AccueilRuralités nords-suds : inégalités, conflits, innovations

Ruralités nords-suds : inégalités, conflits, innovations

Colloque international organisé par le laboratoire ICOTEM de Poitiers

*  *  *

Publié le lundi 10 avril 2006 par Natalie Petiteau

Résumé

Ce colloque international se propose d’être un lieu d’échanges de connaissances, de confrontation d’expériences ainsi qu’un moment pour faire le point sur ces nouveaux phénomènes qui induisent des interrogations renouvelées sur la ruralité. L’objectif est de comprendre les logiques des changements observés en associant des regards croisés, autant par l’interdisciplinarité, incontournable avec la spécificité de l’objet d’étude, que par la comparaison de situations de pays du Nord et de pays du Sud, cette dernière approche étant jusqu'à présent peu explorée. Le souci méthodologique qui accompagne ainsi l’orientation du colloque renoue avec la tradition d’une comparaison raisonnée et méthodique, en faisant le pari que la mise en oeuvre d’une démarche comparative éclairera d’un nouveau regard l’analyse de processus qui se déroulent à des échelles transnationales tout en ayant des impacts locaux spécifiques. Dans cette perspective, on se propose de prendre appui sur une grille de lecture commune intégrant trois notions qui permettent d’interroger les ruralités nords-suds tant dans leurs singularités que leurs complémentarités ou oppositions, et qui apparaissent comme des entrées privilégiées pour saisir les comportements et logiques d’acteurs. Il s’agit des notions de : inégalités, conflits, innovations.

Annonce

Contexte
Le laboratoire ICOTEM a régulièrement produit travaux et journées d’étude en prise sur les questions rurales, depuis sa reconnaissance en 2000 comme Equipe d’Accueil Doctoral au sein de l’Université de Poitiers. Parmi les manifestations les plus récentes, il convient de citer :
-une convention passée avec la Direction Départementale de l’Agriculture de la Vienne et la Fondation Xavier Bernard pour subventionner un travail sur l’évolution du salariat agricole dans la Vienne,
-le séminaire de l’année 2004-2005 consacré aux anciennes et nouvelles ruralités, avec une journée d’étude (mai) sur la question des politiques foncières,
-deux journées d’étude (juin et septembre) plus particulièrement centrées sur les catégorie de « ruralité » à travers des travaux de M. Jollivet (CNRS) et J. Boutrais (IRD).
Ces deux dernières actions (séminaire et journée d’étude) ont conforté l’idée que la notion de « rural » garde, tant pour les pays des nords – et non du Nord-que ceux des suds, toute sa valeur heuristique pour la lecture des mutations sociétales, territoriales, des modes d’habiter, tout en rassemblant sous un même terme générique des formes socio-spatiales très diversifiées. Par ailleurs elles ont permis de tisser des liens avec d’autres partenaires de
recherche, dont des acteurs de la ruralité, par le biais d’exploitants agricoles et d’associations oeuvrant dans le monde rural. En outre, elles traduisent le souci d’une réflexion, déjà alimentée par des recherches individuelles (la diversité des terrains des chercheurs d’Icotem comprend l’Asie du Sud-Est, l’Afrique du nord, l’Afrique sub-saharienne, l’Europe centrale, la France métropolitaine, la Guyane, Madagascar, le Québec), qui tienne compte des formes plurielles d’expression de la ruralité tant au nord qu’au sud et d’élaborer une problématique justifiant le présent appel à contributions. Aussi, faut-il lire cette manifestation comme une autre étape dans l’approfondissement d’un thème sur lequel il apparaît pertinent de faire le
point en confrontant les regards, les analyses et les expériences.

