AccueilBalzac et le politique

*  *  *

Publié le vendredi 05 mai 2006 par Natalie Petiteau

Résumé

Ce colloque est un colloque pluridisciplinaire (lettres, histoire, sciences sociales) qui se propose de réexplorer les rapports de Balzac avec la chose politique, un peu délaissés depuis les lectures marxistes des années 60-70, à la lumière de travaux récents d'historiens (Pierre Rosanvallon), de philosophes (Jacques Rancière) ou de littéraires (Claude Duchet).

Annonce

BALZAC ET LE POLITIQUE
12 et 13 mai 2006


Journées d’études
organisées par le Groupe International de Recherches Balzaciennes


Avec le concours de l’université de Paris VII, l’université de Paris VIII et l’université de Montpellier 3


La Maison de Balzac à Paris
47, rue Raynouard, 75016 Paris

Contacts : Boris Lyon-Caen (boris.lyoncaen@free.fr) et Marie-Eve Thérenty (met@club-internet.fr)


La pensée politique de Balzac intimide. Sa complexité, mise en évidence par les travaux de Georg Lukács, de Pierre Barbéris et de Bernard Guyon en fait un point aveugle, refoulé peut-être, des études balzaciennes actuelles. Quoi de plus dissemblable, apparemment, que le Balzac des années 1820, des années 1830 et des années 1840 ? Marquée par des sympathies libérales et saint-simoniennes autant que par un légitimisme intransigeant, l’évolution du romancier n’est-elle pas jalonnée de revirements et truffée de tensions, de prises de position multiples et protéiformes, parfois surprenantes et contradictoires ? Sa saisie même de la chose « politique » ne pose-t-elle pas problème, tant la vision du monde qui la sous-tend se veut totalisante ?

Telle qu’elle se manifeste sous la monarchie de Juillet et dans La Comédie humaine, la politique balzacienne est, exemplairement, celle d’un auteur « pluriel » (N. Mozet). La raison en est sans doute qu’elle ne repose pas toujours et pas seulement sur des concepts intangibles et désincarnés. En mouvement perpétuel, cette politique est habitée – peuplée de personnages, tissée de motifs, constituée d’idiomes. Elle configure, selon ses lieux et ses moments d’émission, selon ses dispositifs d’énonciation, autant de scènes idéologiques déterminées. Posant sans cesse la question de la « représentation », elle est aussi, très largement, une affaire d’imaginaire. Sur la base de ces considérations générales, un certain nombre de pistes de réflexion pourront alors être distinguées :

– Les relations qu’entretient Balzac avec la pensée et la vie politiques de son temps : sa formation politique, mais aussi ses prises de position dans l’espace public.
– La constitution et les caractéristiques de l’idéologie balzacienne. La place qu’y occupent l’idée de révolution, le libéralisme politique, le légitimisme et le conservatisme, la démocratie et les socialismes utopiques, etc.
– La politique dans le texte. La fiction romanesque et ses dispositifs énonciatifs impriment une marque propre à la pensée balzacienne : des scénographies singulières s’y font jour, des déplacements majeurs s’y trament – qui nous invitent à prendre en considération « l’effet-Comédie humaine ».
– La lecture, la réception, les appropriations de la politique balzacienne – aussi bien sous la monarchie de Juillet qu’après la mort de Balzac, en 1850.


Vendredi 12 mai 2006
14 heures : Accueil des participants
Ouverture par Boris Lyon-Caen et Marie-Ève Thérenty



Le politique entre réel et fiction
Président de séance : Stéphane Vachon

14h30 : José Luis Diaz : Les politiques d’un « intelligentiel »
15h10 : Philippe Régnier : D’une littérature l’autre, la comédie saint-simonienne à l’intérieur de La Comédie humaine
15h50 : Pierre Laforgue : Les Scènes de la vie politique : histoire d’un inaboutissement

Pause

17h : Françoise Gaillard : Balzac ou la Comédie démocratique
17h40 : Jacques-David Ebguy : Qu’est-ce qu’un auteur politique ? Balzac, Milner, Rancière



18h30 : Cocktail


Samedi 13 mai 2006
9 heures : Accueil des participants
Nicole Mozet : Hommage à Pierre Barbéris



Le pouvoir en question
Présidente de séance : Christine Planté

9h 30 : Patricia Baudouin : Balzac en politique
10h10 : Elisheva Rosen : Les échelles de la figuration du politique
Pause
11h10 : Gérard Gengembre : La police dans La Comédie humaine ou l’envers du politique contemporain
11h50 : Michèle Riot-Sarcey : Balzac, « Le passé du présent »


Balzac, le politique à l’œuvre
Président de séance : Roland Chollet
14h30 : Jacques Neefs : La mobilité et le pouvoir
15h10 : Alain Vaillant : La loi de l’écrivain selon Balzac : res litteraria sive res publica
Pause
16h15 : Table ronde, animée par Andrea del Lungo
Intervenants : Claude Duchet, Franc Schuerewegen, Isabelle Tournier.

17h30 : Clôture des travaux


Catégories

Lieux

  • Paris, France

Dates

  • vendredi 12 mai 2006

Contacts

  • Thérenty Marie-Eve
    courriel : met [at] club-internet [dot] fr

Source de l'information

  • Marie-Ève Thérenty
    courriel : marieeve [dot] therrenty [at] sfr [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Balzac et le politique », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 05 mai 2006, http://calenda.org/191533