AccueilExtrémisme et modération : des liaisons naturelles ?

*  *  *

Publié le dimanche 17 septembre 2006 par Corinne Cassé

Résumé

L’enjeu de cette journée de recherches est de tenter de penser un couple de termes a priori antinomique mais dont la dynamique ancienne présente depuis le temps de la monarchie jusqu’à la révolution et au delà, un intérêt particulier. Longtemps l’historiographie a étudié les formes du radicalisme pré-révolutionnaire, révolutionnaire et contre révolutionnaire sous la forme duelle du fanatisme ou de la pureté de l’engagement, constituant les idées et les pratiques aux extrémités du champ politique sous la forme de sphères autonomes de toute pollution qui serait venue d’autres espaces idéologiques plus modérés, au centre du jeu.

Annonce

Institut d’Histoire de la Révolution française (IHRF)
Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne

Vendredi 29 septembre 2006 de 9h45 à 18 h
Centre Panthéon – 12, place du Panthéon – 2ème étage – Salle 216

 

L’enjeu de cette journée de recherches est de tenter de penser un couple de termes a priori antinomique mais dont la dynamique ancienne présente depuis le temps de la monarchie jusqu’à la révolution et au delà, un intérêt particulier.

Longtemps l’historiographie a étudié les formes du radicalisme pré-révolutionnaire, révolutionnaire et contre révolutionnaire sous la forme duelle du fanatisme ou de la pureté de l’engagement, constituant les idées et les pratiques aux extrémités du champ politique sous la forme de sphères autonomes de toute pollution qui serait venue d’autres espaces idéologiques plus modérés, au centre du jeu.

De même longtemps, deux historiographies critique ou classique de la Révolution n’ont pas abordé la question de la modération, reléguée dans les tréfonds de la politique et relevant au mieux du calcul de survie, au pire de la posture peureuse du point de vue de l’engagement.

Il est temps de revenir sur ces deux idées reçues et d’envisager de façon dynamique dans une conjoncture de refondation complète de la politique, les relations que ces deux dimensions du jeu politique ont pu entretenir dans la conceptualisation ou bien même dans les pratiques. Quels types de rapports peuvent entretenir le centre et les extrêmes, la modération et la radicalité dans un contexte précis et sans cesse en mutation ?

La période qui s’étend du XVIIe au XIXe siècle, offre ce champ d’expérimentation parce qu’elle met en scène, dans le processus politique, stable ou en révolution, des personnes, des mots, des situations sans cesse mouvantes en fonction d’une conjoncture incontrôlable que certains vont tenter de théoriser par une posture radicale, tandis que d’autres vont traduire cette mouvance constante du champ politique en adoptant l’attitude d’un pragmatisme tempéré.

Les deux choix ne sont pas soutenus tout le temps par les mêmes personnes. Trajectoires obliques, fidélités soutenues au contraires, glissements du discours, ré-appropriations de concepts, élaborations stratégiques de postures tempérées ou intransigeantes, constituent autant de thèmes à aborder pour comprendre le lien constitutif entre radicalité et modération en temps de crise et tenter de débusquer les lointaines origines des relents extrémistes ou des phénomènes du politiquement correct, liées dans les symptômes du mal être de nos systèmes démocratiques occidentaux.

Programme

9 h 45

Pierre Serna (Paris-I/IHRF) / Introduction:
Extrémisme et modération ou la reconfiguration permanente de l’échiquier politique.

10 h

Hélène Merlin (Université de Paris III) :
Extrémisme et modération dans la langue politique de l’Ancien Régime.

10 h30

Anne Simonin (CNRS / Maison française d’Oxford):
Qui a tué Georges Danton ? L’assassinat politique ou le rêve perdu de la république des modérés.

 

11 h Discussion/pause.

11h30

Jacques Guilhaumou (CNRS Lyon)
« Sieyès et la reconnaissance sociale. L’unité du moi en partage. »

12 h

Pierre Serna (Paris 1) :
Montlosier, « démocrate à Londres, aristocrate à Paris » ou violences et modération à la naissance de la droite libérale (1795-1815)

12 h 30

Discussion et pause déjeuner

14 h30

Steven Englund :
L’a-politique de Napoléon : extrémisme ou modération ?

15 h

Antonio de Francesco (Université de Milan):
Les catégories d’extrémisme et de « modérantisme » dans la culture politique italienne ( XIX-XXe siècle).

15h30

Discussion. Pause

16 h

Emmanuel de Waresquiel (EPHE):
Lorsque les extrêmes se touchent…

16 h 30

Matthijs Lok (Université d’Amsterdam)
La politique de l’extrême-centre : une comparaison entre la France et les Pays-Bas 1814-1820

17h

Conclusion

Catégories

Lieux

  • Paris, France

Dates

  • vendredi 29 septembre 2006

Contacts

  • I.H.R.F. (Institut d'Histoire de la Révolution française) ~
    courriel : ihrf [at] univ-paris1 [dot] fr

Source de l'information

  • I.H.R.F. #
    courriel : ihrf [at] univ-paris1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Extrémisme et modération : des liaisons naturelles ? », Journée d'étude, Calenda, Publié le dimanche 17 septembre 2006, http://calenda.org/191903