AccueilLe travail dans les entreprises sous l'Occupation

Le travail dans les entreprises sous l'Occupation

2e session Travailler pour l'occupant, travailler en Allemagne

*  *  *

Publié le lundi 24 juillet 2006 par Natalie Petiteau

Résumé

À une première session générale du colloque du GDR Les Entreprises françaises sous l'Occupation qui s’est tenue à Dijon les 8 et 9 juin 2006 en partenariat avec l’université de Bourgogne succède cette deuxième session de Besançon qui est consacrée spécifiquement au travail pour l’occupant et au travail en Allemagne.

Annonce

Ve colloque du Groupement de recherche (GDR) 2539 du CNRS
" Les entreprises françaises sous l'Occupation "

organisé avec

le Centre d’histoire sociale du XXe siècle,
l’Institut d’histoire contemporaine-Centre Georges Chevrier. Ordres et désordres dans l’histoire des sociétés,
la Maison des sciences de l’homme (université de Bourgogne),
la maison des sciences de l’homme Claude-Nicolas Ledoux (Besançon),
le Laboratoire des sciences historiques de l’université de Franche-Comté et la direction régionale des affaires culturelles (DRAC) de Franche-Comté,

avec le soutien de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne


Le travail dans les entreprises sous l'Occupation

2e session du colloque
Travailler pour l'occupant, travailler en Allemagne
Besançon

Jeudi 12 octobre 2006
10 h 30 : accueil
Jean-Claude Daumas: Introduction à la session

Séance 1, TRAVAILLER EN FRANCE POUR L'ALLEMAGNE
11 h – 12 h4 5
Présidence : François Marcot (professeur, université de Franche-Comté)
- Philippe Souleau (doctorant, université de Paris I - Panthéon-Sorbonne)
Travailler sous la contrainte: l'exploitation des étrangers dans la région de Bordeaux
- Peter Gaida (doctorant, université de Brême)
Les camps de travail de l'Organisation Todt en France, 1940-1944
- Fabian Lemmes (doctorant, institut universitaire européen de Florence)
Travailler pour l'occupant : le personnel des entreprises françaises et italiennes du bâtiment et des travaux publics enrôlées dans l'Organisation Todt - perspectives comparatives

Débats

14 h 15 - 16 h 30 (suite de la séance)
- Olivier Schmitt (doctorant, université technologique de Belfort-Montbéliard)
Le travail dans la région nord-est à partir des archives allemandes
- Ludovic Laloux (docteur, université Lille 3- Charles de Gaulle)
L'Usine des ressorts du Nord sous l'Occupation : une collaboration subie ?

Débats

- Lars Hellwinkel (docteur, université de Kiel)
Les arsenaux de la Marine française sous l'Occupation : l'exemple du port de Brest
- Joël Forthoffer (docteur, université de Paris-Sorbonne (Paris IV))
Les Ateliers SNCF du matériel de Bischheim de 1939 à 1948

Débats et pause

Séance 2 : TRAVAILLER EN ALLEMAGNE : CONSEQUENCES POUR LES ENTREPRISES
16 h 45 - 18 h 30
Présidence : Patrick Fridenson (directeur d’études à l’EHESS, Paris)
- Laurence Bour (responsable du centre d'archives historiques de la SNCF au Mans), Marie-Noëlle Polino (secrétaire scientifique de l'Association pour l'histoire des chemins de fer en France)
La réquisition des cheminots pour le travail en Allemagne
- Françoise Berger (maître de conférences, institut d'études politiques de Grenoble, PACTE-CERAT)
La société Schneider face au travail obligatoire en Allemagne.
- Raphaël Spina (doctorant, École normale supérieure)
Impacts du STO sur le travail au sein des entreprises : l'activité productive et la vie sociale interne entre bouleversements et adaptations forcés (1942-1944)

Débats

Vendredi 13 octobre
9 h - 12 h 45
Séance 3 : TRAVAILLER EN ALLEMAGNE : CONDITIONS DE VIE ET DE TRAVAIL
Présidence : Helga Bories-Sawala (professeur, université de Brême)
- Patrice Arnaud (doctorant, université de Paris I - Panthéon-Sorbonne
Les conditions de travail et de rémunération des Français en Allemagne :
- Mark Spoerer (maître-assistant, université Hohenheim de Stuttgart)
Les prisonniers de guerre français comme travailleurs forcés dans l’économie allemande pendant les Première et Seconde Guerre mondiale. Une comparaison des taux de mortalité.

