AccueilL’art : nouveaux usages, nouveaux espaces

*  *  *

Publié le lundi 08 mai 2006 par Corinne Cassé

Résumé

Qu’ils soient le fait des artistes contemporains eux-mêmes, désireux d’échapper à une spécialisation disciplinaire, ou la conséquence de l’incitation institutionnelle, les emprunts, le mélange des genres et des styles, la polyvalence et la polysémie sont des caractéristiques de la création contemporaine. S’agit-il là de pratiques totalement nouvelles ou seulement l’accentuation de tendances récurrentes en art ? Ces procédés, en tous cas, semblent influer sur le profil des artistes, des œuvres, et sur l’art lui-même, dont ils ne cessent de déplacer les lieux de réception, perturbant par là même sa définition, en même temps qu’ils questionnent et transforment les usages urbains.

Annonce

Journée d’étude organisée par le LAU/CNRS et l’INHA

Sous la direction de :

Catherine Choron-Baix - CNRS/Laboratoire d’anthropologie urbaine

Zahia Rahmani - INHA/Programme art contemporain dans la mondialisation


Qu’ils soient le fait des artistes contemporains eux-mêmes, désireux d’échapper à une spécialisation disciplinaire, ou la conséquence de l’incitation institutionnelle, les emprunts, le mélange des genres et des styles, la polyvalence et la polysémie sont des caractéristiques de la création contemporaine. S’agit-il là de pratiques totalement nouvelles ou seulement l’accentuation de tendances récurrentes en art ? Ces procédés, en tous cas, semblent influer sur le profil des artistes, des œuvres, et sur l’art lui-même, dont ils ne cessent de déplacer les lieux de réception, perturbant par là même sa définition, en même temps qu’ils questionnent et transforment les usages urbains.

Première d’une série programmée sur ce thème sous l’intitulé L’art : nouveaux usages, nouveaux espaces, cette journée d’étude aborde les rapports qu’entretiennent les créations plastiques contemporaines avec le corps, la danse et le son et la manière dont celles-ci s’exercent dans l’espace urbain.

A la lumière de différents exemples, elle croisera les approches de l’anthropologie et de l’histoire de l’art pour évaluer et penser ces faits.

Elle est ouverte au public et plus particulièrement aux jeunes chercheurs dont les travaux relèvent de ces orientations.

Programme

  • 9 h 30 Introduction par Catherine Choron-Baix et Zahia Rahmani

  • 10 h 15 Guy Walter (Directeur des Subsistances et de la Villa Gillet à Lyon) : Le projet du Laboratoire de création artistique de Lyon

  • 10 h 45 discussion/pause

  • 11 h 15 Virginie Milliot (Maître de conférences, Université Paris X) : La sécularisation de l’art - A propos de « L’art sur la place », à Lyon

  • 11 h 45 Ann Dressen (Commissaire au Musée d’art moderne de la ville de Paris) : Eye Tune, De quelques incursions de plasticiens dans le champ sonore

  • 12 h 15 discussion/repas


  • 12 h 45 Déjeuner


  • 14 h 00 Georgiana Wierre-Gore (Professeur, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand) : L’appropriation de l’éphémère. La propriété intellectuelle en danse

  • 14 h 30 Céline Roux (Docteur en histoire de l’art) : Le renouveau des pratiques performatives dans le champ chorégraphique français : l’affirmation du chorégraphe comme auteur-concepteur

  • 15 h 00 discussion/pause

  • 15 h 30 Laurence Louppe (Artiste, critique d’art et historienne de la danse) : Le travail de Laurence Louppe - présentation – discussion


  • 16 h 30 Discussion/conclusion par, Brigitte Derlon (EHESS/Laboratoire d’Anthropologie Sociale), Catherine Choron-Baix et Zahia Rahmani

Lieu :

Salle Vasari
INHA
2, rue Vivienne
75002 Paris
tél : +33 (0)1 47 03 86 04
fax : +33 (0) 47 03 86 36


Catégories

Lieux

  • Paris, France

Dates

  • jeudi 11 mai 2006

Fichiers attachés

Contacts

  • Catherine Choron-Baix
    courriel : choron-baix [at] ivry [dot] cnrs [dot] fr

Source de l'information

  • Eliane Daphy
    courriel : daphy [at] ivry [dot] cnrs [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L’art : nouveaux usages, nouveaux espaces », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 08 mai 2006, http://calenda.org/191540