AccueilLes lieux de la muséologie

*  *  *

Publié le samedi 18 mars 2006 par Natalie Petiteau

Résumé

Deuxième cycle de conférences consacré à la muséologie, son objet, ses lieux, ses acteurs.

Annonce

Les lieux de la muséologie

16.03

Martin R. Schärer (Alimentarium – Musée de l’alimentation, Vevey)

L’exposition – lieu de rencontre pour objets et acteurs

L’exposition est considérée et interprétée comme une sorte de plateau de théâtre expérimental, où les spectateurs et les créateurs participent activement à la représentation d’une pièce. Elle est un lieu de visualisation explicative de faits absents avec des objets et des moyens de mise en scène comme signes. Ce dispositif significatif fait part d’un processus de communication entre exposeurs et visiteurs qui, eux, restent libres en tout temps. S’y ajoute une autre rencontre primordiale et souvent perturbatrice par rapport à la communication intentionnée, celle entre les visiteurs et les objets, ces derniers étant peut-être les vrais acteurs sur cette scène. Selon le langage choisi par les créateurs de l’exposition, ils jouent des rôles très divers auxquels se mêlent les connotations personnelles des visiteurs. L’exposition s’avère donc ainsi comme média extrêmement complexe.

23.03


Michel CÔtÉ (Muséum. Pôle Sciences et Sociétés, Lyon)

Les enjeux liés à la transformation d’une institution muséale

Le cycle de conférences de 2005 consacré à l’objet de la muséologie faisait notamment état de l’évolution de la muséologie et posait une série de questions sur ces tendances démontrant la complexité d’une institution en mouvement. À partir du cas de la transformation du Muséum de Lyon en Musée des Confluences, peut se dégager une série d’enjeux liés bien sûr à la rénovation d’un lieu, mais aussi à toute institution culturelle ou muséale. Un musée est d’abord et avant tout un projet culturel, une lecture de la réalité. Comment s’élabore cette vision du monde et surtout quelles répercussions provoque-t-elle sur l’institution. En effet, ce projet culturel est mis en place par des équipes, dans un contexte donné et dans un environnement immédiat. Créer les conditions nécessaires à la réalisation du projet et de ses ambitions, voilà le lot quotidien du musée. Il ne saurait y avoir une seule réponse, mais peut-être pouvons-nous identifier des moments clés et des actions incontournables.

Du projet aux projets, de la volonté au travail des équipes et des partenaires, de la mise en forme à l’évaluation…

06.04


Christian Bernard (MAMCO. Musée d’art moderne et contemporain, Genève)

Le Musée exposé

On évoquera la genèse et le projet du Mamco (Musée d’art moderne et contemporain de Genève), les notions qui orientent sa pratique critique du musée et ses diverses « façons de faire ». Le musée et l’exposition sont-ils des formes usées ? Comment prendre en compte les contradictions inhérentes à l’idée de musée d’art contemporain ?

04.05

Peter Schneemann (Institut für Kunstgeschichte, Universität Bern)

Laws of Space, Site and Specificity. Contemporary Art in the Museum

Der Vortrag erörtert anhand von Beispielen das spannungsreiche Verhältnis der zeitgenössischen Kunst zum Museum. In einem ersten Schritt wird es darum gehen, die Bedingungen der Institution, ihre Regelwerke bezüglich Momenten der Auratisierung, der Dauer, der ästhetischen Autonomie, des Schweigens etc. in ihrer modernen Ausformulierung zu beschreiben. Denn es sind diese „Rules“ die im 20. Jahrhundert zu den unterschiedlichsten künstlerischen Strategien der Verweigerung und des Ausbrechens geführt haben. In der Gegenwart ist jedoch zu beobachten, wie Qualitäten und Potenzen an Bedeutung gewinnen, die sich über die Kategorien „site“ und „specificity“ herleiten. Die erneute Problematisierung des Museums steht unter dem Vorzeichen einer globalisierten Kunstwelt. (Conférence en anglais)