Débats et pause

- Fabrice Virgili (chargé de recherche CNRS, Institut d'histoire du temps présent, Paris)
Les travailleuses françaises en Allemagne.
- Stephan Lindner (professeur, université de la Bundeswehr de Munich)
Les conditions de travail des travailleurs étrangers à l’usine de Hoechst (IG Farben)
- Jaromír Balcar (assistant, université Louis-Maximilien de Munich) et Jaroslav Ku_era (assistant, faculté des sciences sociales de l'université Charles de Prague) (intervention en anglais)
Enticement and Terror: Czech and German Labourers in Bohemia and Moravia Under German Occupation (1939-1945)

Débats

12 h 15 Conclusion de la session par Denis Peschanski (directeur de recherche CNRS, CHS, université de Paris I - Panthéon-Sorbonne)
12 h 30 Conclusion générale par Christian Chevandier (maître de conférences, université de Paris I - Panthéon-Sorbonne, CHS)
12 h 45 Clôture du colloque

Comité scientifique
- Dominique Barjot, professeur à l’université de Paris-Sorbonne Paris IV, Centre Roland Mousnier
- John Barzman, professeur à l’université du Havre, CIRTAI-IDEES
- Françoise Bosman, directrice du Centre des archives du monde du travail, Roubaix
- Christian Chevandier, maître de conférences à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, CHS
- Jean-Claude Daumas, professeur à l’université de Franche-Comté
- Jean-François Eck, professeur à l’université Charles-de-Gaulle Lille 3, IRHIS
- Patrick Fridenson, directeur d’études à l’EHESS, CRH
- Hervé Joly, chargé de recherche CNRS, LARHRA, université Lumière Lyon 2, directeur du GDR
- Olivier Kourchid, directeur de recherche CNRS, CHS, université Paris I
- Jean-Pierre Le Crom, directeur de recherche CNRS, directeur du laboratoire Droit et changement social, université de Nantes
- Michel Margairaz, professeur à l’université Paris VIII Vincennes–Saint-Denis, IDHE
- Nicolas Marty, maître de conférences à l’université de Perpignan
- Robert Mencherini, professeur des universités à l’IUFM d’Aix-Marseille, Telemme
- Denis Peschanski, directeur de recherche CNRS, CHS, université Paris I
- Michel Pigenet, professeur à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, CHS
- Jean-Louis Robert, professeur émérite à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, CHS
- Danièle Rousselier-Fraboulet, maître de conférences à l’université Paris XIII Villetaneuse, IDHE
- Sylvie Schweitzer, professeur à l’université Lumière Lyon 2, LARHRA
- Philippe Verheyde, maître de conférences à l’université Paris VII Vincennes–Saint-Denis, IDHE, secrétaire général du GDR
- Serge Wolikow, professeur à l’université de Dijon, directeur de la MSH, Centre Georges Chevrier.

