AccueilÀ chacun sa tragédie. Retours sur la tragédie grecque

*  *  *

Publié le vendredi 10 mars 2006

Résumé

Depuis son apparition à Athènes, à la fin du VIe s. avant notre ère, la tragédie grecque n’a cessé d’être l’objet de débats récurrents. À la suite de Platon et d’Aristote, de nombreux spécialistes, qu’ils soient philologues, philosophes, anthropologues, historiens, voire psychanalystes, se sont inlassablement interrogés sur la naissance et la nature de cette création profondément originale et lui ont conféré un sens et une portée à chaque fois différents : aux analyses contrastées (pour ne pas dire profondément antithétiques) de F. Nietzsche et de U. von Wilamowitz au XIXe s., ont succédé au siècle suivant les lectures proposées par les « Ritualistes de l’École de Cambridge », les « Philologues de l’École de Lille », « les Anthropologues de l’École de Paris » etc.

Annonce

Depuis son apparition à Athènes, à la fin du VIe s. avant notre ère, la tragédie grecque n’a cessé d’être l’objet de débats récurrents. À la suite de Platon et d’Aristote, de nombreux spécialistes, qu’ils soient philologues, philosophes, anthropologues, historiens, voire psychanalystes, se sont inlassablement interrogés sur la naissance et la nature de cette création profondément originale et lui ont conféré un sens et une portée à chaque fois différents : aux analyses contrastées (pour ne pas dire profondément antithétiques) de F. Nietzsche et de U. von Wilamowitz au XIXe s., ont succédé au siècle suivant les lectures proposées par les « Ritualistes de l’École de Cambridge », les « Philologues de l’École de Lille », « les Anthropologues de l’École de Paris » etc.
Très récemment ce ne sont pas moins de quatre publications en langue française qui sont venues relancer la discussion : il s’agit, par ordre de parution, de La voix endeuillée. Essai sur la tragédie grecque de N. Loraux (Paris, 1999), de L'insignifiance tragique de Fl. Dupont (Paris 2001), du Miroir brisé de P. Vidal-Naquet (Paris, 2002) et de L'élan démocratique dans l'Athènes ancienne de J. de Romilly (Paris, 2005).
À ces diverses contributions il convient d’adjoindre également celles des auteurs/metteurs en scène qui, dès la Renaissance, ont porté de nouveau à la scène des pièces vieilles de plus d’un millénaire, et en ont proposé une interprétation.
À chacun donc sa tragédie ? C’est la question que se propose d’examiner la présente journée d’étude. Tout en se limitant volontairement, par souci d’efficacité, à quelques-unes des voies d’approche de la recherche actuelle, on s’interrogera successivement sur la manière dont l’iconographie, la littérature fragmentaire, la comédie, les tragédies des époques hellénistique et romaine, et enfin les représentations contemporaines et autres de drames antiques viennent éclairer d’un jour nouveau notre connaissance et notre compréhension de la production tragique des Grecs.

Journée d’étude organisée par B. LE GUEN, Professeur d’histoire grecque (Université de Paris 8, Centre Gernet)

en collaboration avec S. MILANEZI, Professeur d’histoire grecque (Université de Nantes, Centre Gernet)

Saint-Denis, musée d’art et d’histoire 22, bis rue Gabriel Péri – 93200 Saint-Denis

Programme de la journée

 

8h45– 9h : Accueil des participants

9h – 9h15 : Introduction par B. Le Guen (Université de Paris 8)

9h15 – 10h45 : O. Taplin (Université d’Oxford), « Peintures sur vase et tragédie au IVe siècle : rupture ou interaction ? »

10h45 – 11h : Discussion

11h– 11h30 : F. Jouan (Université de Paris 10), « Incursions au gynécée dans le théâtre perdu d’Euripide »

11h30 – 11h45 : Discussion

11h45– 12h15 : S. Milanezi (Université de Nantes), « Echos tragiques dans la comédie grecque (Ve-IIIe siècles av. J.-C.) »

12h15 – 12h30 : Discussion

 

12h30 – 13h45 : BUFFET (sur place)

 

13h45-14h : Visite rapide du musée d’art et d’histoire par V. Mavera (Musée de St-Denis)

14h – 14h30 : B. Le Guen (Université de Paris 8), « La tragédie grecque à l’époque hellénistique : forme, place et fonction »

14h30 – 14h45 : Discussion

14h45 – 15h15 : M.-H. Garelli (Université de Toulouse II – Le Mirail), « La praetexta à Rome : une autre réception de la tragédie grecque »

15h15 – 15h30 : Discussion

15h30 – 16h : Ph. Brunet (Université de Rouen), « Mettre en scène Antigone en 2006 »

16h – 16h15 : Discussion

16h15 – 16h30 : Pause

16h30 – 17h : Conclusions de P. Demont (Université de Paris IV)

Catégories

Lieux

  • Saint-Denis, France (93)

Dates

  • jeudi 06 avril 2006

Contacts

  • Brigitte Le Guen
    courriel : brigitte [dot] leguen [at] worldonline [dot] fr

Source de l'information

  • Brigitte Le Guen
    courriel : brigitte [dot] leguen [at] worldonline [dot] fr

Pour citer cette annonce

« À chacun sa tragédie. Retours sur la tragédie grecque », Journée d'étude, Calenda, Publié le vendredi 10 mars 2006, http://calenda.org/191291