AccueilÉcrivains et artistes de père en fils

Écrivains et artistes de père en fils

Aspects transgénérationels des relations artistiques dans les dynasties d’écrivains ou d’artistes

*  *  *

Publié le mardi 21 mars 2006 par Corinne Cassé

Résumé

Organisé conjointement par l’équipe Révolutions et Romantisme du CRLMC (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand II) et l’Université d’Etat de Tomsk, le colloque « Ecrivains et artistes de père en fils », prévu pour juin 2007, a pour but d’étudier les rapports transgénérationels entre les membres de mêmes familles, dans les dynasties d’écrivains ou d’artistes (peintres, compositeurs), en Europe, notamment en France et en Russie, aux moments clefs que représentent les passages d’un code esthétique dominant à un autre, lors du triomphe du Sentimentalisme sur le Classicisme, de celui du Romantisme sur le Sentimentalisme, ou de celui du Réalisme sur le Romantisme.

Annonce

Appel à contributions

Colloque « Ecrivains et artistes de père en fils »

Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand II

6 et 7 juin 2007

Organisé conjointement par l’équipe Révolutions et Romantisme du CRLMC (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand II) et l’Université d’Etat de Tomsk, le colloque « Ecrivains et artistes de père en fils », prévu pour juin 2007, a pour but d’étudier les rapports transgénérationels entre les membres de mêmes familles, dans les dynasties d’écrivains ou d’artistes (peintres, compositeurs), en Europe, notamment en France et en Russie, aux moments clefs que représentent les passages d’un code esthétique dominant à un autre, lors du triomphe du Sentimentalisme sur le Classicisme, de celui du Romantisme sur le Sentimentalisme, ou de celui du Réalisme sur le Romantisme.

Comment ces changements, habituellement exprimés par la polémique, et souvent la satire, sont-ils gérés à l’intérieur d’une même famille, ou l’expression libre du dédain d’une génération montante pour la précédente est contrariée par le respect filial ? En d’autres termes, comment les fils arrivent-ils à exister littérairement sans tuer les pères en proclamant l’obsolescence du code esthétique désormais dépassé, conformément auxquels ces derniers écrivaient ? Est-ce obligatoirement par le recours à des stratégies d’évitement, notamment celle consistant à pratiquer un autre genre que celui pratiqué par le père ? Qu’advient-il quand ce nouveau genre porte en lui la condamnation du genre auparavant dominant ? Quels sont les moyens termes, entre rejet et soumission ? Quels sont les divers types d’hommage, littéraire et artistique, susceptibles de gérer cette difficile passation ?

Comment, à l’inverse, les pères regardent-ils les succès littéraires ou artistiques de leurs enfants, quand ceux-ci sont en contradiction avec les normes qu’ils ont défendues jusqu’à les incarner ? Quelle lutte symbolique cela provoque-t-il ? Que se passe-t-il encore lorsque les fils rencontrent un succès que les pères ont vainement attendu pour eux ?

Enfin, la problématique proposée peut envisager la situation inverse, lorsque les fils n’arrivent pas à détrôner les pères, condamnés à vivre dans l’ombre de leur gloire, et que ceux-ci doivent chercher les moyens de gérer l’échec filial, par l’indifférence, le dédain, ou la compassion. Cette incapacité à transmettre l’héritage symbolique de la gloire artistique ou littéraire lorsque les fils ne connaissent pas le succès est-il source de douleur secrète ou arrange-t-il simplement les pères ?

C’est à l’analyse de toutes ces questions que ce colloque aimerait se consacrer. La période retenue comme champ d’investigation est le 18e et le 19e siècles, et notamment le passage de l’un à l’autre, conformément à la vocation de l’équipe Révolutions et Romantisme du CRLMC. Les angles méthodologiques envisageables peuvent aller de l’analyse transtextuelle à l’approche sociologique ou psychanalytique. Enfin, l’approche inspirée par les gender studies est la bienvenue, dans le cas ou le passage d’une génération à l’autre serait également l’occasion d’un changement de sexe. L’intérêt du thème proposé peut être, outre d’attirer l’attention sur des auteurs (pères ou fils) peu connus car considérés comme de second rang, d’approcher des microphénomènes littéraires intéressants, tels les confusions nominales de l’histoire littéraire par exemple.

Rodolphe Baudin

Université Blaise Pascal

Equipe Révolutions et Romantisme-CRLMC / Département d’Etudes

slaves.

Prière d’envoyer toute proposition de communication avant le

15 septembre 2006 à :

rodolphebaudin@aol.com

Lieux

  • Clermont-Ferrand, France

Dates

  • vendredi 15 septembre 2006

Contacts

  • Rodolphe Baudin
    courriel : rodolphebaudin [at] aol [dot] com

Source de l'information

  • Rodolphe Baudin
    courriel : rodolphebaudin [at] aol [dot] com

Pour citer cette annonce

« Écrivains et artistes de père en fils », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 21 mars 2006, http://calenda.org/191344