18.05

Pierre Starobinski (Association Regards du Monde, Pully)

Opérations à ciel ouvert, l’espace en-jeu(x)

Le paysage a beaucoup retenu l’attention ces dernières années. Non seulement dans son acceptation ontologique mais essentiellement au travers des transformations, implantations, représentations qui en ont été faites par « l’intervention d’artistes ». L’espace d’exposition ne se confine plus aux musées et galeries, il explose et se retrouve dans les endroits les plus inattendus, à l’instar des techniques et des modes artistiques qui s’en emparent.

Phénomène de mode, réflexion sur la qualité de l’environnement, esthétisation pure ; une ébauche de réflexion à la lecture de quelques exemples.

01.06


Marc-Olivier Gonseth (Musée d’Ethnographie, Neuchâtel)

Le dépôt, la vitrine et l’espace social

Les musées sont lieux de collection, de recherche, d’exposition et d’animation. La muséologie s’exerce par conséquent en grande partie à l’intérieur des espaces définis par ces quatre domaines d’activités. Elle le fait stricto sensu par le fait que des activités muséales ont bel et bien lieu dans des espaces dédiés aux collections et aux expositions ainsi que dans un cadre local, régional, national ou international impliquant activités de recherches et d’animation. Elle le fait également de manière réflexive en développant dans l’espace dédié aux expositions une interprétation des espaces consacrés aux collections, aux expositions ainsi qu’aux activités sociales faisant l’objet de recherches et d’animation. À partir de cette double évidence, mon exposé interrogera la notion de lieux de la muséologie en analysant les espaces mis en scène dans les expositions du MEN entre 1981 et 2005, période renvoyant à la « muséographie de la rupture ».

08.06


Octave Debary (Laboratoire de recherche du LAHIC (CNRS-EHESS), Paris V)

Muséographie et imaginaire : le vide-grenier comme lieu de mémoire

À partir d’une approche ethnographique, cette conférence analyse la manière dont le « marché à réderies », ou vide-grenier, propose un mode communautaire de recyclage des objets. À l’extrême de leur fonctionnalité, de leur valeur d’usage, s’entrevoit en eux la
possibilité du rachat de l’histoire comme conservation de ce qui ne doit pas disparaître. Leur rachat repose sur l’accomplissement d’un travail de mémoire par lequel l’histoire se voit triée, jugée et construite. La dette envers l’histoire, par l’intermédiaire de l’objet, peut s’entendre comme devoir de mémoire. Le vide-grenier pouvant ainsi être regardé comme une forme d’écriture de la mémoire.

15.06

Pascal Griener (Institut d’Histoire de l’art et de Muséologie, Université de Neuchâtel)

Le lieu d’exposition à la fin du XVIIIe siècle

Le siècle des Lumières voit se multiplier les lieux d’exposition publics au bénéfice des artistes. Ce phénomène est le symptôme d’une naissance capitale : celle d’un espace public dans le sens moderne du mot. De nombreux symptômes annoncent cette nouvelle réalité — de l’émergence difficile de la critique d’art aux stratégies économiques d’exposition, à l’extension politique de l’espace visuel destiné à l’art, enfin à la création d’une république des arts. L’exposé tentera de présenter les traits majeurs de ce développement, à l’aide des travaux les plus récents en la matière.



Lieux

  • Neuchâtel, Confédération Suisse

Dates

  • jeudi 16 mars 2006

Fichiers attachés

Contacts

  • Pierre Alain Mariaux
    courriel : pierre-alain [dot] mariaux [at] unine [dot] ch

Source de l'information

  • Pierre Alain Mariaux
    courriel : pierre-alain [dot] mariaux [at] unine [dot] ch

Pour citer cette annonce

« Les lieux de la muséologie », Séminaire, Calenda, Publié le samedi 18 mars 2006, http://calenda.org/191333