AccueilLes enfants et les jeunes dans les espaces du quotidien

Les enfants et les jeunes dans les espaces du quotidien

Colloque pluridisciplinaire international

*  *  *

Publié le jeudi 09 mars 2006 par Natalie Petiteau

Résumé

Les travaux portant sur l'enfance et la jeunesse se sont multipliés depuis le début des années soixante en mobilisant des champs variés des sciences humaines et sociales. Ce colloque propose de poursuivre et de renouveler la réflexion en s'attachant aux espaces de vie, aux pratiques, usages et mobilités des enfants et des jeunes, dans une démarche globale, transversale et pluridisciplinaire.

Annonce

LES ENFANTS ET LES JEUNES DANS LES ESPACES DU QUOTIDIEN


Les travaux portant sur l’enfance et la jeunesse se sont multipliés depuis le début des années soixante en mobilisant des champs variés des sciences humaines et sociales. Ce colloque propose de poursuivre et de renouveler la réflexion en s’attachant aux espaces de vie, aux pratiques, usages et mobilités des enfants et des jeunes, dans une démarche globale, transversale et pluridisciplinaire.

S’il est difficile de donner une définition absolue de l’enfance et de la jeunesse, on peut s’accorder sur le fait que ces deux réalités correspondent, de par leurs caractéristiques physiologiques, psychologiques et sociales, à une période du développement de la vie d’un individu. Elles désignent les premiers âges de la vie par opposition aux classes d’âge qui suivent (adultes, personnes âgées…). Cette définition ne doit pas occulter l’hétérogénéité qui existe au sein de l’enfance comme au sein de la jeunesse, que cette hétérogénéité tienne au genre, à l’âge, à l’origine sociale ou ethnique. Il s’agit également de catégories sociales variables et propres à des contextes sociaux, historiques et culturels supposant la confrontation des regards entre géographie, psychologie et sociologie.

L’objectif du colloque consiste à envisager les enfants et les jeunes dans leurs espaces quotidiens, c’est-à-dire des espaces variés appartenant à différents contextes de vie, de l’échelle micro (le logement) à l’échelle plus large comprenant la proximité du domicile, le quartier, la ville, ou le village. Les espaces du quotidien sont vécus (pratiqués, représentés, pensés, détournés, évités...) par les enfants et les jeunes à des rythmes et des fréquences plus ou moins variables, seuls ou en relation avec d’autres. Ces espaces sont porteurs de significations, d’une symbolique et de valeurs liées aux contextes culturels et sociaux.

Il convient de comprendre le vécu des enfants et des jeunes dans leurs divers milieux et espaces quotidiens en tenant compte des conditions et modes de vie et en les confrontant avec les grandes transformations familiales, éducatives, sociales, économiques telles que, dans nos sociétés, la diversification des configurations familiales, l’extension des standards d’éducation, l’entrée des nouvelles technologies dans la sphère privée et les modes de vie des enfants et des jeunes, les nouvelles exigences de protection et de supervision des enfants, le rôle des médias, la flexibilité des conditions de travail, l’accroissement des précarisations des populations, l’augmentation des mobilités (résidentielles, spatiales, etc.), la segmentation sociale et fonctionnelle des espaces…

Toutes les formes de relations que les enfants et les jeunes entretiennent avec les espaces quotidiens intéressent ce colloque. De manière générale, on s’interrogera sur la manière dont les enfants et les jeunes, par leurs actions, leurs diverses formes d’appréhension et d’appropriation produisent les espaces du quotidien. Comment contribuent-ils par leurs pratiques, par les discours qu’ils génèrent, les mesures qu’ils provoquent, les prises de position qu’ils impliquent, à une définition des espaces quotidiens ? Et en même temps, comment la diversité de ces espaces, avec les différentes dimensions qui les constituent, participe-t-elle à leur propre développement, à leur socialisation ? Les différences de socialisation générées par la diversité des espaces quotidiens participent-elles à la production d’inégalités sociales ? Comment, enfin, les espaces du quotidien peuvent-ils aussi concourir à « produire » les enfants et les jeunes, à façonner leurs corps, leurs façons d’agir et de penser ?