Problématique
Doit-on parler de ruralité, ou de ruralités ?
En effet, malgré les différences entre pays dits du Nord (industrialisés, riches) et ceux du Sud (pauvres, aux activités du secteur primaire dominantes), pour mobiliser une distinction qui demande à être nuancée, les espaces ruraux dans ces deux types de situation présentent des dynamiques, des caractères manifestement semblables. Ainsi, dans les deux cas, la ruralité est en phase avec des circulations (articulation des sociétés rurales dans leurs relations à la ville, mais les sociétés rurales ne sont-elles pas toujours en mouvement ?), des discontinuités (une fragmentation temporelle de la présence humaine : citadins de retour dans les campagnes en période de crise en Afrique, urbains séjournant en fin de semaine dans leur résidence secondaire en Europe occidentale ; on pourrait aussi considérer comme discontinuité les ruralisations de fragments d’espaces urbains en Afrique ), des stratifications sociales (suivant différentes configurations, comme des groupes d’acteurs : chasseurs, pêcheurs, agriculteurs, élus… dans le Nord ou des catégories statutaires : descendants de nobles, de roturiers, de serviteurs-dans le Sud). Elle représente aussi, avec une forte occupation agricole des terres et une dimension « naturelle » (ou du moins perçue comme telle) prégnante, un domaine particulier pour l’action publique. Ne peut-on pas appliquer le terme de « publicisation » de cet espace rural avec la mise en aires protégées de vastes portions par des Etats soucieux d’afficher leur souci environnemental ?
Dans un contexte général de désengagement de l’Etat, le monde rural déjà peu desservi par rapport à celui des villes devient un milieu délaissé par les services publics, un milieu où la fonction d’encadrement devient de plus en plus un marché, voire une rente.
Une telle évolution souligne à quel point les normes législatives de « fabrique des territoires » et de leurs usages orientent les horizons de la ruralité.
Pour autant, et malgré ces dynamiques convergentes, on observe des réalités spécifiques aux ruralités du Nord, comme à celles du Sud. Ainsi, les nouvelles formes de ruralité urbaine s’accompagnent, dans les pays du Sud, d’une ouverture des campagnes, de la mise en place de réseaux pour tisser une trame d’échanges hors du terroir, dans un territoire élargi : on peut y
voir une marque du passage de la communauté (terroir) à la société (territoire).
Ces nouvelles formes dans les pays du Nord répondent par contre à une polarité inverse : la ruralité, l’enracinement identitaire, la recherche d’une qualité de vie revalorisent le terroir (exemple des produits AOC) plutôt que le territoire.
D’une manière générale, dans les pays du Nord depuis les années 1980, s’ajoute aux effets d’une politique dominée par le libéralisme économique mondial, le phénomène d’un « exode rural à l'envers », suscitant entre autre à la fois des inégalités nouvelles (entre ville et campagne, entre ruraux et néo-ruraux…), la surrection de rapports sociaux inédits (oscillant du conflit à la coopération associative) et la mise en place de nouvelles solidarités sociospatiales.
Et, comme l’ont mis en exergue depuis plusieurs années de nombreux travaux tant sociologiques que géographiques, il n’est plus possible d’analyser les dynamiques rurales au seul prisme des influences des urbanités. Alors même que se brouillent les limites spatiales entre villes et campagnes, émergent de nouvelles formes sociales qui autorisent à parler de renaissance rurale. Dans les pays du Sud, le « vivrier marchand » s’est imposé dans les espace rural reste le lieu de vie et d'campagnes et, même si l'activité de la très grande majorité des populations, en particulier en Afrique, les relations avec la ville se sont fortement complexifiées, au point d’imposer l’image d’un « maillage ville-campagne ». Ainsi une question est posée, comme elle le fut plus tôt pour les pays du Nord : peut-on séparer monde rural et monde urbain, ou ne faut-il pas plutôt considérer désormais que l’espace rural est pris entre d'anciennes et de nouvelles représentations, participant à des systèmes circulatoires recomposés et en permanence reconstitués ?
Dans les deux cas, ce sont bien finalement de nouvelles figures de la ruralité qu’il nous est donné de voir et ce sont ces figures que le colloque se propose d’interroger avec une ambition comparative.
Objectifs
Ce colloque international se propose d’être un lieu d’échanges de connaissances, de confrontation d’expériences ainsi qu’un moment pour faire le point sur ces nouveaux phénomènes qui induisent des interrogations renouvelées sur la ruralité. L’objectif est de comprendre les logiques des changements observés en associant des regards croisés, autant par l’interdisciplinarité, incontournable avec la spécificité de l’objet d’étude, que par la comparaison de situations de pays du Nord et de pays du Sud, cette dernière approche étant jusqu'à présent peu explorée.
Le souci méthodologique qui accompagne ainsi l’orientation du colloque renoue avec la tradition d’une comparaison raisonnée et méthodique, en faisant le pari que la mise en oeuvre d’une démarche comparative éclairera d’un nouveau regard l’analyse de processus qui se déroulent à des échelles transnationales tout en ayant des impacts locaux spécifiques. Dans cette perspective, on se propose de prendre appui sur une grille de lecture commune intégrant trois notions qui permettent d’interroger les ruralités nords-suds tant dans leurs singularités que leurs complémentarités ou oppositions, et qui apparaissent comme des entrées privilégiées pour saisir les comportements et logiques d’acteurs. Il s’agit des notions de :
inégalités, conflits, innovations. Cette grille de lecture sera appliquée à deux thèmes :
1-Rapport à la terre, rapport à la ressource : inégalités et initiatives
2-Mutations des activités et dynamiques rurales
-
Ateliers

