AccueilDu logement peut-on voir la ville ?

Du logement peut-on voir la ville ?

Enquête collective sur un tournant de l'approche urbaine

*  *  *

Publié le lundi 15 mai 2006 par Corinne Cassé

Résumé

Les journées d'étude envisagées se proposent d'analyser, selon un principe généalogique, l'évolution de la place accordée au logement dans les réflexions sur le territoire, qu'il s'agisse des savoirs savants comme des pratiques professionnelles. En effet que l'on se réfère à la création actuelle des "zones d'habitation", dont l'aménagement est le plus souvent dissocié de la rue et se limite dans bien des cas à la construction de logements à peine connectés à un réseau de transport, à la mise en place des ZUP ou, plus loin encore, à la problématique des îlots insalubres ou aux politiques de Reconstruction, la qualification du logement s'est avérée fondamentale pour l'identification et la production de territoires urbains.

Annonce

Journées organisées par Claire Carriou et Yankel Fijalkow, LOUEST (UMR 7145)

Jeudi 22 et vendredi 23 juin 2006

INHA Galerie Colbert,
entrée 6, rue des petits champs
75 002 Paris

Les journées d'étude envisagées se proposent d'analyser, selon un principe généalogique, l'évolution de la place accordée au logement dans les réflexions sur le territoire, qu'il s'agisse des savoirs savants comme des pratiques professionnelles. En effet que l'on se réfère à la création actuelle des "zones d'habitation", dont l'aménagement est le plus souvent dissocié de la rue et se limite dans bien des cas à la construction de logements à peine connectés à un réseau de transport, à la mise en place des ZUP ou, plus loin encore, à la problématique des îlots insalubres ou aux politiques de Reconstruction, la qualification du logement s'est avérée fondamentale pour l'identification et la production de territoires urbains. Au point que le logement apparaît plutôt comme marqueur du territoire et outil d'intervention urbanistique que comme cellule d'habitation.
Des travaux récents se sont attachés à montrer le glissement progressif de la question du logement à celle de la ville. Nous nous proposons ici d'inverser le propos et d'appréhender les relations, les porosités observées entre question du logement et question de la ville, du point de vue des réflexions sur le territoire : travaux des urbanistes, textes politiques sur la ville et son organisation, discours politiques et réformateurs, littérature savante. On peut supposer qu'il y a eu d'abord une période, dont les contours restent à délimiter, du territoire sans le logement puis qu'est advenue une autre, dans laquelle notre époque contemporaine est encore largement inscrite, caractérisée par une conception du territoire -souvent- réduit au logement. Le logement étant entendu ici au sens large, c'est-à-dire comme habitat englobant son environnement social et physique. Il s'agit de préciser les termes et modalités de cette évolution. Quels en sont en effet les objectifs sous-jacents : gestion du peuplement, protection du paysage, développement économique etc. ? Comment appréhender ces périodes ? On peut faire l'hypothèse à cet égard que les années précédant et succédant la "Grande Guerre", dont l'importance a déjà été relevée en ce qui concerne l'évolution de la question du logement, inaugurent une modification profonde dans l'approche de l'urbain, arrimant fortement la question du logement à celle du territoire. Cette évolution se produit-elle pour autant selon les mêmes temporalités pour toutes les approches ? Enfin, quels en sont les acteurs ; forment-ils un réseau compact et organisé ou une nébuleuse ?

Plusieurs orientations de travail peuvent être soumises :

- le territoire sans le logement. Quand, comment et où décrit-on le territoire sans que la question du logement n'y prenne une place prépondérante ? Qu'en est-il à ce sujet des pionniers du planning au début du 20e siècle (urbanistes, statisticiens des topographies médicales...), des géographes ou des initiateurs de l'école de Chicago ?
- le tournant territoire / logement. La commission d'extension de la ville de Paris de 1910/1913, les acteurs des îlots insalubres ou de la construction des HBM des années 1910, puis Henri Sellier et Raoul Dautry se font en France, sur le plan opérationnel, les porteurs d'une problématique intégrant le logement à la question du territoire. Comment se produit cette évolution ? Quels moyens utilisent-ils : moyens stratégiques comme l'argument de l'implantation, moyens intellectuels comme la carte, statistique, thématique...
- le territoire "réduit" au logement. Si la problématique de la reconstruction a certainement vidé la question de la ville, on peut s'interroger sur la nature de cet "impensé" dans les années 1950. N'est-il qu'un pur produit de l'urgence ou exprime-t-il une certaine conception de l'organisation sociale ? Comment se traduit-il dans les écrits des sciences sociales et dans les actions urbanistiques ? On peut se demander dans quelles conditions se produit le retournement, initié par Henri Lefebvre, en faveur d'un droit à la ville.

Programme


Jeudi 22 juin (salle Vasari)

Introduction des journées

I. Le logement et la construction d'une pensée urbanistique

14 h : Catherine Bruant : Le logement chez les premiers urbanistes français, l'influence leplaysienne

14 h 30 : Claire Carriou : Le logement dans les revues La Vie urbaine et Urbanisme

15 h - 15 h 30 : débat avec la salle

II. Le logement dans la pensée sociale et politique

15 h 45 : Yankel Fijalkow et Jean-Pierre Lévy : Le logement dans la géographie urbaine (1900-2000)

16 h 15 : Grégory Busquet : Le logement et "le cadre de vie" dans le discours du Parti socialiste unifié (1960-1981)

Antoine Haumont (sous réserve) : Les effets urbains des dynamiques du logement. Recherches dans les années 1950-1960

17 h - 18 h : débat avec la salle

Vendredi 23 juin (salle Benjamin)

III. Logement, formes et acteurs urbains

9 h : Jean-Pierre Frey : La distribution des modèles patronaux de logement en série sur le territoire national

9 h 30: Frédéric Dufaux : Logement et grands ensembles

10 h : Laurent Coudroy de Lille et Marie-Clotide Meillerand : Le logement dans quelques opérations d'urbanisme à Lyon

10 h 30 - 11 h : débat avec la salle

IV. Logement : conceptions et compétences architecturales

11 h 15 : Danièle Voldman : Fernand Pouillon et le logement

11 h 45 : Jean-Michel Léger : Vers une compétence urbaine des architectes ? (titre provisoire)

12 h 15 - 13 h : débat avec la salle

V. La ville depuis ses marges résidentielles

14 h : Claire Lévy-Vroëlant : Les logements de passage à Paris ou l'épreuve de l'hospitalité

14 h 30 : Amélie Flamand : Résidentialisation, quelle ville ? (titre provisoire)

15 h - 15 h 30 : débat avec la salle

Conclusion générale

Les résumés des interventions ainsi que le propos d'introduction générale aux journées sont à consulter sur le site : http://www.louest.cnrs.fr/index.htm

Catégories

Lieux

  • Paris, France

Dates

  • jeudi 22 juin 2006

Contacts

  • Claire Carriou
    courriel : claire [dot] carriou [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Fijalkow Yankel
    courriel : cy [dot] fijalkow [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Du logement peut-on voir la ville ? », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 15 mai 2006, http://calenda.org/191578