Il faudra considérer que les différentes formes de relations que les enfants et les jeunes développent avec les espaces du quotidien, leurs manières de vivre et d’appréhender ces espaces varient en fonction de l’âge, du genre, des origines sociales et ethniques. Ces variables interviennent inévitablement dans le degré d’autonomie de pratiques des enfants et des jeunes ainsi que dans leurs choix de lieux et d’activités, dans leurs préférences environnementales. Elles impliquent donc des problématiques spatiales, sociales et psychologiques très distinctes. Selon ces critères, quelles sont les conditions d’accès aux espaces ? Et comment ceux-ci varient-ils dans leur nature, leur fonction, leur localisation ?

Les enfants et les jeunes dans les espaces du quotidien : réalités, représentations, pratiques et comportements

Comprendre les enfants et les jeunes dans les espaces quotidiens, c’est prendre en considération non seulement les espaces qui leur sont dédiés tels que, parmi d’autres lieux spécifiques, l’école, l’aire de jeux, le centre de loisirs, mais aussi les espaces privés et publics qu’ils partagent avec l’ensemble des classes d’âge.

Les enfants et les jeunes investissent ces espaces du quotidien de différentes façons, par leurs actions, leurs activités, leurs circulations mais aussi leurs représentations et leurs affects ; ils peuvent se les approprier, les construire, les contourner, les déconstruire, les dégrader…

On pourra se demander quels sont les espaces de l’enfance et de la jeunesse aujourd’hui. Sont-ils principalement publics, institutionnels, privés ? Qu’y font les enfants et les jeunes ? Seuls ou avec d’autres ?

Par ailleurs, on tentera de réfléchir aux conséquences des transformations familiales sur les pratiques des enfants et des jeunes, tant au niveau de l'habitat (appropriation de plusieurs espaces de vie, partage de l'espace au sein de la fratrie recomposée) qu'au niveau de la mobilité quotidienne. De façon plus générale, quelles sont les conséquences de l’évolution des mobilités quotidiennes et de la conception de la proximité sur les choix de lieux et les pratiques des enfants et des jeunes ? En quoi la diversification des espaces de vie et des mobilités des enfants et des jeunes influence-t-elle leur représentation de l’espace et leur appréhension de la notion de quartier ?

L’évolution des pratiques des enfants en dehors des temps scolaires tend, notamment dans les sociétés post-modernes, à une plus forte programmation à la fois temporelle et spatiale des activités et à un encadrement plus important des enfants au cours de celles-ci. On peut se demander quelles sont alors les conséquences sur l’apprentissage de l’autonomie et l’appréhension des espaces publics en général. Que signifie se déplacer seul ? Que signifie l’espace de la rue pour les enfants ?

On pourra aussi s’interroger sur les effets des nouvelles technologies (téléphone portable, communication informatique, jeux-vidéo) et sur l’impact de l’exposition à des espaces « fabriqués » et rêvés par les nouveaux médias sur leurs pratiques d’espaces matériels. Comment le monde réel et le cyber-monde s’imbriquent-ils dans leurs pratiques et appréhensions de l’espace ? Sachant que l’accès à ces nouvelles technologies n’est pas égal d’un milieu culturel et social à un autre, quelles sont les conséquences de ces inégalités sur les rapports des enfants et des jeunes à l’espace quotidien ?

De manière générale, sont donc sollicités dans ce premier axe thématique des travaux et réflexions qui s’intéressent aux différents rapports des enfants et des jeunes aux espaces quotidiens, aux différentes formes d’appropriation en tenant compte d’un ensemble varié de facteurs, en prise avec les transformations de nos sociétés.

