AccueilEthnographies de la santé publique : confronter théories et terrains

Ethnographies de la santé publique : confronter théories et terrains

Troisième journée thématique du réseau des (post-)doctorants Santé et Société. 19 décembre 2006. Amphithéâtre de l’Ecole des hautes études en sciences sociales. 105 boulevard Raspail, 75006 Paris

*  *  *

Publié le jeudi 17 août 2006 par Natalie Petiteau

Résumé

La santé publique est aujourd’hui une des préoccupations primordiales des sociétés contemporaines. Les politiques et les résultats pratiques qu’elle produit ont un impact incontestable sur la vie, la santé et le bien-être, ainsi que sur la régulation et la prise en charge des problèmes de santé. En partant du principe que l’ethnographie permet d’expliquer certains dysfonctionnements de la pratique de la santé publique, mais qu’elle permet également de re-interroger les principes politiques de la santé publique et de sa théorisation, nous la placerons ici comme base de notre questionnement. Tout au long de cette journée doctorale nous souhaitons interroger les différentes politiques, pratiques et modes de pensée de la santé publique ainsi que la théorisation de celles-ci par les sciences sociales, en essayant de déconstruire deux oppositions classiques théorie/terrain et rhétorique/pratique, qui semblent encore bien en place dans ce domaine.

Annonce

La santé publique est aujourd’hui une des préoccupations primordiales des sociétés contemporaines. Les politiques et les résultats pratiques qu’elle produit ont un impact incontestable sur la vie, la santé et le bien-être, ainsi que sur la régulation et la prise en charge des problèmes de santé. Les outils nécessaires à la mise en œuvre de ces politiques de santé ont été longuement étudiés par les sciences sociales qui les présentent comme un exemple par excellence de bio-politique. Les programmes de santé publique, notamment d’ordre préventif, cherchent à sensibiliser les consciences et à modifier les comportements par la construction d’une politique de gouvernement des corps.

Les critiques adressées à la santé publique par les sciences sociales l’ont majoritairement été par le biais des travaux de Michel Foucault. Pour autant, l’utilisation des seuls concepts issus de ces travaux ne permet pas de rendre compte de la diversité des formes d’intervention que comprend « la santé publique ».

Suivant les cas, celle-ci peut être une cause de gouvernement des corps ou, à l’inverse, un contre-pouvoir à ce gouvernement. Par exemple, la pratique de la médecine en milieu carcéral illustre le fait qu’en un lieu où le gouvernement des corps est à son apogée, il est parfois possible d’y échapper pour « raison de santé ».

De fait, s’il est aujourd’hui possible de penser la santé publique selon ces notions de gouvernement des corps et d’assujettissement, il est aussi souhaitable de prendre en considération cette autre dimension de contre-pouvoir potentiel, que rend visible l’analyse des diverses pratiques que comporte « la santé publique ».

L’usage de ces différentes notions (gouvernement des corps, bio-politique, assujettissement), dans leur application au champ de la santé, a permis aux sciences sociales de comprendre, penser et/ou conceptualiser les conséquences des politiques de santé publique sur les individus et leurs sociétés. Mais, paradoxalement, la sur-utilisation de ces notions, leur usage quasi systématique dans les travaux s’intéressant aux politiques de santé a également occulté certaines questions qui, aujourd’hui, semblent incontournables.

En effet, à l’assujettissement, mis en exergue par une lecture Foucaldienne des politiques de santé publique, s’opposent de multiples jeux d’acteurs. Lors de leur mise en œuvre, les programmes de santé publiques se heurtent à de nombreuses contraintes de terrain, des détournements d’usage et développement de tactiques de contournement par les acteurs concernés, profanes et professionnels. La prise en compte des tactiques des acteurs, de leurs logiques propres et de leurs raisons d’agir, en marge ou en plein cœur du système, a trop souvent été laissée de côté. Il semble dès lors primordial de reconsidérer l’ensemble de ces aspects pour comprendre les logiques, les fonctionnements et dysfonctionnements, les tensions et paradoxes et la diversité des programmes de santé publique.

En donnant priorité aux ethnographies de la santé publique, la journée thématique du réseau des doctorants « Santé et société » Ethnographies de la santé publique cherche donc à répondre à un questionnement qui s’inscrit dans l’actualité politique et scientifique décrit ci-dessus.

Tout en restant ouvert à des propositions qui s’inscriraient dans cette thématique mais en l’abordant par un autre questionnement, nous avançons les deux axes de réflexions suivants :

• Les rhétoriques de la santé publique - champ d’étude privilégié des sciences sociales - semblent relever d’une « uni-directionalité », du politique vers la pratique. Cela soulève de nombreuses questions, notamment celle de la place fondamentale attribuée à la rhétorique de la santé publique et celle des liens complexes et multi-directionnels établis entre la pratique de la santé publique et ses politiques.

• L’ethnographie peut se présenter comme un outil pour faire la liaison entre l’étude des politiques et celle des pratiques de la santé publique. À partir des observations menées in situ, l’ethnographe est amené à questionner d’une part les rôles, marges de manœuvre et possibilités d’action des acteurs engagés sur le terrain et dans la politique, mais aussi les répercussions de ces actions sur l’efficience et l’élaboration d’une politique de santé publique.

Ces deux points nous permettront non seulement de rendre compte de la diversité de « la santé publique », mais aussi de réfléchir aux liens et à l’efficience des collaborations existantes entre santé publique et sciences sociales. En partant du principe que l’ethnographie permet d’expliquer certains dysfonctionnements de la pratique, mais qu’elle permet également de re-interroger les principes politiques de la santé publique et de sa théorisation, nous la placerons ici comme base de notre questionnement. Tout au long de cette journée nous souhaitons donc interroger les différentes politiques, pratiques et modes de pensée de la santé publique ainsi que la théorisation de celles-ci par les sciences sociales, en essayant de déconstruire deux oppositions classiques théorie/terrain et rhétorique/pratique, qui semblent encore bien en place dans ce domaine.

--------------------------------------------------------------------------------------------

La journée fonctionnera sur le mode de communications individuelles de 20 minutes, suivies d’un temps de discussion, en présence de discutants qui animeront les débats. Nous vous invitons à nous faire parvenir vos propositions de communication (un résumé de 300 mots maximum), précédées des informations suivantes : titre de la communication, noms et prénoms, discipline, université, laboratoire de rattachement et adresse e-mail.

Les propositions de communication doivent être envoyées le 15 septembre 2006 au plus tard aux deux adresses électroniques suivantes (un accusé de réception vous sera retourné):

Cyril FARNARIER: cyrilfarnarier@hotmail.com

Janina KEHR : jkehr@mshparisnord.org

Nous vous informerons des suites données à votre proposition de communication ainsi que du déroulement des journées durant la première quinzaine d’octobre 2006.

Pour tout renseignement complémentaire sur la journée « Ethnographies de la santé publique », vous pouvez également nous contacter.

Les doctorants et post-doctorants qui souhaitent participer à ces journées et qui ne sont pas membres du réseau sont invités à s’y inscrire : doctorants@mshparisnord.org.

Catégories

Lieux

  • Paris, France

Dates

  • vendredi 15 septembre 2006

Contacts

  • Cyril Farnarier
    courriel : colloqueamades2015 [at] gmail [dot] com
  • Janina Kehr
    courriel : janina [dot] meillan-kehr [at] uzh [dot] ch

Source de l'information

  • Janina Kehr
    courriel : janina [dot] meillan-kehr [at] uzh [dot] ch

Pour citer cette annonce

« Ethnographies de la santé publique : confronter théories et terrains », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 17 août 2006, http://calenda.org/191804