AccueilPresse, identités nationales et transferts culturels au XIXe siècle

Presse, identités nationales et transferts culturels au XIXe siècle

Colloque international les 17, 18 et 19 mai 2006 à l'université de Montpellier III

*  *  *

Publié le mercredi 05 avril 2006 par Natalie Petiteau

Résumé

Ce colloque abordera l'étude de la presse mondiale au XIXe siècle du double point de vue de l’histoire culturelle et de l’histoire littéraire. Il doit conduire à étudier, par exemple, l’émergence ou le transfert grâce au périodique de formes et de genres littéraires nouveaux, le développement de pratiques culturelles originales, la constitution des identités culturelles ou leur diffusion, à l’intérieur ou à l’extérieur des espaces nationaux, les journaux apparaissant comme des passeurs privilégiés de culture, de littérature ou de savoir.

Annonce



PRESSE, IDENTITÉS NATIONALES ET TRANSFERTS CULTURELS AU XIXE SIÈCLE



COLLOQUE INTERNATIONAL, 17-19 MAI 2006, MONTPELLIER


Le XIXe siècle vit s’opérer, aussi bien en Europe que sur le continent américain, une transformation politique et culturelle profonde, qui bouleversa les histoires nationales considérées individuellement ainsi que les modes de relation entre les nations et entre les États. Jusqu’alors, les peuples paraissaient spectateurs d’un théâtre de l’Histoire dont les familles dynastiques ou les aristocraties étaient les protagonistes et où le dialogue entre les cultures se limitait au cosmopolitisme des élites ou aux arcanes de la diplomatie officielle. Désormais, le mouvement vient de la conscience que le « public » – notion désignant significativement aussi bien le peuple des citoyens que l’ensemble indifférencié des récepteurs-consommateurs de la production culturelle – prend de sa propre identité ainsi que des autres cultures nationales.


Ce mouvement, aux multiples implications politiques, économiques et culturelles, amorce la civilisation mondialisée qui est désormais la nôtre. Il a des causes profondes qui sont bien connues : d’une part la Révolution française et ses conséquences européennes, d’autre part et surtout la révolution industrielle qui, faisant partout émerger de nouvelles classes moyennes liées à la nouvelle prospérité économique, est un très puissant vecteur d’homogénéisation sociale et puis enfin les conséquences des politiques de colonisation des nations européennes. On a beaucoup moins mesuré, en revanche, le rôle central joué par les médias – en l’occurrence, par la presse – dans cette révolution culturelle tranquille et continue : selon des rythmes et une chronologie qu’il reste à comparer d’un pays à l’autre ou d’un monde à l’autre – l’ancien et le nouveau –, le journal évolue et, en s’adaptant et en se modernisant, s’installe au cœur des espaces publics nationaux et d’un espace public international en cours de constitution. Une nouvelle hypothèse se fait ainsi jour. Ce serait dès le XIXe siècle que, à la sortie des crises et des révolutions politiques qui scandent le premier tiers du siècle, en Europe et en Amérique, s’édifierait ce pouvoir médiatique dont on parle aujourd’hui – mais un pouvoir qu’il ne faut pas tant penser comme moyen d’influence et d’action politique immédiat, suivant le modèle traditionnel de l’histoire politique, que comme instrument culturel de construction identitaire et d’échange intellectuel, artistique et littéraire.


Cette perspective, réunissant les questions de l’identité nationale et des transferts culturels, invite à aborder l’étude de la presse du double point de vue de l’histoire culturelle et de l’histoire littéraire. Elle doit conduire à étudier, par exemple, l’émergence ou le transfert grâce au périodique de formes et de genres littéraires nouveaux, le développement de pratiques culturelles originales, la constitution des identités culturelles ou leur diffusion, à l’intérieur ou à l’extérieur des espaces nationaux, les journaux apparaissant comme des passeurs privilégiés de culture, de littérature ou de savoir.

organisateurs de la manifestation À Montpellier : Marie-Ève THÉRENTY (met@club-internet.fr) et Alain VAILLANT (alain.vaillant@univ-montp3.fr)


équipes participantes :

Centre d’études romantiques et dix-neuviémistes (CERD) de l’université Paul-Valéry (Montpellier III).

Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ).

Chaire de recherche du Canada en histoire du livre et de l’édition (université de Sherbrooke).

