AccueilArt contemporain et sociétés post-coloniales

*  *  *

Publié le mercredi 21 décembre 2005 par Natalie Petiteau

Résumé

Un important colloque sur le thème "Art contemporain et sociétés post-coloniales" est organisé par Actazé et l'IDEAC sous l'égide la Mairie de Paris. Il se tiendra en Sorbonne les 31 mars et 1er avril 2006.

Annonce



APPEL À PARTICIPATION pour le colloque "ART CONTEMPORAIN ET SOCIÉTÉS POST-COLONIALES".


La Mairie de Paris et Actazé organisent en Sorbonne, les 31 mars et 1er avril 2006 , un colloque sur le thème "Art contemporain et sociétés post-coloniales". Soutenu par Madame George Pau-Langevin, Déléguée Générale à l'Outre-Mer, cet événement est sous la responsabilité de Valérie Morignat, Maître de Conférences, chercheur à l'IDEAC.

"Quelle est la représentation de l’art contemporain des pays post-coloniaux au sein du marché de l’art mondial ? Les artistes d'Afrique et du Pacifique se reconnaissent-ils dans les critères de choix des experts et des commissaires d’exposition ? Quelles contraintes esthétiques, sociales, culturelles, politiques, économiques s’exercent à travers les processus de création et de reconnaissance artistique locale et internationale ? [...]"
Autant de questions qui seront abordées par ce colloque dont l'enjeu est de réunir différents acteurs et spécialistes de l’art et de la culture établissant des analyses, des liens, des correspondances entre les productions artistiques du Pacifique et du continent africain qui rencontrent, dans le prisme post-colonial, des problématiques communes.

Afin de répondre à cette invitation, nous vous incitons à vous rendre sur le site : http://www.valeriemorignat.net

Les communications et les textes proposés hors colloque seront diffusés à l'échelle internationale, privilégiant un accès pluriel et libre aux contenus. Outre des retransmissions radiophoniques, ceux-ci seront notamment publiés dans la Revue en ligne d'Actazé à l'été 2006 et édités en DVD vidéo-enregistrés. Cet événement amorce une série d'actions qu'Actazé met en oeuvre en direction des artistes d'Afrique et du Pacifique ; il trouvera donc ses prolongements dans des événements et des productions de dimension internationale.

Ce colloque est le second des sessions organisées par Actazé grâce au soutien de la Mairie de Paris et de l'IDEAC, Institut d'Esthétique des Arts Contemporains (UMR 8592 du CNRS). Les rencontres internationales de mars 2005 ont rendu hommage à Louise Michel. Elles ont été inaugurées par Mesdames Anne Hidalgo (première adjointe au Maire de Paris) et George Pau-Langevin (directrice de la DGOM, subvention principale).


   
Observatoire international des arts et de la culture, Actazé organise des événements culturels et participe aux formes innovantes de création et de diffusion artistiques. Ses partenaires principaux sont la Mairie de Paris, l'IDEAC - Institut d'Esthétique des Arts Contemporains (UMR 8592 CNRS) - et l'Université Paris I.    

Actazé organise sous l'égide de la DGOM, Délégation Générale à l'Outre-Mer de la Mairie de Paris (Mme George Pau-Langevin), et avec l'IDEAC, Institut d'Esthétique des Arts Contemporains, le colloque "Art contemporain et sociétés post-coloniales".

Ce colloque réunira des professionnels de l’art et de la culture, des spécialistes en sciences humaines et des artistes. Il se déroulera à Paris, à l'Université Paris I, Panthéon-Sorbonne.  
 
 

Argumentaire de l'appel pour le colloque "Art contemporain et sociétés post-coloniales"


Quelle est la représentation de l’art contemporain des pays post-coloniaux au sein du marché de l’art mondial ? Les artistes de ces pays se reconnaissent-ils dans les critères de choix des experts et des commissaires d’exposition ? Quelles contraintes esthétiques, sociales, culturelles, politiques, économiques s’exercent à travers les processus de création et de reconnaissance artistique locale et internationale ?
Quelles stratégies de diffusion et de promotion des arts et des cultures contemporaines sont mises en oeuvre dans les aires post-coloniales ? Quelles y sont les formes, les discours, et les places de la création contemporaine ?

