AccueilImaginaires, mises en récit et formations universitaires en langues

*  *  *

Publié le samedi 08 juillet 2006 par Corinne Cassé

Résumé

Afin de faire face à la multiplication, la liquéfaction et les jeux des identités (Bauman, 2000) dans les mondes contemporains, les revendications identitaires basées sur des mises en fiction (Augé 1994) ou des imaginaires accroissent. L’enseignement et l’apprentissage des langues étrangères, même dans le contexte qui nous intéresse ici (i.e. l’enseignement supérieur), n’échappe pas à ces « autoduperies ».

Annonce

Sous la direction de Fred Dervin et Eija Suomela-Salmi (université de Turku, Finlande)

Argumentaire :

Afin de faire face à la multiplication, la liquéfaction et les jeux des identités (Bauman, 2000) dans les mondes contemporains, les revendications identitaires basées sur des mises en fiction (Augé 1994) ou des imaginaires accroissent. L’enseignement et l’apprentissage des langues étrangères, même dans le contexte qui nous intéresse ici (i.e. l’enseignement supérieur), n’échappe pas à ces « autoduperies ».

Notre recueil cherche à s’interroger sur les axes suivants :

- Quels imaginaires alimentent le quotidien des étudiants universitaires en langues ainsi que les enseignants (conceptions des langues, identités, cultures, « interculturels », étrangeté, expertise, etc.) ?

Comment sont-ils mis en fiction au quotidien et dans la biographie langagière des apprenants?

- Quel est le rôle des enseignants (natifs comme non-natifs) dans le déploiement des imaginaires et les mises en fiction?

- Y a-t-il recoupement et partage des imaginaires enseignants/étudiants?

- Les imaginaires et mises en récit sont-ils bénéfiques, néfastes ou les deux à la fois dans le contexte de formations universitaires en langues?

- Quels moyens et initiatives didactiques sont mis en œuvre pour essayer de travailler ces imaginaires (analyse des discours, travail sur les savoir-faire, ethnographie, etc.) ?

- Quels contextes d’apprentissage et d’enseignement semblent faire ressortir les imaginaires et mises en fiction (mobilités virtuelles et physiques, rencontres médiées ou pas) ?

- Peut-on proposer aux étudiants une didactique des imaginaires et des mises en fiction basée sur l’apprentissage de l’expertise en langues étrangères ou de l’interculturel ?

Les articles pourront traiter de toute langue enseignée dans le supérieur, de tout contexte (département spécialiste d’études d’une langue, centre de langues, IUT, école de commerce, IUFM, etc.) ainsi que de toute zone géographique. Les approches pourront être issues de la didactique des langues, des sciences du langage (interaction, énonciation, etc.), de l’anthropologie, etc. et se baser sur les étudiants comme sur les enseignants.

Les contributions nous parviendront en français.

Date limite de réception des manuscrits par e-mail aux directeurs de la publication (freder@utu.fi / eisusa@utu.fi): 30.11.2006

Vous trouverez les indications liées à la mise en forme de votre document sur http://users.utu.fi/freder/Imagianire%20biblio.htm

Les articles retenus seront publiés soit dans un recueil mis sur le marché par une maison d’édition, soit dans un numéro spécial d’une revue scientifique (en 2007).

Catégories

Dates

  • jeudi 30 novembre 2006

Contacts

  • Dervin Fred
    courriel : Freder [at] utu [dot] fi

Source de l'information

  • Fred Dervin
    courriel : fred [dot] dervin [at] helsinki [dot] fi

Pour citer cette annonce

« Imaginaires, mises en récit et formations universitaires en langues », Appel à contribution, Calenda, Publié le samedi 08 juillet 2006, http://calenda.org/191750