AccueilCognition, motivation, action. Qu’est-ce qui nous fait agir ?

Cognition, motivation, action. Qu’est-ce qui nous fait agir ?

Séminaire inter-disciplinaire de sciences et technologies cognitives

*  *  *

Publié le vendredi 16 décembre 2005 par Marie de Jerphanion

Résumé

L’industrie contemporaine produit à vitesse sans cesse accélérée des objets et des dispositifs nouveaux mobilisant des technologies toujours plus complexes : comment les recevons-nous ? La grande affaire n’est-elle pas de s’en emparer dynamiquement ? La situation semble contrastée : l’engouement – voire la frénésie – sont toujours de mise dans certains cas (par exemple, le téléphone mobile) ; mais cela n’a rien de systématique : bien des nouveautés technologiques ne trouveront pas ou ne constitueront pas leur marché, comme on dit, ce qui signifie qu’elles ne sauront pas susciter le désir.

Annonce

J’entends par Affections les affections du Corps par lesquelles la puissance d’agir de ce corps est accrue ou diminuée, secondée ou réduite. (…) Quand nous pouvons être la cause adéquate de quelqu’une de ces affections, j’entends donc par affection une action ; dans les autres cas, une passion.

Spinoza



L’industrie contemporaine produit à vitesse sans cesse accélérée des objets et des dispositifs nouveaux mobilisant des technologies toujours plus complexes : comment les recevons-nous ? La grande affaire n’est-elle pas de s’en emparer dynamiquement ? La situation semble contrastée : l’engouement – voire la frénésie – sont toujours de mise dans certains cas (par exemple, le téléphone mobile) ; mais cela n’a rien de systématique : bien des nouveautés technologiques ne trouveront pas ou ne constitueront pas leur marché, comme on dit, ce qui signifie qu’elles ne sauront pas susciter le désir. Dans le rapport à la technologie – comme dans tous nos rapports au monde ? – les motivations ne semblent pas toutes – c’est le moins que l’on puisse dire – rationnelles (si on entend par là qu’elles seraient fondées sur un calcul coût/avantage). La question est bien celle de la motivation. Qu’est-ce qui nous motive ? Et « motiver » veut dire à tout le moins « disposer à agir » : qu’est-ce qui peut nous disposer à agir pour nous emparer des nouvelles technologies, sinon l’obscur objet qu’elles pourront faire miroiter à l’horizon de notre désir ? Ne s’agirait-il pas justement de la promesse d’accroître par leur médiation notre puissance d’agir elle-même ? Ainsi la problématique contemporaine de l’acceptabilité de la technologie nous conduit-elle au cœur du nœud où s’intriquent cognition, action et motivation. Elle implique de faire le point sur les différents modèles dont nous disposons pour connaître l’action humaine – dont il semble à tous le moins s’imposer qu’elle doit être considérée comme intentionnelle (qu’elle se fixe un but). Mais dire « connaître », en rigueur de termes, c’est déjà opérer un choix. On peut aussi opérer d’autres choix, et par exemple distinguer entre « connaître » et « comprendre » pour marquer une irréductibilité de méthode entre, justement, la connaissance des causes et la compréhension des motifs ou motivations : tout se passe comme si l’action humaine, enveloppée dans l’affectivité (pulsion, émotion, désir, etc.) et, faut-il rajouter, sans cesse prise dans l’imagination (du fantasme à la simple faculté de « mettre en image » : ne faut-il pas imaginer pour agir ?), mettait en porte-à-faux l’explication scientifique prenant appui sur les paradigmes les plus étroits. La fameuse « querelle des méthodes » est plus que jamais d’actualité à une époque où la prise en compte de l’émotion, de l’affectivité en général, contraint les sciences cognitives à réviser profondément leurs paradigmes fondateurs. Aujourd’hui, l’ordinateur cesse d’apparaître comme un paradigme pouvant rendre compte intégralement de la cognition humaine. Dans le même temps, l’humain lui-même n’est plus réduit à une machine à connaître elle-même réduite à une machine à calculer. N’est-il pas constitué par sa relation au Monde autant qu’il constitue ce dernier – et ce, essentiellement dans et par son action ; action qui implique qu’on s’intéresse au plus haut point à son moteur (minimalement l’impulsion, maximalement le désir) ? Dans une telle configuration, la technique ne peut plus être rencontrée comme une extériorité inessentielle : n’est-ce pas en elle et par elle que se nouent désir et action ? Pour le meilleur quand le désir en elle s’accomplit en puissance d’agir, et pour le pire si, se faisant « autonome », elle en vient à diminuer notre puissance d’agir ? F.-D. Sebbah


PROGRAMME DU SEMINAIRE / SEMINAR PROGRAM

Ce programme est susceptible d'être modifié.
Université de Technologie de Compiègne, Département Technologie et Sciences Humaines. Centre Pierre Guillaumat, COMPIEGNE

