AccueilMonumentalité(s) urbaine(s)

Monumentalité(s) urbaine(s)

Formes, sens et enjeux des pouvoirs urbains

*  *  *

Publié le mardi 04 avril 2006 par Natalie Petiteau

Résumé

Principe de composition urbaine, voire d’organisation de l’espace en général, la monumentalité a accompagné l’évolution humaine, dès la séparation sacré - profane et jusqu’à la ségrégation de plus en plus complexe des différents éléments de la cité. Sa caractéristique de base a été, et persiste à être, la construction d’un événement remarquable dans le paysage ordinaire d’une agglomération et le signe d’une institution importante aux yeux de tous par rapport à un bâti plus ordinaire, comme la majeure partie des édifices à usage d’habitation.

Annonce

CRH - LOUEST / UMR CNRS 7145

UMR ESO Espaces Géographiques et Sociétés, Université d’Angers

Lieu du colloque : Fondation Hellénique, Cité Intrnationale Universitaire de Paris, 47 B bd Jourdan, 75014 Paris

Principe de composition urbaine, voire d’organisation de l’espace en général, la monumentalité a accompagné l’évolution humaine, dès la séparation sacré - profane et jusqu’à la ségrégation de plus en plus complexe des différents éléments de la cité. Sa caractéristique de base a été, et persiste à être, la construction d’un événement remarquable dans le paysage ordinaire d’une agglomération et le signe d’une institution importante aux yeux de tous par rapport à un bâti plus ordinaire, comme la majeure partie des édifices à usage d’habitation.

Définie au XXe siècle comme support de la mémoire collective aussi bien qu’affirmation du pouvoir en place (politique, religieux, administratif, social, juridique, financier, culturel, etc.) la monumentalité continue à subir des évolutions de sens, tout fonctionnant sur des registres d’expression comme la dimension hors du commun, une symbolique particulière où la statuaire et la signalétique jouent un rôle spécifiques de premier plan.  Il semble que la notion ait récemment évolué vers une façon de privilégier la taille et la forme au détriment du sens. Léguer à la postérité une chose remarquable, mais aussi impressionner de façon imposante, voici l’explication du choix du monumental.

Mais quelle pourrait être la définition du concept de monumentalité compte tenu du fait qu’en suivant les avatars d’une modernité qui en a attaqué les fondements, les facettes de cette monumentalité ont changé en perdant une part importante de leur sens et de leur portée aussi bien dans l’image que s’en font les hommes politiques que les membres de la société civile ? Quelles innovations peuvent conforter le rôle social de la monumentalité ? Et comment expliquer l’existence d’une alternative entre verticalité (palmarès du plus haut gratte-ciel) ou d’une horizontalité (volume, masse) dans le traitement monumental d’une ville ? Comment la monumentalité est-elle susceptible de participer d’une emblématique mercantile dans une logique concurrentielle qu’un marketing urbain est censé stimuler ? Dans quelle mesure la monumentalité est-elle une forme de consommation culturelle, un moyen de vendre la ville ? Et quelle place y prend la manifestation d’une identité (nationale, ethnique, etc.) ou la célébration d’une idée à portée universelle ? …

Le colloque organisé à la Fondation Hellénique a pour ambition de poser ces questions à des spécialistes en provenance de disciplines diverses s’intéressant à l’architecture et à l’urbanisme.

Programme

Accueil des participants 13h30

Ouverture du colloque 14h00

Maria GRAVARI-BARBAS, architecte, géographe, professeur à l’Université d’Angers
Introduction au colloque

Jean-Pierre FREY, architecte sociologue, professeur à l’Institut d’urbanisme de Paris, CRH-LOUEST
Un objet de controverse : la monumentalité entre architecture et urbanisme

1ère session : 14h30-16h00

Ioana IOSA, architecte, doctorante à l’Institut d’urbanisme de Paris, CRH-LOUEST
L’affirmation nationale par le biais de la monumentalité bucarestoise : le Centre civique

Yannis TSIOMIS, architecte, professeur à l’EHESS et aux Ecoles d’architecture de Paris Belleville et Paris la Villette
De Berlin de Schinkel à Brasilia de Lucio Costa et Oscar Neimeyer: les monumentalités des Etats nations

Débat 16h00-16h30

Pause Café 16h30-17 h00

2e session 17h00-18h30

Véronique BIAU, architecte-urbaniste de l'Etat, sociologue, chercheur au CRH-LOUEST
Les Grands Projets des maires en France (1990-2005) : monumentalité ou stratégie de communication ?

Joseph ABRAM, professeur à l’Ecole d’Architecture de Nancy, membre du DoCoMoMo
Le Havre : composition sérielle et processus de production. La monumentalité comme vêtement léger de la modernité urbaine.

Vincent VESCHAMBRE, géographe, maître de conférences à l’Université d’Angers
Quelle monumentalité pour les grands ensembles ?

Débat 18h30-19h00

Clôture du Colloque

Cocktail



Catégories

Lieux

  • Paris, France

Dates

  • mercredi 10 mai 2006

Contacts

  • Maria Gravari-barbas
    courriel : maria [dot] gravari-barbas [at] wanadoo [dot] fr

Source de l'information

  • Maria Gravari-barbas
    courriel : maria [dot] gravari-barbas [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Monumentalité(s) urbaine(s) », Colloque, Calenda, Publié le mardi 04 avril 2006, http://calenda.org/191401