AccueilÉtudes transdisciplinaires sur les phénomènes coloniaux

Études transdisciplinaires sur les phénomènes coloniaux

Création d'un réseau de jeunes chercheur-euse-s

*  *  *

Publié le jeudi 12 janvier 2006 par Natalie Petiteau

Résumé

Doctorant-e-s et jeunes chercheur-euse-s venus de disciplines, d'institutions et d'horizons géographiques différents, désirant travailler ensemble sur le passé-présent des phénomènes coloniaux, nous souhaitons créer un réseau fédérant des individus et des groupes de doctorant-e-s travaillant sur les mêmes thématiques, dans le but de mutualiser nos expériences de recherche, nos questionnements théoriques, nos informations pratiques.

Annonce

Doctorant-e-s et jeunes chercheur-euse-s venus de disciplines, d'institutions et d'horizons géographiques différents, désirant travailler ensemble sur le passé-présent des phénomènes coloniaux, nous souhaitons créer un réseau fédérant des individus et des groupes de doctorant-e-s travaillant sur les mêmes thématiques, dans le but de mutualiser nos expériences de recherche, nos questionnements théoriques, nos informations pratiques. Nous nous voulons une alternative à la dispersion institutionnelle, disciplinaire ou par aires culturelles des études sur les phénomènes coloniaux.

Pour une approche collective, dynamique et transdisciplinaire des phénomènes coloniaux

Jeunes chercheur-euse-s ayant commencé nos études doctorales dans les dix dernières années, nous saluons vivement le renouveau récent des approches et la pluralisation des méthodes dans la recherche sur les phénomènes coloniaux. Dans cette perspective, nous sommes convaincus que nos recherches peuvent bénéficier grandement d'approches collectives, dynamiques et transdisciplinaires.

Collectives parce que nous voulons contribuer à la création d'un champ de recherche structuré portant sur les phénomènes coloniaux en France et parce que les jeunes chercheur-euse-s dans ce domaine sont souvent isolés, parfois même au sein du laboratoire auquel ils sont rattachés. C'est pourquoi nous souhaitons créer un réseau capable de mettre en relation les chercheur-euse-s de différentes provenances et compétences et qui partagent la conviction que les échanges d'informations et les confrontations intellectuels peuvent aider à sortir de cet isolement.

Dynamiques parce que nous considérons qu'aujourd'hui l'étude des phénomènes coloniaux ne peut être basée sur les « certitudes » d'une histoire coloniale qui est restée en réalité une histoire régionale pas plus que sur celles d'une histoire dite « nationale » qui écartent largement l'histoire d'une France coloniale, voire impériale, toutes les deux ignorant l'interaction des sphères métropolitaine et coloniales. De même, cette recherche ne peut être basée sur une dichotomie ferme entre colonisateurs et colonisés ne tenant pas compte de la multitude des situations coloniales et de leurs interactions.

Transdisciplinaires parce que nous souhaitons porter une plus grande attention aux phénomènes qui dépassent le cadre des disciplines et multiplier les perspectives depuis lesquelles on peut étudier les phénomènes coloniaux. Il est tout à fait possible que la production d'une véritable « histoire » des phénomènes coloniaux ne se réalise qu'en « re-pensant » les disciplines, voire même le « fait colonial » dans les frontières épistémologiques qui lui sont couramment attribuées. Dans cette perspective, le réseau se propose également comme lieu de réflexion sur l'avenir de la recherche sur la colonisation.

Etudes transdisciplinaires sur les phénomènes coloniaux: vers un champ de recherche

La définition des « phénomènes coloniaux » que nous souhaitons employer dans le cadre du réseau se veut donc la plus large possible, dans la mesure où le renouvellement de cette définition constitue un des axes principaux de notre activité. Nos questionnements auront dès lors pour objet, d'une part, tous les phénomènes culturels, politiques et sociaux liés au « monde colonial », celui-ci étant entendu comme une articulation entre les métropoles et les colonies, dans leurs statuts divers, et d'autre part, les continuités et discontinuités des phénomènes coloniaux jusqu'à nos jours.

