AccueilRhétorique littéraire, rhétorique philosophique dans les mondes grec, syriaque et arabe

*  *  *

Publié le samedi 06 mai 2006 par Corinne Cassé

Résumé

En distinguant la rhétorique de la philosophie (Gorgias), puis en décrivant l’usage proprement philosophique, c’est-à-dire politique, que l’on peut faire de la rhétorique (dans le Phèdre, le Politique, les Lois), Platon scella définitivement l’opposition entre la rhétorique « philosophique », réduite au rang de vassale de la philosophie, et la rhétorique « littéraire », représentée – dans la majorité des cas – par des ouvrages à l’orientation plus pratique, aux visées plus didactiques, qui se contentent de décrire des usages et fournir des préceptes sur l’art de bien parler. La tradition arabe connaît elle aussi cette dichotomie : à côté de la rhétorique de tradition philosophique, constituée par la série des commentaires (Farabi, Avicenne, Averroès…) sur la Rhétorique d’Aristote – traité inclus, en Orient, dans l’Organon –, on trouve en effet la balāġa.

Annonce

Colloque international organisé par Frédérique Woerther (Institut Français du Proche-Orient, Damas), en collaboration avec l'Orient-Institut in Beirut et l'Université saint-Joseph de Beyrouth( Liban)

En distinguant la rhétorique de la philosophie (Gorgias), puis en décrivant l’usage proprement philosophique, c’est-à-dire politique, que l’on peut faire de la rhétorique (dans le Phèdre, le Politique, les Lois), Platon scella définitivement l’opposition entre la rhétorique « philosophique », réduite au rang de vassale de la philosophie, et la rhétorique « littéraire », représentée – dans la majorité des cas – par des ouvrages à l’orientation plus pratique, aux visées plus didactiques, qui se contentent de décrire des usages et fournir des préceptes sur l’art de bien parler. La tradition arabe connaît elle aussi cette dichotomie : à côté de la rhétorique de tradition philosophique, constituée par la série des commentaires (Farabi, Avicenne, Averroès…) sur la Rhétorique d’Aristote – traité inclus, en Orient, dans l’Organon –, on trouve en effet la balāġa.
Mais cette division entre rhétorique philosophique et rhétorique littéraire est-elle aussi imperméable ?
Rassemblant des spécialistes de la rhétorique grecque classique et post-classique, des branches syriaques et arabe de la transmission de la Rhétorique d’Aristote, mais aussi de la balāġa, nous voudrions questionner ici les rapports qu’ont pu entretenir, en Grèce et dans la tradition arabe, la rhétorique philosophique et la rhétorique littéraire. Les deux rhétoriques ont-elles simplement coexisté, situation se traduisant par une répartition claire et distincte des tâches dévolues à chacune d’elles ? Ont-elles évolué séparément ? Se sont-elles confrontées l’une à l’autre dans les deux aires culturelles ? Et sous quelle(s) forme(s) ? Se sont-elles mutuellement influencées, enrichies ? Se sont-elles adaptées parallèlement à des contextes sociaux, politiques identiques ? Cette problématique pourra aussi être abordée dans une perspective comparatiste : la distinction, pour les Grecs et pour les Arabes, entre les deux rhétoriques est-elle semblable ?

Lundi 3 Juillet 2006

Matinée.

- 1. La rhétorique grecque : traditions platonicienne et aristotélicienne -

10:00-10:45. Harvey Yunis, Rice University : « Argument, Dialectic, and the Art of Rhetoric in Plato’s Phaedrus »

10:45-11:00-Pause

11:00-11:45. Pierre Chiron, Université de Paris 12-Val de Marne : « La Rhétorique d’Aristote et la littérature »

11:45-12:30. Frédérique Woerther, IFPO Damas : « Les définitions de la rhétorique chez Aristote, Hermagoras et al-Fārābī »

Après-midi.

- 2. La rhétorique syriaque -

14:00-14:45. John Watt, Cardiff University : « Philosophical and Literary Rhetoric in Syriac »

- 3. La rhétorique arabe de tradition philosophique : 3.1. Farabi et Averroès –

14:45-15:30. M. Aouad, CNRS (UPR 76): « La rhétorique d’origine aristotélicienne et l’art de l’éloquence (‘ilm al-balāgha) : le cas de Farabi »

15:30-15:45-Pause

15:45-16:30. Ch. E. Butterworth, Maryland University : « L’art de la rhétorique chez Averroès et son but politique »

Mardi 4 Juillet 2006

Matinée.

- 3. La rhétorique arabe de tradition philosophique : 3.2. La métaphore -

9:30-10:15. Ziyad Saleh al-Zu’bi, Yarmouk University, Jordanie : « Aristotelian metaphora and its transformations in Averroes Rhetoric commentary »

10:15-11:00. Yusouf Abou al-Udous, Yarmouk University, Jordanie : « The philosophical approach to Metaphor »

11:00-11:15-Pause

- 4. L’éloquence arabe (‘ilm al-balāgha) : 4.1. Al-Jāḥiẓ –

11:15-12:00. J. Dichy, ICAR (CNRS)-Université de Lyon 2 : « Du paradoxe de ‘la main de Dieu’ à la notion jāḥiẓienne de bayân : les sources interprétatives de la rhétorique arabe médiévale »

12:00-12:30-10. Lale Behzadi, Göttingen Universität / Orient-Institut : « Al-Jāḥiẓ and the Epistemological Dimension of his Theory of Language »

Après-Midi

- 4. L’éloquence arabe (‘ilm al-balāgha) : 4.2. Questions générales –

14:15-15:00-11. W. Heinrichs, Harvard University : « Indigenous Rhetorical Nomenclature in Arabic »

15:00-15:45-12. Djamel Kouloughli, CNRS : « Quelques observations sur le ‘vrai et le faux’ en rhétorique arabe (balāgha) »

15:45-16:00-Pause

16:00-16:30-13. Pierre Larcher, Université de Provence : « Mais qu’est-ce donc que la balāgha ? »

Catégories

Lieux

  • Université saint-Joseph
    Beyrouth, Liban

Dates

  • lundi 03 juillet 2006
  • mardi 04 juillet 2006

Contacts

  • Frédérique Woerther
    courriel : woerther [at] vjf [dot] cnrs [dot] fr

Source de l'information

  • Frédérique Woerther
    courriel : woerther [at] vjf [dot] cnrs [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Rhétorique littéraire, rhétorique philosophique dans les mondes grec, syriaque et arabe », Colloque, Calenda, Publié le samedi 06 mai 2006, http://calenda.org/191538