AccueilLa "question sociale" : les luttes pour l'éducation des adultes dans l'espace public européen

La "question sociale" : les luttes pour l'éducation des adultes dans l'espace public européen

Séminaire européen bilingue (anglais/français), 28-30 juin 2006

*  *  *

Publié le mercredi 18 janvier 2006 par Natalie Petiteau

Résumé

Une abondante littérature européenne sur l’histoire du processus de modernisation, du changement social et de l’éducation et la formation des adultes au 19 et 20ème siècles, montre clairement que les différentes déclinaisons de la Question sociale à travers l’Europe constitue un enjeu majeur du développement et de l’organisation de l’éducation et de la formation des adultes. Différentes interprétations de la Question sociale et de l’accès au savoir des adultes ont été élaborées en fonction des réalités économiques, politiques, sociales et culturelles contemporaines. Les changements économiques, politiques, sociaux et culturels, ainsi que le processus d’industrialisation partout en Europe ont eu un impact sur les idées et sur le développement d’actions d’éducation du “peuple” ou des classes “laborieuses”.

Annonce

ESREA/SERFA

ESREA: European Society for Research on the Education of Adults

SERFA: Société Européenne pour la Recherche en Formation des Adultes

VIIème Séminaire Européen du sous-groupe de recherche ESREA/SERFA sur

Les influences interculturelles dans l'histoire de l'éducation et la formation des adultes en Europe

Annonce et appel à communications

La “Question sociale” : les luttes pour l’éducation des adultes dans l’espace public à travers l’Europe. 19ème - 20ème siècles

Paris, 28 - 30 Juin 2006

Amphithéâtre Durkheim, Sorbonne

Université René Descartes, Paris 5

Organisateurs :

ESREA/SERFA http://esrea.org

Département des sciences de l’éducation, Université Paris 5http://www.univ-paris5.fr

CERLIS – Centre de recherche sur les liens sociaux http://www.cerlis.fr/

GEHFA – Groupe d’études histoire de la formation des adultes http://www.gehfa.com/

Comité scientifique

Dr Anja Heikkinen, University of Tampere, Finlande

Dr Françoise F. Laot, Université René Descartes-Paris 5, CERLIS, France

Dr Barry J. Hake, Leiden University, Pays-Bas

Contact

Françoise F. Laot :francoise.laot@paris5.sorbonne.fr

Site Internet du séminaire

http://www.gehfa.com/SeminaireEuropeen.htm

Appel à communications

Le sous-groupe de recherche ESREA/SERFA sur Les influences interculturelles dans l'histoire de l'éducation et la formation des adultes en Europe a le plaisir d’annoncer que son VIIème Séminaire européen de recherche aura lieu à Paris les 28, 29 et 30 Juin 2006, à l’Amphithéâtre Durkheim de la Sorbonne, Université René Descartes, Paris 5.

Depuis 1991, ce groupe de recherche largement reconnu, a organisé, tous les deux ans, 6 séminaires de recherche en Allemagne, Autriche (deux fois), Espagne, Pays-bas et Royaume-Uni. Cinq ouvrages rassemblant les contributions de ces séminaires ont été publiés par Leeds University Press. Les participants de ces séminaires de recherche intensive travaillent dans des universités en Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Royaume-Uni, Slovénie, Suède et Suisse.

Ce séminaire de recherche intensive sera ouvert à un maximum de 30 participants actifs qui communiqueront sur leur propre travail de recherche. Ce sera un séminaire interculturel : la présentation des communications et les débats qui suivront seront effectuée en deux langues, en anglais et en français, sans traduction simultanée. L’intention, comme habituellement dans les rencontres de la SEFRA/ESREA, est d’aider chacun à parvenir à une compréhension commune et de favoriser les échanges entre les cultures. Ce séminaire doit s’entendre comme un espace d’apprentissage partagé, malgré les frontières de langues, dans un environnement interculturel.

Le VIIème séminaire du sous-groupe de recherche de la ESREA/SERFA aura pour thème :

La “Question sociale” : les luttes dans l’espace public pour l’éducation des adultes à travers l’Europe, 19ème - 20ème siècles

