AccueilLes archives de l'enseignement supérieur

*  *  *

Publié le vendredi 24 mars 2006 par Corinne Cassé

Résumé

Une journée d'étude est consacrée à la question des archives de l'enseignement supérieur français à l'époque contemporaine. Elle réunira chercheurs et archivistes autour des questions de la pluralité des sources et de leur valorisation.

Annonce

L’histoire de l’enseignement supérieur à l’époque contemporaine est un chantier encore peu investi par les historiens et les autres spécialistes des sciences sociales. Si les travaux d’histoire intellectuelle portant sur les disciplines scientifiques ont connu un véritable essor ces dernières années, l’histoire des établissements d’enseignement supérieur, tout comme celle de l’administration et de la politique éducative en direction du supérieur restent largement à écrire, à l’exception de quelques institutions ayant profité d’une commémoration pour réaliser un travail sur leur histoire.

Une des raisons à cette carence historiographique réside dans la difficile accessibilité des sources. Aux termes de la circulaire de 1970, les établissements d’enseignement supérieur publique ont l’obligation de déposer leurs archives aux archives départementales dont ils dépendent ; cette circulaire a été complétée dernièrement par un nouveau texte (instruction n° 2005-003 du 22-2-2005, publiée dans le BO n° 34 du 16 juin 2005 ) dont il conviendra de préciser les modalités. Physiquement, les archives peuvent être conservées au sein de l’établissement comme aux archives départementales, voire aux Archives nationales pour les établissements dépendants du Rectorat de Paris. Les dossiers qui constituent les fonds propres des établissements devraient ainsi être accessible aux chercheurs intéressés. Dans la pratique, cette disponibilité est exceptionnelle : seules cinq universités ont à ce jour effectué ou mis en chantier un travail de repérage, puis d’inventaire de leurs fonds et deux d’entre elles ont mis en ligne des inventaires (Toulouse 1 et Mulhouse). La très grande majorité des autres universités n’ont pas entamé le travail de traitement de leurs archives, ou sont encore dans les prémisses. La situation est identique en ce qui concerne les écoles d’enseignement supérieur public, soumises aux mêmes obligations que les universités en ce domaine. Rares sont celles qui, à l’occasion généralement d’une commémoration ou d’un déménagement, ont pris en charge leurs archives, soit par le classement et la mise à disposition des chercheurs au sein même de l’établissement (École Polytechnique, EHESS), soit par le dépôt aux archives départementales, ou aux archives nationales pour les écoles parisiennes (ENS Ulm, ENS Fontenay et Saint Cloud, EPHE).

En ce qui concerne les archives de la tutelle, celles-ci sont beaucoup plus aisément accessibles. Les inspections d’académie et les rectorats ont versé leurs fonds aux archives départementales. On retrouve donc aisément les dossiers concernant l’enseignement supérieur, même si la structure non thématique du fond W et l’absence d’inventaire récapitulatif entraîne un émiettement très fort de l’information. Le ministère, quant à lui, a versé ses archives aux Archives nationales. Les versements s’étant effectués de façon successive, les inventaires portent là encore la marque d’une forte atomisation des fonds. Le chercheur intéressé par une question doit alors effectuer un travail très méticuleux de lecture de l’ensemble des inventaires disponibles, avec le risque d’oublier des fonds qui seraient recensés dans d’autres inventaires.

Ce constat d’une accessibilité et d’une disponibilité réduite des sources de l’histoire de l’enseignement supérieur est à l’origine de plusieurs initiatives visant à produire des instruments synthétiques à destination de la communauté scientifique. Le travail s’est ainsi organisé selon des logiques administratives (enquêtes sur les fonds déposés dans les archives départementales), thématiques (répertoire des sources des AN concernant l’enseignement médical), ou encore institutionnelles (enquête sur les archives des MSH). Un centre de ressources consacré aux archives et aux mémoires étudiantes (CAARME) est en train de se mettre en place à Reims. C’est en collaboration avec celui-ci que le Service d’histoire de l’éducation de l’INRP élabore actuellement, en coopération avec la direction des archives de France (DAF), un projet d’enquête sur les archives des mondes étudiants et universitaires visant à opérer une forme de centralisation de l’information concernant les archives de l’enseignement supérieur ainsi que la mise en place d’instruments (bases de données, répertoires thématiques) destinés à une mise en ligne.