Les enfants et les « autres » dans leurs rapports à l’espace quotidien

Les espaces du quotidien se définissent à partir de la vie sociale qui y prend place et des relations interpersonnelles que les enfants et les jeunes y développent. Les relations aux « autres » déployées dans les différents espaces quotidiens participent non seulement au développement moteur et cognitif des enfants et des jeunes mais aussi, surtout, à la construction de leur identité. Aujourd’hui, plus qu’autrefois, du fait de la multiplicité des appartenances sociales et spatiales, les enfants et les jeunes sont amenés à construire une identité « plurielle ».

La réflexion portera ici sur la relation des enfants et des jeunes aux « autres » dans leurs rapports à l’espace quotidien, en prenant en considération aussi bien les relations « verticales », en référence aux différentes personnes ayant la charge de l’éducation et de la protection de l’enfant (membres de la famille, acteurs sociaux, milieu social adulte en général), que les relations « horizontales » basées sur la réciprocité et la mutualité des individus, à savoir le groupe de pairs et la fratrie. Le rôle de ces « autres » dans le développement des pratiques, des comportements, des évaluations et des significations que les enfants attribuent à l’espace pourra être montré. Ce rôle varie en fonction de la fréquence des pratiques, de la nature des activités déployées dans l’espace et du lien affectif que les enfants et les jeunes ont pu tisser. Dans quelles mesures ces « autres » constituent-ils des freins aux pratiques de l’espace ? A l’inverse, dans quelles conditions sont-ils davantage un soutien social ou des compagnons stimulants ?

Dans le rapport des enfants et des jeunes avec l’environnement, le groupe de pairs est un facteur d’encouragement, tant dans la découverte de l’espace que dans leur apprentissage social. Avec ses pratiques, ses codes et ses langages particuliers, le fonctionnement des enfants et des jeunes en groupe dans les espaces quotidiens peut aussi constituer des « cultures ». Quels sont les espaces supportant ces « cultures enfantines » ? Quels en sont les contours ? Comment les enfants et les jeunes s’accommodent-ils des règles et limites qui leur sont imposées par les adultes pour maintenir des activités et des rencontres ? Peut-on observer des transformations spatiales de ces « cultures enfantines » avec l’arrivée de nouvelles technologies et de rapports plus idéels que matériels à l’espace ? Comment ces rapports à de nouveaux mondes et de nouvelles pratiques modifient-ils les rapports sociaux entre les enfants et les jeunes dans les espaces du quotidien ? Comment les enfants et les jeunes vivent-ils en particulier les distances aux autres ?

A l’heure où les modèles familiaux et du travail sont en pleine mutation, comment les nouvelles formes de relations qui se constituent entre les membres de la famille s’inscrivent-elles dans l’espace ? Quels sont les rôles respectifs des « autres » (parents, grands frères, pairs, voisins, professionnels...) dans l’accès aux espaces quotidiens par les enfants et les jeunes ? Quels liens intergénérationnels apparaissent aujourd’hui ? Enfin, en quoi les relations avec le monde adulte participent-elles, dans les rapports aux espaces quotidiens, à la socialisation des enfants et des jeunes ?

Par ailleurs, face aux questions d’ordre écologique, l’intérêt pourra aussi être porté sur la sensibilité environnementale des enfants et notamment sur les actions et modes d’influence dont ils disposent pour engager leur entourage dans des conduites plus soucieuses de l’environnement. Quelles sont les formes de sensibilité environnementale des enfants ? Quels sont leurs pouvoirs de persuasion dans ce domaine ? Comment agissent-ils ?

En conclusion, toute forme de recherche s’intéressant aux relations formelles et informelles des enfants et des jeunes avec les autres dans leur dimension spatiale sera retenue sous cet axe.

Les « autres » et les enfants dans les rapports à l’espace quotidien

Les rapports des enfants et des jeunes aux espaces quotidiens dépendent aussi en amont de la manière dont ils sont pensés, pris en considération et entendus dans la société. Ce qui amène à s’intéresser au rôle des politiques publiques, des acteurs sociaux et des différentes instances ayant en charge l’éducation et la vie quotidienne des enfants.