Axe I :

Rapport à la terre, rapport à la ressource : inégalités et initiatives
La question de la terre reste un champ privilégié de l’observation des relations que les populations entretiennent entre elles à travers l’accès à cette ressource. Lorsque la pression sur le sol génère des tensions, un processus de déconstruction/reconstruction des rapports de force en présence se produit. Cela est particulièrement net dans les secteurs de forte charge démographique ainsi que dans les « zones périurbaines » selon des modalités souvent inédites. Quelles initiatives observe-t-on ? Génèrent-elles de nouvelles inégalités ? Trois thématiques sont proposées pour orienter les communications.

I 1 : Sens, et mode d’accès à la terre
L’activité agricole est celle qui marque le plus fortement les paysages du monde rural. La problématique du foncier reste donc essentielle, et souvent instrumentalisée, dans ce domaine, avec la question de l’installation en agriculture. Comment les divers modes de circulation des droits sur la terre confortent certaines personnes ou catégories, en excluent d’autres. Quelles
initiatives en découlent, individuelles ou collectives (communautés, institutions), en rapport avec l’appropriation de l’espace foncier ?
Cependant l’agriculture n’a plus le monopole du monde rural. La question foncière se pose aussi pour les thèmes de l’aménagement du territoire, de l’environnement.... « La terre à celui qui la travaille » est-elle donc une formule au sens dépassé ? Quels sont en cela les effets de la proximité géographique des grandes villes, « créatrice » de nouveaux rapports de pouvoir ?
Dans quelle mesure les changements liés à l’accès à la terre révèlent-ils des logiques plus englobantes, sachant qu’à tout régime foncier répond toujours un projet de société global ?

I 2 : Conflits fonciers, précarité et gouvernance locale

Avec une concurrence accrue pour l’accès au foncier, on assiste à une multiplication de tensions liées à l’occupation et au contrôle de la terre. Or, dans la mesure où il s’agit de pays où le droit institue un ordre en nommant, en délimitant, en régulant des espaces, il convient de se demander pourquoi il y a conflits fonciers. Les contextes nationaux apportent, certes, une explication à l’inégale fréquence des litiges. Le droit pré-éminent dans le Nord fait respecter les prérogatives de l’Etat pour la « maîtrise des ressources » alors que dans le Sud, un imbroglio de pouvoirs entoure la question foncière et entretient un flou. Mais, au-delà de ce constat, des interrogations convergentes s’imposent : y a-t-il confusion dans les fonctions et les usages attribués au « cadre de vie rural » (l’expression privilègie-t-elle les espaces
agricoles et/ou les espaces naturels ?), comme dans les types de gouvernance (imposition exogène ou administration endogène) qu’on veut y voir appliquer? Quels sont les groupes vulnérables, et peut-on relier questions foncières et revendication des identités locales ?