L’art contemporain des pays du Pacifique ou d’Afrique apparaît marginalisé par les mécanismes actuels de reconnaissance de l’art en général, et de l’art contemporain en particulier. Si les marchés de l’art locaux sont peu développés, les critères de définition de la « contemporanéité » sont de surcroît verbalisés par les acteurs d’une Histoire de l’art occidentale qui sert de modèle dans l’identification et la médiation des productions contemporaines africaines et océaniennes.

Les artistes sont alors confrontés au double enjeu qui consiste à exister hors d'un imaginaire occidental qui les stigmatise ou les récupère pour rafraichir la "vieille Europe", et cependant à pénétrer un marché de l’art dont la maîtrise est essentiellement américaine. Les imputations ethniques et géographiques, les approches ethnographiques et culturalistes qui enferment leurs productions constituent pour les artistes africains et océaniens des conditions de visibilité et de reconnaissance difficiles et ambiguës. Entre l’étau du global (la mondialisation et ses standards) et celui du local (le repli sur soi et l’héritage colonial d’une vision falsifiée de la « tradition »), les artistes contemporains d'Afrique et d'Océanie proposent une déconstruction ironique des exotismes et tentent une décolonisation des critères artistiques.

La force critique de ces œuvres, qui tendent de nouveaux miroirs à la contemporanéité, promet l’émergence de pôles de définition de l’art qu’il s’agit d’accompagner comme des modèles alternatifs et originaux, propres à opérer un nécessaire renversement de valeurs.      
 
   
L’enjeu de ce colloque des 31 mars et 1er avril 2006 organisé en Sorbonne par Actazé sous l’égide la DGOM est de réunir différents acteurs et spécialistes de l’art et de la culture établissant des analyses, des liens, des correspondances entre les productions artistiques du Pacifique et du continent africain qui rencontrent, dans le prisme post-colonial, des problématiques communes.


Les communications seront largement médiatisées et diffusées, privilégiant un accès pluriel et libre aux contenus. Outre des retransmissions radiophoniques, elles seront notamment publiées dans la Revue en ligne d'Actazé durant l'été 2006 et produites en DVD vidéo-enregistrés. Ce colloque amorce une série d'actions qu'Actazé met en oeuvre en direction des artistes d'Afrique et du Pacifique ; il trouvera donc ses prolongements dans des événements et des productions de dimension internationale.

Ce colloque est le second organisé par Actazé sous l'égide de la Mairie de Paris. Le colloque international de 2005 a rendu hommage à Louise Michel. Il a été inauguré par Mesdames Anne Hidalgo (première adjointe au Maire de Paris) et George Pau-Langevin (directrice de la DGOM, subvention principale).

   
Pour participer au colloque


Nous vous invitons à soumettre la proposition d'une communication (conférence au Colloque) ou celle d'un texte (article dans la Revue) sous la forme d'un résumé de 15 lignes (en français ou en anglais) accompagné d'une courte biographie au plus tard le 31 décembre 2005 en allant sur le site indiqué ci-dessous.

Les contributions proposées seront examinées par notre comité d'organisation et éditorial. Elles feront l'objet d'une sélection afin de cibler au plus près des problématiques de l'appel à participation. Vous recevrez très vite une réponse de notre bureau.

Vous pouvez aussi proposer de vous associer au colloque et aux opérations qui le prolongeront (colloques hors Europe, médiadiffusion, workshops, expositions, publications, etc). Actazé est une plate-forme ouverte à la collaboration, en recherche permanente de partenariats qui renforcent ses actions et permettent un soutien efficace aux artistes et aux chercheurs. N'hésitez pas à nous faire part de tout projet de collaboration ou de toute demande d'examen d'un projet en relation avec les sujets que nous développons.

L'association culturelle Actazé est subventionnée par la Mairie de Paris et L'IDEAC, Institut d'Esthétique des Arts Contemporains, UMR 8592 du CNRS, Université Paris I, Panthéon-Sorbonne. Elle collabore également avec le Centre Culturel Tjibaou, ADCK, Agence de Développement de la Culture Kanak.

      
      


Catégories

Dates

  • samedi 31 décembre 2005

Contacts

  • Valérie Morginat
    courriel : v [dot] morignat [at] free [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Morignat #
    courriel : v [dot] morignat [at] free [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Art contemporain et sociétés post-coloniales », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 21 décembre 2005, http://calenda.org/190918