Dans sa conception, le réseau se dessinera par et évoluera selon les intérêts et les sujets de recherches de ses membres actifs (pour devenir membre voir les informations ci-dessous). Nous proposons comme point de départ une réflexion commune sur les horizons géographiques et chronologiques, ainsi que sur les thématiques de recherche qu'il serait souhaitable de voir retenues dans nos activités.

Etendue géographique et chronologique : le réseau se focalise sur l'empire français sur la longue durée, à l'époque moderne et contemporaine (XVe au XXIe siècle), avec ouverture à des réflexions comparatistes (autres impérialismes européens ou extra-européens et autres époques, antiques à post-coloniales).

Thématiques de recherche : rapports entre métropole et colonies; pratiques coloniales de domination; définition des droits entre citoyens et sujets et construction du droit colonial; transferts culturels de savoirs, concepts et stratégies, et notamment « effets-retours » du colonial vers la métropole; diffusion d'information; décolonisations et indépendances; établissement et maintien des structures administratives; représentations culturelles des indigènes et des colons; rapports sociaux entre « races », classes et genres en situations coloniales; idéologies coloniales et conceptions de la colonisation par les différents acteurs; articulation entre empire et nation; statuts des colonies.

LE RESEAU EN PRATIQUE

Les outils que nous vous proposons de construire ensemble :

-un annuaire des doctorant-e-s et jeunes chercheur-euse-s travaillant sur les questions coloniales, aboutissant à un panorama relativement le plus exhaustif possible de la recherche doctorale sur la colonisation, en particulier en France ;

-un site web permettant de visualiser sur la Toile le réseau en cours de création des groupes d'études ou de recherches axés sur un thème, une question, un point de comparaison, etc. ;

-des rencontres ponctuelles : réunions d'information puis journées d'études, aboutissant à des productions de recherche collectives (publications traditionnelles ou virtuelles) ;

-un forum électronique pour le partage des informations pratiques.

Pour participer :

-Nous contacter à l'adresse :administrateur.etc@gmail.com

-Donner votre avis sur notre proposition, tant sur le contenu scientifique que sur l'organisation pratique.

-Devenir membre en demandant votre inscription dans l'annuaire et sur la liste de diffusion. Il est possible de s'inscrire à titre individuel en nous renvoyant le formulaire d’adhésion (voir pièce jointe) ou collectif, notamment dans le cas de groupes de doctorants formés dans le cadre d'un laboratoire ou autour d'un projet de recherche (dans ce cas, contactez-nous par courriel).

**********

Conscient-e-s que la transdisciplinarité ne se décrète pas, que ce texte a été principalement élaboré par des anthropologues, historien-ne-s et sociologues, nous espérons, par l'échange, la participation, faire évoluer ce réseau.

Habiba Chabou, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Simon Duteil, Université du Havre

Abdellali Hajjat, EHESS Paris - Laboratoire de Sciences Sociales, ENS Paris

Anna Lim, EHESS Paris - University of Virginia (USA)

Marco Platania, Université de Trieste (Italie) - Université de Paris 8 Saint-Denis

Paul Sager, New York University (USA)

Jean-Lucien Sanchez, EHESS Paris

Stéphanie Samson, Université de Paris 10 Nanterre

Marc Schindler-Bondiguel, EHESS Paris - Université de Bielefeld (Allemagne)


Catégories

Dates

  • jeudi 12 janvier 2006

Contacts

  • Administrateur ETC
    courriel : administrateur [dot] etc [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Abdellali Hajjat
    courriel : ahajjat [at] u-paris10 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Études transdisciplinaires sur les phénomènes coloniaux », Informations diverses, Calenda, Publié le jeudi 12 janvier 2006, http://calenda.org/190988