I 3 : Politiques foncières, demandes sociales d’innovation
Au Nord comme au Sud, la question du foncier demeure incontournable afin de valoriser les ressources du monde rural. L’exemple des campagnes françaises illustre ainsi bien la place des rentes foncières dans les fondements économiques du renouveau de la ruralité. On peut aussi se pencher sur les dispositions qui ont permis l’installation d'étrangers européens dans
les espaces ruraux du « Grand Ouest », alors que dans le même temps, la question du foncier reste quasi-insoluble pour les installations non-aidées hors norme DJA des nouveaux néoruraux.
Dans la quasi-totalité des pays du Sud, des réformes foncières et agraires sont menées dans le but de restructurer les espaces ruraux. Elles connaissent pourtant des succès mitigés.
Est-ce parce qu’elles occultent le caractère sacré de la terre, bien social ayant une valeur d’usage et non une valeur marchande, et qui donc ne peut faire l’objet d’une propriété privée ?
Ou parce qu’elles apparaissent trop complexes, trop techniques à des populations bien éloignées du niveau d’éducation « académique » sur lequel sont construits ces projets ?
Comment sont mises en oeuvre ces dispositions foncières et comment sont-elles reçues (pratiques d’adaptation, stratégies de contournement) dans les milieux ruraux destinataires, au Nord comme au Sud ? Quelle mobilisation des acteurs du monde rural génèrent-elles ? Quelle implication des collectivités territoriales, par rapport à la demande de privilégier le droit
d’usage de terres inutilisées par rapport au droit de propriété ?
Sans être restrictives, car la question de l’accès aux ressources relève d’abord de l’interférence de facteurs à différents niveaux, les trois thématiques avancées ci-dessus suggèrent chacune une échelle d’analyse privilégiée : celle de la parcelle pour les processus d’accès à la terre, celle de l’exploitation pour ce qui concerne les conflits et la gouvernance, l’échelle nationale relative aux politiques foncières.

Axe II :
Mutations des activités et dynamiques rurales
il s’agit de mettre en valeur « ce qui a changé » dans les pratiques, les activités, les aménagements. Dans quels contextes, suivant quelles perceptions et selon quels facteurs se font ces changements dont la diversité est une des caractéristiques marquantes de la ruralité ?
La connaissance de ces dynamiques profitera d’analyses fines d’espaces ruraux qui alimentent le débat relatif à la (dés)appropriation, par les populations locales, de territoires dont les politiques publiques tentent de rationaliser la gestion.
Quatre thématiques sont posées pour orienter les interventions :

II 1 : Protection de la nature et écologisation de l’agriculture
Quelles sont les transformations rurales découlant du paradigme environnementaliste récent appliqué à la « nature » et à l’agriculture ? Voit-on apparaître des types d’espaces ruraux porteurs d’inégalités, de conflits, d’innovations ? Dans quelle mesure les directives afférentes valorisent-elles ou gomment-elles les systèmes locaux de gestion de l’espace ?
Les dynamiques en agriculture peuvent être plus particulièrement analysées car ses pratiques ont un impact prégnant sur les paysages, les relations des hommes avec leur milieu de vie, sur les identités territoriales même. Observe-t-on, pour cette activité accusée de manière récurrente d’être une grande prédatrice du milieu, une formulation des problèmes d’environnement « à partir et dans le cadre des problèmes de développement des sociétés
humaines… », et non plus seulement selon « le fonctionnement et la dynamique des systèmes écologiques et des cycles biogéochimiques » ? Que penser de la nette tendance observée dans les milieux péri-urbains des pays du Nord où l’activité agricole est instrumentalisée pour conserver des espaces « naturels » alors que dans les pays du Sud, elle s’impose dans de tels
milieux, à cause des nécessités économiques de populations majoritairement pauvres, bien qu’elle s’y trouve souvent fustigée en zone rurale, soit parce que peu efficace économiquement (« archaïque, aux rendements limités »), soit parce que dangereuse pour l’environnement (abattis-brûlis, déforestation). Est-ce signifier que, dans le monde rural, nature prévaut désormais sur agriculture ?

