AccueilNouvelles approches des sociétés coloniales et post-coloniales : pouvoirs, espaces, interactions

Nouvelles approches des sociétés coloniales et post-coloniales : pouvoirs, espaces, interactions

Journée d’étude jeunes chercheurs, 11 janvier 2007, ENS-LSH, Lyon.

*  *  *

Publié le jeudi 13 juillet 2006 par Marin Dacos

Résumé

Le laboratoire de jeunes chercheurs « Mondes colonisés : formes et processus de la colonisation, XVIè-XXIè siècle » regroupe des doctorants inscrits en histoire et en anthropologie soucieux d’étudier le phénomène colonial dans sa diversité et d’en apporter une lecture enrichie par l’échange de leurs expériences de terrain.

Annonce

11 janvier 2007, ENS-LSH, Lyon.

Objet.

Créé en 2003, avec le soutien de l’ENS-LSH, le laboratoire de jeunes chercheurs « Mondes colonisés : formes et processus de la colonisation, XVIè-XXIè siècle » regroupe des doctorants inscrits en histoire et en anthropologie soucieux d’étudier le phénomène colonial dans sa diversité et d’en apporter une lecture enrichie par l’échange de leurs expériences de terrain.

Après avoir fonctionné durant une année en ateliers fermés, nous souhaitons à présent organiser une journées d’étude à l’ENS-LSH de Lyon en janvier 2007, ouverte à de jeunes chercheurs, qui travaillent sur les sociétés coloniales et post-coloniales. Cette journée mettra l’accent sur la pluridisciplinarité, en invitant historiens, géographes, sociologues, politistes et linguistes à échanger leurs vues et leurs méthodes sur le thème : « Nouvelles approches des sociétés coloniales et post-coloniales : pouvoirs, espaces, interactions ».

L’étude des mondes coloniaux et post-coloniaux a bénéficié ces dernières années d’importants renouvellements dans ses thèmes et ses outils d’analyse. Les colonial and subaltern studies ont mis l’accent sur la parole des colonisés et les aspects sociaux de la colonisation, permettant de remettre en cause une approche en termes de domination unilatérale des colonisés par les colonisateurs. Ces courants et les critiques qu’ils ont suscitées ont relativement peu touché la recherche francophone. Par ailleurs, l’apport de nouveaux courants d’analyse, en histoire et en sciences sociales, se heurte souvent au cloisonnement des aires géographiques et des disciplines.

C’est pourquoi nous avons choisi d’orienter notre réflexion sur les sociétés coloniales et post-coloniales autour des notions de pouvoirs, d’espaces, et d’interactions. Pour cela, plusieurs axes guideront l’organisation de cette journée d’étude :

- Gestion et transformation de l’espace. Entre les concessions, les mandats, les protectorats et les colonies de peuplement, les formes de l’expansion coloniale sur les territoires colonisés varient d’intensité et de nature. La colonisation conduit presque toujours à un remodelage de l’espace et des instances chargées de l’administrer et de la contrôler. L’annexion, la création ou l’occupation de villes, les réformes foncières, l’importation de modèles architecturaux et les accaparements sont parmi les premières formes de l’assujettissement colonial.

- Les représentations et les images. Elles influencent les comportements des individus et des groupes, ces comportements étant eux-mêmes sources de nouvelles représentations. Cette réciprocité façonne-t-elle les rapports et les espaces du monde colonial ?

- Le corps dans l’espace colonial. Les nouvelles formes de sociabilité et d’institution, mélangeant à des degrés divers pratiques et perceptions des colonisés et des colons, créent-elles de nouveaux corps, instaurent-elles de nouveaux genres ?

C’est dans ces cadres de réflexion que nous invitons tous les jeunes chercheurs en sciences sociales qui étudient le phénomène colonial et ses héritages à nous faire parvenir des propositions de contribution à la journée que nous organisons.

Comité d’organisation.

Il se compose des membres du laboratoire de jeunes chercheurs « Mondes colonisés, formes et processus de la colonisation, XVIè-XXIè siècles » :

Vanessa R. Caru, doctorante en histoire, SEDET, Université de Paris VII.

Julien Clément, doctorant en anthropologie, CREDO, Université de Provence.

François Dumasy, doctorant en histoire, EFR, Université de Provence.

Boris Jeanne, doctorant en histoire, CERMA, EHESS.

Gwenaëlle Legoullon, doctorante en histoire, Centre d’Histoire Sociale, Université de Paris I.

Nadia Vargaftig, doctorante en histoire, ICT, Université de Paris VII.

Calendrier.

Réception des propositions : avant le 15 août 2006.

Journée d’étude : 11 janvier 2007.

Modalités de participation.

Cette journée est ouverte à tous les jeunes chercheurs et chercheuses (dans un sens large, du mastère jusqu’au post-doctorat).

Les propositions seront soumises à un comité de lecture.

Les propositions de contribution devront comporter : un titre, une courte présentation de l’auteur(e) incluant son institution de rattachement ainsi que ses coordonnées postales et électroniques et un résumé de 2000 signes de l’intervention.

Elles devront être envoyées :

- Soit par courrier à : « Mondes Colonisés », c/o Vanessa Caru, 22 rue Pépin,
93 100 Montreuil.

- Soit par courriel (fichier attaché format .doc ou .pdf) à l’adresse mondescolonisés@hotmail.fr.

Catégories

Lieux

  • Lyon, France

Dates

  • mardi 15 août 2006

Fichiers attachés

Contacts

  • Laboratoire jeunes chercheurs Mondes Colonisés (ENS-LSH) ~
    courriel : mondescolonises [at] hotmail [dot] fr

Source de l'information

  • Boris Jeanne
    courriel : borisjeanne [at] hotmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Nouvelles approches des sociétés coloniales et post-coloniales : pouvoirs, espaces, interactions », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 13 juillet 2006, http://calenda.org/191762