AccueilLe français, « langue des élites » dans le bassin méditerranéen (XVIIIe siècle – milieu XXe siècle)

*  *  *

Publié le vendredi 03 février 2006 par Natalie Petiteau

Résumé

La question centrale de ce colloque porte sur les rapports entre la langue française et les « élites » (commerçantes, politiques, scientifiques, militaires, diplomatiques, religieuses, artistiques ou autres) dans l’aire méditerranéenne sur une période de 250 ans (début XVIIIe siècle – milieu du XXe siècle). En quoi ces « élites » ont-elles contribué à la diffusion et aux usages de la langue française et, par effet de retour, dans quelle mesure la langue française a-t-elle pu servir à certains groupes pour se « définir » comme élites ?

Annonce

Ce colloque aura lieu les 7, 8 et 9 novembre 2006.
La question centrale de ce colloque porte sur les rapports entre la langue française et les « élites » (commerçantes, politiques, scientifiques, militaires, diplomatiques, religieuses, artistiques ou autres) dans l’aire méditerranéenne sur une période de 250 ans (début xviiie siècle – milieu du xxe siècle). En quoi ces « élites » ont-elles contribué à la diffusion et aux usages de la langue française et, par effet de retour, dans quelle mesure la langue française a-t-elle pu servir à certains groupes pour se « définir » comme élites ?

Il s’agit donc d’une interrogation historique et théorique visant à mieux connaître un domaine peu exploré jusqu’ici et à problématiser des notions répandues mais incertaines telles « langue des élites », « cosmopolitisme », « culture et civilisation françaises », « politesse française », voire « impérialisme linguistique », etc.

Sans préjuger de la structure même du colloque, les propositions de communication pourront se centrer sur les axes de réflexion suivants :

sociologique et sociolinguistique : qui étaient ces élites ? De quels groupes sociaux étaient-elles constituées ? Quelle était leur homogénéité ? Se percevaient-elles comme « homogènes » ? Quel rôle a joué la langue dans la constitution / définition même de ces élites ? etc.

politique ou institutionnel : le français était-il l’objet d’une « politique linguistique » ? Quel était le statut du français (langue commune, langue nationale, langue du droit, langue de l’administration, langue de l’enseignement, etc.). ? Quels étaient les rapports du français avec les autres langues (internationales ou « indigènes ») ? Dans quelle langue se donnait l’enseignement religieux ? Quelle a été l’évolution de la place du français dans la montée des nationalismes linguistiques ?

didactique ou éducatif : dans quelles conditions se transmettait, s’apprenait la langue française ? Par des voyages, au sein des familles ? Quel a été le rôle des établissements scolaires (officiels, congrégations, Alliance française, Mission laïque, etc.) dans la diffusion du français ? Retrouve-t-on des traces du « français des élites » dans les manuels ? Quelle a été la « fortune pédagogique (ou culturelle) » de certains auteurs ou ouvrages ?

linguistique ou culturel : quelle a été l’influence du statut du français (histoire externe) sur l’évolution même de la langue (point de vue interne) ? Quels ont été les rapports entre langue, culture et civilisation françaises ? Quelle était la place du français dans les échanges commerciaux ? Quelles représentations se faisait-on du français (langue universelle, langue des philosophes, langue de l’Occident, langue de la laïcité, etc.) ? Quel français était-il parlé / écrit par les élites ? Etc.

D’autres perspectives peuvent être prises que celles proposées ci-dessus pour autant que la démarche reste une démarche « historienne » incluant soit une perspective diachronique (évolution d’un phénomène dans le temps), soit une perspective synchronique (étude d’un phénomène à un moment donné).

Le colloque comprendra des conférences plénières, des symposiums et des ateliers-débats. Des précisions seront données ultérieurement aux intervenants.

Comité d'organisation

Atilla DEMIRCIOGLU (Université Galatasaray, Istanbul)

Hanife GÜVEN (Université Dokuz Eylül, Izmir)

Jacques PELINQ (Institut français d’Istanbul)

Marie-Hélène SAUNIER LEROY (Université Galatasaray)

Osman SENEMOĞLU (Université Galatasaray)

Necmettin SEVİL (Université d’Istanbul)

Seza YILANCIOĞLU (Université Galatasaray)

Comité scientifique

Frédéric ABECASSIS (ENS Lettres et Sciences humaines, Lyon)

André BANDELIER (Université de Neuchâtel)

Michel BERRÉ (Université de Mons-Hainaut, Belgique)

Henri BESSE (ENS Lettres et Sciences humaines, Lyon)

Jean-Claude CHEVALIER (Université Paris VII)

Herbert CHRIST (Université de Giessen)

Daniel COSTE (ENS Lettres et Sciences humaines, Lyon)

Willem FRIJHOFF (Université Libre d'Amsterdam)

Enrica GALAZZI (Universita Cattolica di Milano)

Juan Garcia BASCUNANA (Université de Tarragone)

Hanife GÜVEN (Université Dokuz Eylül, Izmir)

Gerda HASSLER (Université de Potsdam)

Arzu ILDEM (Université d'Ankara)

Tugrul INAL (Université Hacettepe, Ankara)

Gisèle KAHN (ENS Lettres et Sciences humaines, Lyon)

Marie-Christine KOK-ESCALLE (Université d’Utrecht)

Brigitte LÉPINETTE (Université de Valence)

Jacqueline LILLO (Université de Palerme)

Nadia MINERVA (Université de Bologne)

Alain SCHNEIDER (Ambassade de France, Zagreb)

Osman SENEMOGLU (Université Galatasaray)

Geneviève ZARATE (INALCO, Paris)

Les propositions de communication doivent parvenir avant le 15 avril 2006 aux adresses suivantes :

osmansenem@gmail.comou hanife.guven@deu.edu.tr.

Elles seront accompagnées d’un résumé d’une page environ (300 signes) où seront brièvement présentés l’hypothèse de départ, le cadre méthodologique et les sources primaires consultées. Elles seront soumises à l’approbation du Comité scientifique qui communiquera sa décision avant le 31 mai 2006.

Les langues du colloque sont le français et le turc (les communications présentées en turc, langue du pays organisateur, feront l’objet d’une traduction en français soit de manière simultanée, soit sous la forme d’un résumé écrit).


Catégories

Lieux

  • Istanbul
    Istanbul, Turquie

Dates

  • samedi 15 avril 2006

Contacts

  • Osman SENEMOGLU
    courriel : osmansenem [at] gmail [dot] com
  • Hanife GÜVEN
    courriel : hanife [dot] guven [at] deu [dot] edu [dot] tr

Source de l'information

  • Hanife GÜVEN
    courriel : hanife [dot] guven [at] deu [dot] edu [dot] tr

Pour citer cette annonce

« Le français, « langue des élites » dans le bassin méditerranéen (XVIIIe siècle – milieu XXe siècle) », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 03 février 2006, http://calenda.org/191101