II 2 : Multi-fonctionnalité des espaces ruraux et diversification des activités
La multi-fonctionnalité, une caractéristique qui a depuis longtemps marqué les espaces ruraux, est à l’origine d’expressions imagées comme celle de « remue-ménage » des campagnes. Sa reconnaissance est le fait nouveau, du moins en France (1999, LOA) où il sera intéressant de voir les effets des mesures récentes qui y sont liées.
Quelles sont les ressorts de la multifonctionnalité des espaces ruraux, en quoi consiste-t-elle, et comment le contexte actuel de globalisation avec ses contraintes en oriente l’évolution ?
Dans quelle mesure intervient-elle sur les dynamiques des systèmes agraires et donc, sur la recomposition des espaces ruraux ? Peut-on accorder à la multifonctionnalité un potentiel de diversifications fort pour éviter de dé-ruraliser, au sens de transfert d’ actifs vers des pôles d’emplois urbains ?
Autant d’interrogations qui soulignent les différenciations que la multifonctionnalité peut établir entre les territoires et orientent une compréhension des situations inégales de ces territoires (marginalisation ? reconversion ? innovation ?) pris dans le processus de mondialisation.
L’analyse de « profils » de ruraux et d’ itinéraires de vie apparaît bien appropriée à une présentation de ce thème.

II 3 : Pratiques circulatoires
Bi-résidentialité, multi-appartenance spatiale, « un pied dedans, un pied dehors ... », ce sont autant d’expressions qui mettent en valeur les mobilités participant au renouvellement du monde rural. Il est clair que la ruralité ne puise plus l’essentiel de sa définition dans sa configuration autour du terroir.
Au-delà des mobilités de longue date liées à la commercialisation des produits et des déplacements plus récents qu’impose le rapprochement des modes de vie ruraux et urbains, quelles autres logiques organisent les déplacements de ruraux ? En quoi consistent ces déplacements, de qui sont-ils le fait, sur quelles temporalités ? Quelles évolutions apportentils dans les relations –complémentaire, solidaire, conflictuelle…-entre monde rural et monde
urbain ? Aboutissent-ils à une fragmentation, une autonomisation, ou encore à une segmentation de réseaux entre rural et urbain ? Comment participent-ils aux changements sociétaux observés dans ces espaces ? Renforcent-ils les disparités territoriales liées à l’accès inégal aux moyens de communication ?
Ces questionnements sont-ils communs, ou spécifient-ils des ruralités dans le monde ?
L’interrogation peut se poser pour la « néo-ruralité » en France avec ses diverses conséquences : nouveaux équipements, nouvelles sociabilités (notamment l’apparition d’associations centrées sur la mémoire et le patrimoine), nouvelles valeurs (paysagères en particulier, la terre passant du statut d’outil de travail à celui d’objet de contemplation/consommation), nouveaux conflits (entre éleveurs et nouveaux résidents, fermiers et randonneurs ...), au point que des collectivités tiennent désormais à garder leur « identité de commune rurale » (mais qui la définit ?). Cette réalité est-elle cependant si différente de l’émergence de migrations de retour en Afrique centrale, avec pour transcription spatiale de nouveaux modes d’habiter les terroirs, de nouveaux rapports à la terre, et la production de nouveaux territoires économiques marchands ?
Ces pratiques circulatoires seront analysées dans leur rôle moteur de renouvellement, mais aussi de différenciation de la ruralité, et dans certains cas de reproduction de l’accès inégal au développement (crédit, aides…)

II 4 : Perceptions et représentations
Quels changements note-t-on dans la perception :
• Que les acteurs du monde rural ont d’eux-mêmes, et de la ruralité :
le contexte est celui d’une ruralité choisie, autant par les néo-ruraux que par les agriculteurs qui choisissent de rester (dans les pays du Nord, tout en étant les principaux architectes paysagers de leur espace, les agriculteurs se trouvent marginalisés ; c’est là une différence fondamentale avec les pays du sud).
Cette perception présente-elle des aspects soucieux d’une survivance des « valeurs » des campagnes ? de (re)construction identitaire, de recherche d’autres solidarités ? Les représentations de la ruralité correspondent-elles à des images vécues et revendiquées par ces acteurs, ou définies et diffusées par les citadins ?
• Que les non-ruraux ont des acteurs du monde rural et de la ruralité :
ainsi, comment l’agriculteur est-il perçu : paysan, exploitant agricole, entrepreneur économique, électeur en puissance ? Dans quelle mesure les préoccupations en lien avec le milieu rural (environnement, sécurité alimentaire…) interfèrent avec ces différenciations ? Y a-t-il ré-appropriation des paysages ruraux par les citadins ? il sera intéressant de comparer ces représentations, de voir quand et pourquoi elles convergent et/ou divergent : est-ce l’appartenance au Nord ou au Sud, ou le fruit d’autres facteurs ? Cette dernière thématique doit aussi permettre d’analyser, quand ces représentations ont évolué, à quoi sont dus les changements, et de les mettre en comparaison avec les images renvoyées de ces changements.