Dans ce cadre, le SHE a souhaité mettre en œuvre une journée d’étude consacrée aux archives de l’enseignement supérieur (XIXe-XXe siècles) autour de deux questions principales : la pluralité des sources mobilisables et leur valorisation.

Le 17 mai 2006 - de 9h à 18h

ENS - Amphi Dussane,

45 rue d'Ulm
75005 Paris


La pluralité des sources :

Un des écueils rencontrés par les historiens souhaitant travailler sur l’histoire de l’enseignement supérieur français est, ainsi que nous l’avons souligné, la difficulté d’accès aux sources, quand ne se pose pas la question de leur disparition. Réfléchir à des problématiques sur ce thème impose d « inventer », au sens médiéval du terme, les sources sur lesquelles il sera possible de travailler. Aux côtés des traditionnels papiers administratifs, il convient de mobiliser un ensemble de documents de différentes natures. Il peut s’agir de retrouver des archives privées, qu’elles soient celles d’associations ou de personnalités, comme d’archives construites par la demande scientifique (archives orales constituées par entretiens). Le croisement de ces sources sera la seule façon d’obtenir une masse documentaire critique à même de permettre la réponse à nombre d’hypothèses. Cette nécessité s’est illustrée dans un certain nombre de travaux qu’il s’agira de présenter à l’occasion de cette journée. Elle sera aussi l’occasion de réfléchir à l’établissement d’un guide du chercheur et d’une base de données thématique, permettant la mise en relation de fonds très divers et très dispersés.

• Anne BIDOIS : « L’exemple de l’histoire de l’enseignement supérieur à Rouen »
• Laurent ROLLET : « Le pôle scientifique nancéien »
• Jean-Philippe LEGOIS : « Les archives des mouvements étudiants et leur apport à l’histoire universitaire »
• Yamina BETTAHAR : « Les archives coloniales de l'enseignement supérieur : le cas de l'Algérie »
• Sébastien SOUBIRAN : « Le projet physiques-physiciens à Strasbourg »
• Thérèse CHARMASSON : « Les archives personnelles des scientifiques : une enquête en cours. »


La valorisation des sources :

La conséquence immédiate de l’inaccessibilité des sources est la faiblesse des travaux universitaires concernant l’enseignement supérieur, en particulier au niveau des mastères et des doctorats d’histoire. La réflexion autour d’une centralisation de l’information utilisant internet pour une mise à disposition en direction de la communauté scientifique pourrait permettre un élargissement des publics intéressées. Cette demi-journée sera l’occasion de présenter les premières réalisations en la matière (inventaires et répertoires en ligne, archives en ligne…) mais aussi de poser la base d’un travail commun de collecte et de diffusion de l’information par le biais d’un réseau constitué sous forme informatique (RAMUSE).


• Armelle LE GOFF : « La formation médicale et para-médicale au XIXe siècle : un nouvel instrument de recherche en ligne »
• Hélène GAY et Philippe DELVIT : « Le service archives de l’Université de Toulouse 1 – Sciences sociales »
• Mathieu LEGOÏC : « Le site internet du service des archives de l'Université de Haute- Alsace »
• Emmanuelle PICARD : « L’enquête du SHE sur les archives des établissements d’enseignement supérieur »
• Jean-Philippe LEGOIS : « La mission CAARME et la valorisation des archives étudiante »

Catégories

Lieux

  • Paris, France

Dates

  • mercredi 17 mai 2006

Contacts

  • Emmanuelle Picard
    courriel : epicard [at] club-internet [dot] fr

Source de l'information

  • Emmanuelle Picard
    courriel : epicard [at] club-internet [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les archives de l'enseignement supérieur », Journée d'étude, Calenda, Publié le vendredi 24 mars 2006, http://calenda.org/191361