Lundi 23 janvier / Monday 23th January

9h30 : Introduction - Ronan Stephan (Université de Technologie de Compiègne - Sous réserve) - François Sebbah (UTC) - Véronique Havelange (UTC)
10h30 : Bruno Bachimont (UTC) : Technique et transcendance : la technique comme appel
11h30 : Ólafur Páll Jónsson (University Of Iceland) : Rational action and Ignorance
14h15 : Bernard Stiegler (Centre Pompidou) : La raison comme motif
15h15 : Charles Lenay ( UTC) : La Motivation dans les communautés techniques

Mardi 24 janvier / Thursday 24th January

9h30 : Mikael Karlsson (University Of Akureyri.) : Cognition, Motivation and Action
10h30 : Jorgen Pind (Háskóla Íslands) :
Phoneme Are in the Air: a gibsonian perspective on speech perception
11h30 : Christophe Lejeune (Université de Liège) : Prendre les arguments ufologiques au sérieux: un défi pour la sociologie pragmatique
14h15 : Anne Guénand (UTC) : Comment améliorer l'acceptabilité de la technologie complexe aujourd'hui par le design de produits intuitifs ? Simplicité Transparence Tangibilité Plaisir
15h15 : Saadi Lahlou (EDF R&D / CNRS EHESS) : Contexte et intention dans la détermination de l'activité

Mercredi 25 janvier / Wesneday 25th January

Journée commune avec le séminaire OI2 / Joint day with OI2 seminar
9h30 : Antoine Rebiscoul (Saatchi&Saatchi) : Titre à venir / Title to be announced
10h30 : Philippe Lentschener (Saatchi&Saatchi) : Titre à venir / Title to be announced
11h30 : Yann Moulier Boutang (UTC) : La connaissance de la motivation et la construction du concept de compétence, un problème clé dans l'évaluation des intangibles. Quelques remarques
14h15 : Bill Pollard (University Of Edinburgh) : Habits as the Motivators of Actions
15h15 : Gilles Le Cardinal (UTC) : Comment motiver au changement ceux qui, de toutes façons, vont le vivre ? Construire ensemble des représentations pour l'action et des représentations issues de l'action.

Jeudi 26 janvier / Tuesday 26th January

9h30 : John Stewart (UTC) : Cognition = life : some basic implications for motivation and action
10h30 : Jean-Michel Salanskis (Université de Paris X) : La phénoménologie conçoit-elle vraiment l'action ?
11h30 : Ezequiel Di Paolo (University of Sussex) : Autopoiesis, Adaptivity, and Sense-making:
Towards a Biology of Values
14h15 : Giacomo Romano (University Of Siena) : The Reasons of a Natural Born Solipsist: Consequences of Cognitive Deficits in Autistic Subjects
15h15 : Jean-Claude Martin (LIMSI) : Modélisation du Comportement Multimodal pour la Conception d'Interfaces Homme-Machines Bidirectionnelles

Vendredi 27 janvier / Friday 27th January

9h30 : Sandro Naninni (University Of Sienna) : Does the Content of Intentions Have Effects Upon Actions?
10h30 : Xabier Barandiaran (University of the Basque Country, San Sebastián) :
Cognition, Motivation and Emotion: An Embodied Neurodynamic Perspective
11h30 : Nicola Whitehead (University of Akureyri) Turning Desire Into Action: the Usability of Airline Websites
14h15 : Barbara Olszewska (UTC) : Enquête sur l'action motivée. L'importance du feedback dans l'attribution des motifs
15h15 : Débat de cloture

---------------------
BULLETIN D'INSCRIPTION
---------------------

NOM Prénom :
UNIVERSITE / LABORATOIRE / ENTREPRISE :

Adresse :

Téléphone :
Télécopie :
e-mail :

DATE(S) de PARTICIPATION : 23/01 - 24/01 - 25/01 - 26/01 - 27/01

Frais de participation (comprenant le repas du midi et le livret) :
Industriels-Institutionnels - 170 € / jour, 510 € / 5 jours
Universitaires et membres de l'ARCo : - 65 € / jour, 185 € / 5 jours
Etudiants : - 25 € / jour, 70 € / 5 jours.

Inscriptions : Stéphanie Rouault, Université de Technologie de Compiègne Département TSH, BP 60319 - 60203 COMPIEGNE cedex
Tél : 03 44 23 43 63 - Fax : 03 44 23 52 12
e-mail : stephanie.rouault@utc.fr
Bons de commande et chèques à l'ordre de GRADIENT.
Renseignements :François Sebbah ou Emmanuel Bellengier
francois.sebbah@utc.fr ou emmanuel.bellengier@utc.fr
http://www.utc.fr/costech/v2/

Catégories

Lieux

  • Compiègne, France

Dates

  • lundi 23 janvier 2006

Contacts

  • Emmanuel Bellengier
    courriel : emmanuel [dot] bellengier [at] utc [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Emmanuel Bellengier
    courriel : emmanuel [dot] bellengier [at] utc [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Cognition, motivation, action. Qu’est-ce qui nous fait agir ? », Séminaire, Calenda, Publié le vendredi 16 décembre 2005, http://calenda.org/190909