Comité scientifique
J. Boutrais, géographie, Directeur de Recherche, IRD
V. Colombel, Acteur du monde rural, Afdi-Vienne
JL. Chaléard, géographie, Professeur, Université de Paris I
G. Ferréol, sociologie, Professeur, Université de Poitiers
Y. Jean, géographie, Professeur, Université de Poitiers
M. Jollivet, sociologie, Directeur de Recherche Emérite, CNRS
S. Martin, droit, Maître de Conférences, Université de Grenoble II
JL. Mayaud, Président de l’Association des Ruralistes Français
Y. Pourcher, anthropologie-sociologie, Professeur, Université de Toulouse-Le-Mirail
C. Raimond, géographie, Chargée de recherche, CNRS
Comité d’organisation
P. Bouchery, anthropologie, Maître de Conférences, Université de Poitiers
A. François, géographie, Maître de Conférences, IUFM de Poitiers
D. Peyrusaubes, géographie, PRCE-Docteur, Université de Poitiers
L. Sall, sociologie, Doctorant Icotem, Université de Poitiers
B. Thibaud, géographie, Maître de Conférences, Université de Poitiers
Coordonnateur :
H. Rakoto Ramiarantsoa, géographie, Professeur, Université de Poitiers

Modalités de participation

Les intervenants soumettront leur proposition dans le strict respect du calendrier indiqué cidessous.
Les propositions de communication seront envoyées en fichier attaché (fichier .doc ou .pdf),
Times new roman (12), et devront comporter :
le titre, les mots-clés, le sous-axe dans lequel l’auteur inscrit la communication, le nom de l’auteur (oules auteurs) avec son statut et son institution de rattachement,ainsi qu’un résumé de 3 000 caractères (espace non-compris) maximum, en interligne simple.
Adresses d’envoi :
herve.rakoto@mshs.univ-poitiers.fr
et
pascal.bouchery@univ-poitiers.fr

Les propositions reçues seront soumises au comité scientifique.
calendrier :
1er février 2006 : diffusion de l’appel à contributions
15 avril : date limite de retour des propositions de contributions
15 mai : réponses aux propositions de contributions. L’acceptation du comité scientifique se fait sous réserve de l’envoi du texte intégral de la communication à la date-limite indiquée ci-après.
15 juillet : date-limite de renvoi des textes définitifs et complets

19-20 octobre : colloque, Poitiers
Le comité d’organisation prévoit de tenir l’ouvrage des Actes de ces journées prêt pour le colloque ; chaque intervenant recevra alors son exemplaire.
21 octobre : visite exploitation agricole (La Buissière)
Les droits d’inscription sont de 35 euros. Pour les doctorants/post-doctorants sans statut, ces droits sont de 20 euros.
Ils comprennent :
-la remise des documents du colloque, à l’arrivée sur place
-la participation aux pause-café, au cocktail du 19 et aux déjeuners du 19 et du 20 octobre
La visite sur le terrain d’une exploitation agricole polyfonctionnelle (La Buissière, 40 km à l’est de Poitiers) est prévue la matinée du 21 octobre. Pour ceux qui veulent y participer, prévoir 10 euros de plus, soit au total, 35 + 10 = 45 euros. (ou 20 +10 = 30 euros)
Une deuxième circulaire (mai 2006) précisera les détails du programme et les informations pratiques concernant le séjour.

Catégories

Lieux

  • Poitiers, France

Dates

  • jeudi 20 avril 2006

Contacts

  • Hervé Rakoto
    courriel : Herve [dot] Rakoto [at] mshs [dot] univ-poitiers [dot] fr
  • Pascal Bouchery
    courriel :

Source de l'information

  • Hervé Rakoto-Ramiarantsoa
    courriel : herve [dot] rakoto [at] mshs [dot] univ-poitiers [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Ruralités nords-suds : inégalités, conflits, innovations », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 10 avril 2006, http://calenda.org/191422