des connaissances puisque l'un des objectifs est d'assister les processus de création, partage et réutilisation de connaissances narratives dans le cadre d’interventions en milieu professionnel.


Magda Argenta (projet CAPAS, CIDSP, EDF R&D), Dominique Le Roux (ingénieur-chercheur au GRETS-EDF R&D pôle « sciences humaines et sociales ») : Problèmes méthodologiques de la capitalisation et de l’analyse secondaire d’entretiens sociologiques avec des CAQDAS.


Le pôle « Sciences humaines et sociales » de la R&D d’EDF (GRETS) s’est doté voici quelques années d’un outil de capitalisation des entretiens sociologiques effectués avec des CAQDAS dans le cadre des études qui y sont menées et qui portent sur des champs disciplinaires et des objets d’étude divers (sociologie des usages, analyses de la controverse, sociologie des organisations…). Cette expérience a été menée à l’instar du dispositif britannique d’archivage des données d’entretiens sociologiques mis en place dans le cadre du projet Qualidata. Au cours de ces années d’expérience du projet Verbatim au GRETS, il a été acquis une pratique d’analyse secondaire de ces entretiens grâce au développement d’une collaboration entre chercheurs, spécialistes de l’objet, analystes et spécialistes de la méthodologie et des outils d’analyse. Nous présenterons ici les points essentiels des acquis méthodologiques que nous pouvons tirer de notre pratique de la capitalisation et de la ré-utilisation des entretiens.


Débat avec la salle


17h00 Claude Dubar : Clôture de la journée


17h15 Pot de clôture



Inscription ou confirmation de présence obligatoire avant le 20 décembre 2005 par courriel à arcati@iresco.fr


Cette journée reçoit le soutien du GRETS-EDF, du LASMAS, du Site Pouchet et de la revue « Langage et société »





Catégories

Lieux

  • Paris, France

Dates

  • vendredi 27 janvier 2006

Fichiers attachés

Contacts

  • ARCATI #
    courriel : arcati [at] iresco [dot] fr

Source de l'information

  • ARCATI (Atelier recherche coopératif sur l'analyse textuelle informatisée) ~
    courriel : arcati [at] iresco [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Interprétations sociologiques et analyses textuelles informatisées », Journée d'étude, Calenda, Publié le vendredi 18 novembre 2005, http://calenda.org/190809