AccueilSavoirs vernaculaires et savoirs professionnels de l’espace (1760-1860)

*  *  *

Publié le vendredi 15 septembre 2006 par Corinne Cassé

Résumé

La journée d'études se propose d'étudier en parallèle les savoirs vernaculaires et les savoirs savants de l'espace qui se développent de façon concurrente entre 1750 et 1850, à partir de quelques objets privilégiés: la montagne, la pêche, la géologie, la catastrophe.

Annonce

La première journée d’études organisée par le groupe de recherche « Coexistence des savoirs et discontinuité des rationalités dans la géographie moderne * » (2 décembre 2005) a fait apparaître qu’un des enjeux importants dans la construction des savoirs de l’espace entre la fin du dix-huitième et la première moitié du dix-neuvième siècle était constitué par l’espèce de tension, et parfois d’affrontement, existant entre « savoirs vernaculaires » et « savoirs savants » de l’espace, et ceci aussi bien au niveau proprement cognitif qu’au niveau politique et institutionnel.

Plus précisément, sur le plan des langages, des modes d’investigation du terrain et de représentation cartographique des données, mais aussi sur le plan de la mise en place des normes de légitimation du savoir et des orientations et des décisions politiques et institutionnelles, on assiste à une distinction, voire à une opposition entre ces deux formes de connaissance. Il faudrait alors étudier en parallèle d’une part ces savoirs vernaculaires, qu’on peut dire « attachés » à leur lieu d’origine et qui d’une certaine manière en portent la trace, et d’autre part des formes de savoir « délocalisées » ou venues de l’extérieur.

L’objectif de cette seconde journée d’études sera d’explorer cette tension existant dans les modalités spatiales de construction des savoirs de l’espace. On insistera en particulier sur la question des lieux à partir et au sein desquels se construisent et se formulent les connaissances, ainsi que sur les implications pratiques qui prolongent ces formulations.

EHESS, 105 Bvd Raspail
75006 Paris,
Salle 7, 2e étage

Programme de la journée

Matin : 10h-12h30

Bernard Debarbieux (Université de Genève), « La montagne et l’unité du monde : représentations géographiques et imaginaires politiques et culturels en Occident entre 1740 et 1840 »
Isabelle Surun (Université de Lille 3), « Cartographie de l’Afrique et savoirs vernaculaires (milieu XVIIIe-milieu XIXe siècle »

Après-midi : 14h-17h
Renaud Morieux (Université de Lille 3), « Du terroir des pêcheurs au territoire des États. La Manche au XVIIIe siècle »
Pierre Savaton (Université de Caen), « De la géologie locale et de ses particularités à la légende normalisée de la carte géologique à 1/80 000e (1830-1868) »
Grégory Quenet (Université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines), « Le double régime de la catastrophe et sa recomposition en France au XVIIIe siècle. Du village au savoir théorique »

(* UMR « Géographie-Cités » du CNRS et Groupe de géographie sociale et d’études urbaines de l’EHESS)

Lieux

  • Paris, France

Dates

  • vendredi 13 octobre 2006

Contacts

  • Besse #
    courriel : j [dot] m [dot] besse [at] free [dot] fr

Source de l'information

  • Jean-Marc Besse
    courriel : bessejm [at] parisgeo [dot] cnrs [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Savoirs vernaculaires et savoirs professionnels de l’espace (1760-1860) », Journée d'étude, Calenda, Publié le vendredi 15 septembre 2006, http://calenda.org/191897