Ce qui pose aussi la question de l’influence des modèles de l’enfance et de la jeunesse dans les sociétés. Quelles en sont les répercussions dans la vie quotidienne des enfants et des jeunes ainsi que dans leurs rapports à l’espace ? Comment leurs différents statuts et positions s’articulent-ils dans les problématiques de politique publique, notamment dans le champ social, éducatif et familial ? Quelles en sont les conséquences dans les manières de penser l’enfance et la jeunesse dans les politiques publiques et dans les formes de prise en charge de l’enfance dans la société, ainsi que dans les rapports des enfants au monde adulte ? Quelles formes de prises en charge sont développées pour mieux accompagner les familles dans l’exercice de leurs responsabilités ? Quels services et équipements sont déployés pour répondre aux besoins des enfants et des jeunes en termes de soins et d’éducation ? Comment sont prises en compte les différentes spatialités et temporalités des enfants et des jeunes ?

Outre les questions de prise en charge des enfants, on pourra réfléchir aussi à leur rôle dans les processus de décisions relatives à l’espace. Comment est reconnu le rôle d’acteur de l’enfant dans les sociétés ? On s’attachera par exemple à observer les différents dispositifs mis en place par les politiques publiques en faveur de l’enfance et de la jeunesse, de ses droits et de son implication dans la vie quotidienne (Convention internationale des droits de l’enfant, Charte de la ville amie des enfants, Villes éducatrices etc.). Comment ces différents dispositifs sont-ils appliqués ? Les paroles, propositions et actions des enfants et des jeunes sont-elles prises en compte de manière directe ? Que signifie un enfant acteur pour les acteurs institutionnels ? Jusqu’où ces acteurs reconnaissent-ils le droit d’expression des enfants et des jeunes ?

Malgré cette plus grande prise en considération du droit des enfants et des jeunes à émettre leur avis et à participer aux transformations de leurs espaces quotidiens, on peut constater aujourd’hui des inégalités à un niveau mondial, mais aussi national et régional, dans le développement de la participation des enfants et des jeunes à la vie de la cité. Comment s’expriment les disparités à ces différentes échelles ? Existe-t-il des situations plus propices à la participation des enfants et des jeunes ?

Outre les inégalités dans la participation des enfants et des jeunes, on observe aussi des difficultés dans certains contextes à penser et à envisager les enfants dans l’espace public. L’élévation des exigences de bien-être et d’éducation des enfants et des jeunes (spécialisation des services et des personnes), la sanctuarisation de l’espace privé, voire même de tout autre espace institutionnalisé réservé à l’enfance et à la jeunesse, semblent renforcer aujourd’hui la segmentation des espaces quotidiens et le cloisonnement des prises en charge des enfants et des jeunes. On peut se demander comment sont pensées les politiques pour considérer l’enfant dans sa globalité au-delà des clivages institutionnels dans les différents champs d’intervention de l’action publique. Des prises en charge très spécialisées n’engendrent-elles pas des formes de marginalisation voire d’exclusion des enfants et des jeunes qui leur échappent ? Qui sont les enfants et les jeunes sans cesse sous le regard panoptique des prises en charge ? Et ceux qui ne le sont pas ?

Toute recherche portant un regard sur les formes et/ou les conséquences des interventions d’acteurs individuels ou collectifs sur les espaces quotidiens des enfants et des jeunes aux niveaux micro et macro-sociaux alimentera les réflexions de ce troisième axe.

Catégories

Lieux

  • Rennes, France

Dates

  • jeudi 16 novembre 2006

Fichiers attachés

Contacts

  • Olivier DAVID
    courriel : colloque-enfantsjeunes [at] uhb [dot] fr

Source de l'information

  • Olivier DAVID
    courriel : colloque-enfantsjeunes [at] uhb [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les enfants et les jeunes dans les espaces du quotidien », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 09 mars 2006, http://calenda.org/191289