Institut de recherches Dr. José Maria Luis Mora (Mexique).


comité scientifique :

Micheline CAMBRON (CRILCQ), Jacques MICHON (université de Sherbrooke), Laura SUÁREZ de la TORRE (institut de recherches Dr. José Maria Luis Mora), Marie-Ève THÉRENTY (CERD), Alain VAILLANT (CERD).


Mercredi 17 mai matin

Salle Pierre Jourda

9h 00 - Ouverture du colloque par Jean-Marie Miossec, président de l’université Montpellier III.


Presse et construction de la nationalité

Présidence : Alain Vaillant

9 h 30 Anne-Marie Thiesse (CNRS), « Presse et constitution des identités nationales au XIXe siècle ».

10 h 00 Marion Lenoir (Centre de recherches en histoire du XIXe siècle, Paris I), « Presse satirique, caricatures et identités nationales ou l’art d’accommoder les stéréotypes ».

10 h 30 Kmar Bendana (université de La Manouba, Tunisie), « Références arabo-musulmanes et construction nationale : lecture de deux journaux tunisiens du XIXe siècle »


Pause

11 h 30 Micheline Cambron (CRILCQ, université de Montréal), « Les histoires de Ladébauche. Figures du journal, figures de la nation ».

12 h 00 Géraldine Muhlmann (université de Paris XI), « Variations américaines sur le reportage : la figure de Nellie Bly ».



Mercredi 17 mai après-midi

Presse et construction de la nationalité : atelier 1

Salle Pierre Jourda

Présidence de séance : Lise Andries

14 h 30 María del Rosario Rubio (Oviedo, Espagne), « La Ilustración de Madrid (1870-1872) : un regard sur l’Espagne culturelle et sur ses provinces dans la deuxième moitié du XIXe siècle ».

15 h 00 Erica Durante (Milan), « La figure de Dante, stéréotype national de la presse italienne ».

15 h 30 Nicole Giron (institut Mora, Mexique), « La cuestión de las traducciones: transferencia cultural en directo o afirmación paradójica de la cultura nacional ».

Pause

16 h 30 Daniel Nadeau (université de Montréal), « Identité nationale ou identités nationales ? L’opinion publique canadienne tronquée ! ».

17 h 00 Patricia Londoño Vega (université de Antioquía, Colombie), “Publicaciones seriadas e ilustradas del siglo XIX: un vaso comunicante y un espejo de identidades entre Europa y América”.


Presse et construction de la nationalité : atelier 2

Salle des colloques C020.

Présidence de séance : Anne-Marie Thiesse

14 h 30 Jocelyn Saint-Pierre (Bibliothèque de l’Assemblée nationale, Québec), « Les correspondants parlementaires, membres de la Tribune de la presse du Parlement de Québec : des témoins de l’histoire québécoise »

15 h 00 Johanna Both (université de Cluj-Napoca, Roumanie), « Presse et construction identitaire: l'unité culturelle des provinces roumaines au temps du romantisme national ».

15 h 30 Eliana Dutra (université fédérale de Minas Gerais, Brésil), « Frontières de la Culture et de la Civilisation au Brésil du XIXe siècle : identité et altérité dans la Revista Popular, 1859-1862 ».

Pause

16 h 30 José Ortiz Monasterio (institut Mora, Mexique), « El periódico mexicano La Orquesta, 1861-1877».

17 h 00 Luis Trindade (Institut d’histoire contemporaine de l’université nouvelle de Lisbonne, Portugal), « Le XXe siècle en retard. La presse et les journalistes portugais au passage du XIXe au XXe siècle »



Jeudi 18 mai matin

Salle Pierre Jourda

Table ronde : Discours de la méthode

Présidence : Marie-Ève Thérenty

9 h 30 Dominique Kalifa (Paris I), « La civilisation du journal. Pour une histoire culturelle et littéraire de la presse au XIXe siècle

10 h 00 Marta Giné (université de Lleida, Espagne), « L’état des recherches sur la presse espagnole du XIXe siècle ».

10 h 30 Laurel Brake (Birkbeck College, université de Londres), «Digital work on the 19th century Press in Britain »

Pause


Presse et plumes

Présidence de séance : Jean-Yves Mollier

11 h 30 Marie-Frédérique Desbiens (CRILCQ, université Laval), « Palladium de la liberté » et « Bibliothèque du peuple ».Le rôle de la presse dans l’émergence du romantisme au Canada ».

