AccueilPopulation et histoire politique au XXe siècle

Population et histoire politique au XXe siècle

Migrations mondiales, géopolitique et Etat-Providence dans l'entre-deux-guerres

*  *  *

Publié le dimanche 12 février 2006 par Natalie Petiteau

Résumé

Le séminaire étudiera posera la migration comme un objet planétaire, en articulant des dimensions (économiques, sanitaires, raciales, politiques), souvent séparées dans l’analyse.Le terrain d’étude sera, sous l’entre-deux-guerres, les tentatives de régulation des migrations mises en œuvre par le Bureau International du Travail, en liaison avec les Etats, les associations, les Églises, les entreprises. La stratégie du BIT est de pousser, par ce biais, à la diffusion mondiale de l’État-Providence, en s’appuyant sur l’argument, libéral, de la mise à niveau des conditions de concurrence économique. La dimension politique sera essentielle : conditions de survie d’une institution « faible », effet des dynamiques diplomatiques sur l’architecture mondiale des migrations, mais aussi conflits géopolitiques menant à la guerre. On étudiera comment l’objectif d’un meilleur partage des matières premières et de la main-d'œuvre au nom d’un intérêt supérieur de l’humanité, a été récupéré par les nations dépourvues d’empires coloniaux pour justifier les coups de force territoriaux (Mandchourie, Ethiopie). Chaque séance sera accompagnée d’une lecture obligatoire, texte d’époque ou travail d’historien.

Annonce

Population et histoire politique au XXe siècle. Migrations mondiales, géopolitique et Etat-Providence dans l'entre-deux-guerres


Le séminaire étudiera posera la migration comme un objet planétaire, en articulant des dimensions (économiques, sanitaires, raciales, politiques), souvent séparées dans l’analyse.Le terrain d’étude sera, sous  l’entre-deux-guerres, les tentatives de régulation des migrations mises en œuvre par le Bureau International du Travail, en liaison avec les Etats, les associations, les Églises, les entreprises. La stratégie du BIT est de pousser, par ce biais, à la diffusion mondiale de l’État-Providence, en s’appuyant sur l’argument, libéral, de la mise à niveau des conditions de concurrence économique.
La dimension politique sera essentielle : conditions de survie d’une institution « faible », effet des dynamiques diplomatiques sur l’architecture mondiale des migrations, mais aussi conflits géopolitiques menant à la guerre. On étudiera comment l’objectif d’un meilleur partage des matières premières et de la main-d'œuvre au nom d’un intérêt supérieur de l’humanité, a été récupéré par les nations dépourvues d’empires coloniaux pour justifier les coups de force territoriaux (Mandchourie, Ethiopie). Chaque séance sera accompagnée d’une lecture obligatoire, texte d’époque ou travail d’historien.


15 février

L’historiographie des migrations : points d’accumulation et trous noirs

1er mars

Migrations, libéralisme et expansion des États-Providence dans le premier XXe siècle

15 mars

Le rôle du Bureau International du Travail dans le contrôle des migrations mondiales

29 mars

L’articulation entre migrations intérieures, migrations internationales et migrations coloniales : le cas du bassin minier d’Afrique australe

5 avril

La politique sanitaire des migrations internationales

3 mai

Le « noircissement du monde » : l’obsession raciale dans la structuration des flux migratoires dans l’entre-deux-guerres

17 mai

Règlement des problèmes sociaux et marche à la guerre : histoire d’un dévoiement

Lieu : Salle 8, 48 bd Jourdan, 75014 Paris, 16h-18h

Catégories

Lieux

  • Paris, France

Dates

  • mercredi 15 février 2006

Contacts

  • Paul-André Rosental
    courriel : rosental [at] ehess [dot] fr

Source de l'information

  • Paul-André Rosental
    courriel : rosental [at] ehess [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Population et histoire politique au XXe siècle », Séminaire, Calenda, Publié le dimanche 12 février 2006, http://calenda.org/191139