Une abondante littérature européenne sur l’histoire du processus de modernisation, du changement social et de l’éducation et la formation des adultes au 19 et 20ème siècles, montre clairement que les différentes déclinaisons de la Question sociale à travers l’Europe constitue un enjeu majeur du développement et de l’organisation de l’éducation et de la formation des adultes. Différentes interprétations de la Question sociale et de l’accès au savoir des adultes ont été élaborées en fonction des réalités économiques, politiques, sociales et culturelles contemporaines. Les changements économiques, politiques, sociaux et culturels, ainsi que le processus d’industrialisation partout en Europe ont eu un impact sur les idées et sur le développement d’actions d’éducation du “peuple” ou des classes “laborieuses”. A partir de la Révolution Française, la question de la ‘citoyenneté’, au travers notamment de l’éducation de citoyens responsables dans les Etats nations, devint un des enjeux essentiels des débats politiques sur la réalité de la Question sociale. Un des éléments-clés de ces débats, à l’échelle européenne, se trouve dans le conflit grandissant entre des initiatives philanthropiques ou religieuses de bourgeois ou de clercs issus de classes intermédiaires, qui visaient à organiser l’éducation pour les classes populaires, et celles de travailleurs et de femmes, s’organisant progressivement pour affirmer le droit des classes populaires d’organiser, de manière indépendante, leur propre éducation. Dans différents contextes nationaux, la construction idéologique de la Question sociale devint un moyen de combat pour l’accès à l’espace public et pour le contrôle de l’éducation du peuple. L’éducation sociale et du citoyen devint un thème d’affrontement entre différentes conceptions sur les moyens d’amener les adultes à comprendre les changements, souvent déroutant, du monde qui les entourait, d’y prendre leur place et d’y agir. Ces différentes conceptions étaient portées par des idéologies très diverses, par des mouvements conservateurs, socialistes, religieux ou laïcs, par le christianisme social, protestant ou catholique, par des organisations féministes, des syndicats, des associations ouvrières liées à l’internationale socialiste, par des groupes anarchistes… “Savoir c’est pouvoir” devint un drapeau brandi par de nombreux protagonistes dans la lutte contre l’oppression et le combat pour l’émancipation collective.

Cette période, fondatrice dans l’histoire de l’éducation des adultes et de l’éducation du peuple partout en Europe, apparaît dominante des les récits historiques sur les développements nationaux et l’organisation de l’éducation et la formation des adultes. Ces récits décrivent souvent en effet le développement de formes institutionnelles spécifiques et des systèmes nationaux de ce que nous appelons aujourd’hui la formation des adultes.

Néanmoins, ces récits d’histoires nationales ont souvent tendance à ignorer le fait que cette période se caractérisait également fortement par un grand nombre d’échanges interculturels et transnationaux : échanges d’idées, d’expériences, d’initiatives. C’était, en fait, une importante période de développement de mouvements d’éducation d’adultes à dimension européenne. Récits de visites dans d’autres pays, journaux intimes, récits biographiques, publications et également conférences internationales, témoignent d’un intérêt commun et du projet, partagé par beaucoup, de résoudre la Question sociale par l’éducation, notamment par l’organisation de mouvements éducatifs européens. Les thèmes de ces échanges se référaient à des initiatives telles que les Universités populaires, l’extension universitaire, les universités ou les écoles supérieures du peuple, les cercles d’études, la vulgarisation scientifique, les associations d’éducation de travailleurs (WEA), les maisons du peuple, les bibliothèques populaires, les voyages culturels, les coopératives…

Un trait important et largement partagé de ces initiatives était l’accent porté sur la solidarité et l’apprentissage mutuel et collectif dans le cadre d’activités associatives. Cela devint manifeste avec l’importance donnée à l’apprentissage collectif dans la vie quotidienne des hommes et des femmes au travail, en dehors des institutions éducatives. L’organisation de l’éducation des adultes était le plus souvent conçue comme une éducation sociale, mutuelle, collective, avec des formes parfois très innovantes d’éducation informelle reliées à des enjeux plus larges de participation et de développement social démocratique.

Ces différentes initiatives partageaient souvent une importante identité associative et des pratiques d’éducation des adultes basées sur l’idée « d’apprendre ensemble » de manière solidaire.

C’est un aspect de la recherche en histoire de l’éducation des adultes en Europe qui mériterait d’être davantage exploré et plus souvent convoqué pour éclairer les fondements de l’idée de “rapprocher l’éducation et la formation du foyer” souvent avancée dans les documents actuels de l’Union Européenne et la longue histoire de l’éducation et la formation tout au long de la vie, partout en Europe.

Propositions de communications

Le comité scientifique fait un appel à communications auprès de chercheurs en mesure de présenter leurs propres travaux de recherche historique sur des mouvements sociaux et éducatifs se rapportant à l’organisation de l’éducation et la formation des adultes en lien avec la question sociale, quelque soit la période étudiée au 19ème ou au 20ème siècle. Les communications peuvent porter sur des recherches terminées ou en cours. Des communications de doctorants sur leur travail de thèse seront particulièrement les bienvenues.

Les résumés des communications proposées devront être soumis en français ou en anglais avant le 1er février 2006 au comité d’organisation du séminaire sous la forme d’une pièce jointe à un message électronique envoyé à : francoise.laot@paris5.sorbonne.fr.

Les participants seront informés le 1er mars 2006 au plus tard de l’acceptation de leur proposition.

Le texte complet de la communication devra être envoyé le 1er juin 2006 au comité d’organisation et sera mis à disposition en version PDF sur le site du séminaire hébergé par le GEHFA avant l’ouverture du séminaire. Les participants au séminaire seront censés avoir lu à l’avance l’ensemble des communications.



Catégories

Lieux

  • Paris, France

Dates

  • mercredi 01 février 2006

Contacts

  • Francoise F. Laot
    courriel : francoise [dot] laot [at] paris5 [dot] sorbonne [dot] fr

Source de l'information

  • Francoise F. Laot
    courriel : francoise [dot] laot [at] paris5 [dot] sorbonne [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La "question sociale" : les luttes pour l'éducation des adultes dans l'espace public européen », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 18 janvier 2006, http://calenda.org/191022