12 h 00 Miguel Angel Castro, (université nationale autonome de Mexico, Mexique), « La crónica literaria: tiempo viejo y tiempo nuevo de México (1884-1908).



Jeudi 18 mai après-midi

Presse et plumes : atelier 1

Salle Pierre Jourda

Présidence : Micheline Cambron

14 h 30 Anthony Glinoer (FNRS de Belgique), « D’une Bohême l’autre. Les modes de transfert d’une posture d’écrivain dans le Québec de la fin de siècle ».

15 h 00 Élisabeth Robert (Québec), « Présentation d’un recueil d’articles d’Étienne Parent extraits duCanadien »

Pause

16 h 00 Carmen Acosta (université nationale de Colombie), « La palabra es el cuerpo del espíritu. Lecturas de lo extranjero en las novelas por entregas en Colombia a mediados del siglo XIX ».

16 h 30 Laura Restuccia (Palerme), « Fin de siècle à Palerme : Giuseppe Pipitone Federico, journaliste engagé ».


Presse et plumes : atelier 2

Salle C020

Présidence de séance : Laura Suárez de la Torre

14 h 30 Danielle Aubry (université du Quebec), « Inscription romanesque et discours politiques radicaux dans The Mysteries of London de George W. M. Reynolds ».

15 h 00 Benedikt Miklos (université Christian Albrechts de Kiel et UQAM), « L’utopie dans la presse et dans la chanson : pour une archéologie de l’anarchisme au Canada, de la Conquête aux Rébellions »

Pause

16 h 00 Louise Frappier (université Simon Fraser, Colombie britannique), « Dialogues de papier : la parole théâtrale dans la presse québécoise du XIXe siècle »

16 h 30 María Esther Pérez Salas, (institut Mora, Mexique), « Lecturas para niños franceses y mexicanos ».


Vendredi 19 mai matin

Interculturalité, échanges et médiations

Salle Pierre Jourda

Présidence de séance : Dominique Kalifa

9 h 00 Laura Suárez de la Torre (institut Mora, Mexique), « En tiempos difíciles: referirse a "la otredad" ».

9 h 30 Jean-François Botrel (université de Rennes), « La presse et les transferts culturels en Espagne (1833-1936) »

10 h 00 James Raven (University of Essex), « Dealing with distance : the cultural and political consequences of delays in Transatlantic correspondence and book traffic in the nineteenth century »

Pause

11 h 00 Jean-Pierre Bacot et Michèle Martin (University Carleton), « La prolétarisation de la gravure européenne (1855-1861) ».

11 h 30 Pierre Van den Dungen (université libre de Bruxelles): « Influences et présence françaises dans la presse belge (1830-1870) ».


Vendredi 19 mai après-midi

Salle C020

Interculturalité, échanges et médiations

Présidence de séance : Silvia Disegni

14 h 00 Diana Cooper-Richet (université de Versailles-Saint-Quentin) , « La presse en anglais publiée en France : diversité,britishness, et visée planétaire »

14 h 30 Jann Matlock (University college, Londres): «Americans in Paris: headlines, hijinx, and crime in the belle epoque Herald tribune »

15 h 00 Helga Jeanblanc (Montpellier III), « La genèse du discours sur le paupérisme au début des années 1840 dans les périodiques allemands ».

Pause

16 h 00 Ursula Koch, (université Louis-Maximilien, Munich), « France-Allemagne: La presse satirique illustrée de Munich championne du transfert politico-culturel vers 1900 ».

16 h 30 Javier Rodríguez Piña, (université autonome métropolitaine, Azcapotzalco, Mexique), « La divulgación del conservadurismo francés en México en la primera mitad del siglo XIX ».


Catégories

Lieux

  • Montpellier, France

Dates

  • mercredi 17 mai 2006

Contacts

  • Marie-Eve Thérenty
    courriel : marieeve [dot] therenty [at] sfr [dot] fr

Source de l'information

  • Thérenty Marie-Eve
    courriel : met [at] club-internet [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Presse, identités nationales et transferts culturels au XIXe siècle », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 05 avril 2006, http://calenda.org/191409