AccueilPetites villes en montagne de l'Antiquité romaine au XXe siècle, Europe occidentale et centrale

*  *  *

Publié le vendredi 10 mars 2006 par Corinne Cassé

Résumé

Fascinés par les plus grandes unités urbaines, dont leur propre époque de "révolution urbaine" rendait évidente la croissance en nombre comme en taille démographique, les historiens des villes ont longtemps délaissé la strate inférieure du maillage, celle des villes moyennes et petites.

Annonce

Argumentaire

Fascinés par les plus grandes unités urbaines, dont leur propre époque de "révolution urbaine" rendait évidente la croissance en nombre comme en taille démographique, les historiens des villes ont longtemps délaissé la strate inférieure du maillage, celle des villes moyennes et petites[1].

Désormais, les initiatives se multiplient pour promouvoir l'étude de ces dernières et, les sortant de la seule perspective monographique et d'histoire locale, faire accéder l'étude des villes petites et moyennes aux bénéfices d'une réflexion conceptuelle, d'une perspective d'ensemble (concept allemand de Städtelandschaft, analyses de semis, maillages[2] et réseaux urbains), de la problématique des localités centrales (central places, Zentralorte), de l'interrogation sur les rapports ville-campagne (Stadt-Umlandbeziehungen) et entre petites villes et organismes urbains de premier rang.

Dans cette perspective, le CHEC (Centre d'Histoire "Espaces et cultures", Université Blaise Pascal), dans le cadre de son axe 3 (Usages et représentations de l'espace) se propose de rassembler les spécialistes intéressés autour d'une interrogation sur les spécificités -à démontrer, étudier et mettre en valeur- des petites villes sises en zone de montagne dans une vaste zone géographique couvrant l'Europe occidentale et centrale.

Les moyennes montagnes (à partir de 600 m.) ouest- et centre- européenne apparaissent en effet comme un milieu particulier au regard du développement des "lieux centraux" et de la strate des villes moyennes et petites:

  • en raison des compartimentages de l'espace dus au relief (le Massif central français offre ainsi plusieurs exemples de lieux centraux perchés jusqu'à plus de 1000 mètres d'altitude),
  • au regard des contraintes imposées aux courants de circulation, par ailleurs étonnamment vivaces et divers tant pour le commerce que pour les pèlerinages et tout autre type de déplacements, l'usage du portage (à dos d'hommes ou par animaux de bât) rendant tout à fait pertinent la traversée de ces massifs que les ligne principales de chemin de fer préfèreront plus tard contourner,
  • mais aussi en raison des aptitudes agricoles (élevage, mais aussi arboriculture) et "industrielles" (sous-produits de l'élevage, utilisation de la force hydraulique et d'une eau de qualité, ressources minières) spécifiques; ainsi qu'au regard des efforts déployés pour adapter à des conditions difficiles des cultures que l'on attendrait pas à ces altitudes,
  • ou encore au regard d'un peuplement dense, malgré les conditions climatiques -y compris aux hautes époques comme le montre la prospection archéologique- et d'une extrême dispersion de l'habitat rural que ce maillage spécifique de lieux centraux vient structurer et auquel il offre ses services.

Projet

Les communications sollicitées pourront s'organiser autour de quelques axes thématiques:

  • les spécificités des petites villes de montagne, telles qu'esquissées supra
  • villes de montagne et piémont
  • ville du piémont et milieu montagnard
  • une discussion autour du degré d'organisation de ces organismes urbains: simple semis ou véritable réseau?

Langues du colloque: français, allemand, anglais, espagnol, italien. Les communications -ou au moins un résumé- devront parvenir aux organisateurs avant le colloque afin de permettre la préparation de traductions.

Propositions: les collègues intéressés voudront bien adresser le titre de leur proposition de communication, accompagné d'un argumentaire de max. deux pages A4 et de leurs références par courrier électronique à l'adresse ci-dessous avant le 1er mai 2006 :

Pr.-Dr. Jean-Luc FRAY (Histoire du Moyen Age)

J-Luc.FRAY@univ-bpclermont.fr



[1]) La notion de "villes petites et moyennes" s'appuie –en ce qui regarde la période médiévale- sur les travaux d'un groupe de réflexion inter-universitaire ("Les petites villes d'Occident à la fin du moyen Age") placé sous la direction du Prof. Philippe JANSEN et rattaché au CEPAM (Université de Nice-Sophia-Antipolis).

[2]) On emploie ici par prudence le concept "neutre" de maillage pour signifier la présence signifiante parce que non aléatoire (contrairement au "semis", simple constatation d'une répartition de fait dans l'espace considéré) des éléments en cause; qu'ils constituent un "réseau" (ce qui suppose -dans le strict respect des réflexions conceptuelles de la géographie urbaine- la mise en évidence d'une hiérarchisation et surtout de flux, puisque c'est la nature et l'importance des relations interurbaines qui définissent le réseau) reste une question ouverte.

Catégories

Lieux

  • Clermont-Ferrand, France

Dates

  • jeudi 01 juin 2006

Contacts

  • Pr.-Dr. Jean-Luc FRAY (Histoire du Moyen Age) ~
    courriel : J-Luc [dot] FRAY [at] univ-bpclermont [dot] fr

Source de l'information

  • Jean-Luc FRAY
    courriel : J-Luc [dot] FRAY [at] lettres [dot] univ-bpclermont [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Petites villes en montagne de l'Antiquité romaine au XXe siècle, Europe occidentale et centrale », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 10 mars 2006, http://calenda.org/191298