Le groupement de recherche (GDR) a pour mission d’étudier les entreprises françaises sous l’Occupation. Quel que soit le paradigme de référence, il est impossible de ne pas faire du travail un élément essentiel de nos travaux. Cette dimension a déjà été bien présente dans toutes les manifestations scientifiques déjà organisées. Mais, plus de 10 ans après le grand colloque sur Les ouvriers en France pendant la seconde guerre mondiale organisé en 1992, à l’initiative de Denis Peschanski et Jean-Louis Robert, par le Centre de recherche d’histoire des mouvements sociaux et du syndicalisme (devenu CHS du XXe siècle) et l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP), il apparaissait nécessaire, dans la perspective propre du GDR centrée sur les entreprises et à la faveur du dynamisme historiographique de ces dernières années d’y consacrer une manifestation spécifique.
Si le colloque ne s’intéresse qu’aux entreprises (ce qui exclut notamment les différentes administrations), il les aborde dans toute leur diversité, s’efforçant notamment d’intégrer des branches moins connues de l’industrie (les industries de consommation, par exemple) ainsi que l’univers des petites et moyennes entreprises. De même, toutes les catégories de salariés sont prises en compte : ouvriers bien sûr, mais aussi employés, contremaîtres, ingénieurs, techniciens et " cadres ".
En dehors des catégories construites en fonction de l’activité, le contexte idéologique a mis en avant d’autres populations à l’identité alors exacerbée, qui seront plus précisément étudiées en tant que telles. La place des femmes sur le marché du travail fera ainsi l’objet d’un traitement particulier : comment le travail féminin était-il perçu par les différentes forces en présence, quelles ont été les politiques mises en place et la réalité de cet emploi féminin ? Le sort des immigrés économiques et des réfugiés (notamment espagnols), en distinguant des nationalités plus ou moins maltraitées par l’idéologie nazie, sera également examiné.
Conformément aux priorités du GDR, l’accent est mis sur le cas français, en s’intéressant à ses différentes dimensions géographiques (zones annexée, occupée, non occupée, etc.). À titre complémentaire, des approches comparatives internationales sont également intégrées.
À une première session générale du colloque qui s’est tenue à Dijon les 8 et 9 juin 2006 en partenariat avec l’université de Bourgogne succède cette deuxième session de Besançon qui est consacrée spécifiquement au travail pour l’occupant et au travail en Allemagne.


Pour toutes informations scientifiques sur le colloque :
site Internet : http://gdr2539.ish-lyon.cnrs.fr
Mèl : gdr2539@ish-lyon.cnrs.fr

Informations pratiques :
Lieu du colloque : DRAC de Franche-Comté, salle André Malraux, 7 rue Charles Nodier, Besançon
Accès depuis la gare SNCF : prendre le bus ligne n° 10, descendre à l’arrêt Préfecture, la DRAC est à quelques dizaines de m.

L’assistance au colloque est libre et gratuite.

Les auditeurs (hors intervenants et invités du colloque) peuvent participer à leur frais aux déjeuners du jeudi (23 €) et du vendredi (24 €), et au dîner du jeudi (28 €) dans des restaurants du centre-ville, sous réserve d’une inscription préalable avant le 10 octobre 2006 auprès d’Isabelle Mouret, courriel : isabelle.mouret@mti.univ-fcomte.fr, tél. : 03 81 66 51 75.

Les intervenants au colloque sont logés dans les hôtels suivants, également dans le centre-ville :
Hôtel du Nord, 8, rue Moncey, tél. : 03 81 81 34 56 (43,6 €) ;
Hôtel Granvelle, 13, rue du général Lecourbe, tél. : 03 81 81 33 92 (48 €) ;
Hôtel de Paris, 33, rue des Granges, tél. : 03 81 81 36 56 (41,5 €).

Les auditeurs peuvent y bénéficier du prix indiqué (petit déjeuner compris en chambre individuelle), à condition de réserver eux-mêmes leur chambre auprès de l’hôtel dans la limite des chambres disponibles, en indiquant bien qu’ils viennent assister au colloque organisé par la maison des sciences de l’homme.

Catégories

Lieux

  • Besançon, France

Dates

  • jeudi 12 octobre 2006

Contacts

  • Hervé Joly
    courriel : Herve [dot] Joly [at] ish-lyon [dot] cnrs [dot] fr

Source de l'information

  • Hervé Joly
    courriel : Herve [dot] Joly [at] ish-lyon [dot] cnrs [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le travail dans les entreprises sous l'Occupation », Colloque, Calenda, Publié le lundi 24 juillet 2006, http://calenda.org/191786