AccueilQu'est-ce qu'une formation professionnelle universitaire des enseignants ?

*  *  *

Publié le mercredi 11 octobre 2006 par Corinne Cassé

Résumé

La professionnalisation n’a pas cessé, depuis les années 1960, de se développer dans l’université, au prix, d’ailleurs, de multiples tensions. Tout dernièrement, dans le contexte de l’harmonisation européenne des études supérieures, la mise en place de la filière LMD impose, comme condition sine qua non, l’adossement des masters professionnels à des équipes de recherche reconnues. Est ainsi affirmé un lien formel entre la recherche et la formation professionnelle, lien qui s’est manifesté de manière variable selon les époques et les disciplines. Récemment, hormis les questions de carrière et de statut des enseignants, la création, en France, des IUFM prévus par la loi de 1989 et installés en établissements autonomes, a marqué la volonté de modifier la formation des enseignants du secondaire (la professionnaliser ?) et celle des enseignants du primaire (l’universitariser ?). La nouvelle formation des enseignants français a été pilotée dans un premier temps par le rapport fondateur du recteur Bancel. Après une quinzaine d’années de ce régime, la loi Fillon de 2005 confirme cette orientation et prévoit l’intégration complète des IUFM à une université de la région d’implantation. Le moment est sans doute venu de revisiter cette association des notions de professionnalisation et d’universitarisation en général, et de réexaminer son application à la formation des enseignants, y compris en interrogeant les variantes syntagmatiques : « formation universitaire professionnalisante », « formation universitaire et professionnelle », « formation professionnelle et universitaire » etc. Une confrontation avec les options prises dans les instances de formation d’autres pays sera recherchée.

Annonce

2, 3, 4 mai 2007 – Arras


Conférence des Directeurs d’IUFM de France
IUFM Nord-Pas de Calais
TRIGONE Université Lille1 - IUFM du Nord-Pas de Calais (EA 1038)
PROFEOR Université Lille3 - IUFM du Nord-Pas de Calais (EA 2261)

 

Axes de réflexion

 
1) Il sera d’abord utile de faire le point sur les différentes conceptions de la formation professionnelle universitaire en général et sur les recherches qui la concernent. A quels modèles de l’Université repérables dans son histoire ou dans les tensions qui la traversent actuellement répondent-elles ? Dans quels contextes socio-historiques et à quelles conditions peut se réaliser cette formation professionnelle ? Quels en sont les acteurs directs et indirects ? Comment collaborent-ils ?

 
2) S’agissant des caractéristiques générales de la formation des enseignants, en quoi « l’apport universitaire » a-t-il modifié, complété ou retraité des dispositifs ou des parties de dispositifs existant préalablement ? Quels sont ses influence et rôle sur les modèles de formation et de professionnalité, entre les nécessités de normativité, d’inculcation et d’automatisation propres à certaines parties de toute profession et les approches compréhensives, critiques, réflexives et scientifiques traditionnellement privilégiées à l’université ? Comment situer et repenser cet apport dans le cadre global des collaborations indispensables avec l’ensemble d’une profession et ses structures : pairs, maîtres de stages, conseillers, formateurs associés, personnels placés institutionnellement en position hiérarchique et de contrôle, services décentralisés de l’employeur, implantations et établissements ? Quel est, quel peut être le rôle de l’apport universitaire dans l’acquisition des compétences, des gestes professionnels dont la maîtrise est recherchée ? Comment ce rôle est-il, sera-t-il assumé ? Quelles tensions se sont aussi développées entre ces diverses logiques et ces divers acteurs de la formation ? Il serait intéressant de comparer la formation des maîtres avec les formations de formateurs d’adultes maintenant intégrées, pour la plupart, à la filière LMD sous forme de licences professionnelles et de masters professionnels.

 
3) En ce qui concerne les publics en formation d’enseignants, comment est-il tenu compte de leurs modes d’apprentissage, de leur réception et de leur traitement des notions et capacités visées par le processus de formation, bref de leurs apprentissages effectifs, dans les différents environnements qui concourent à les former ? Ces dernières questions sont à rapporter d’abord aux étudiants et stagiaires en préparation professionnelle, mais aussi crucialement, de manière transitive, à leurs futurs élèves.

 
4) Du point de vue des savoirs contributifs à la formation professionnelle universitaire, s’agit-il de savoirs généraux dont les personnes en formation auraient à réaliser elles-mêmes l’application à leurs conditions de travail, ou de savoirs généraux contextualisés par leur exposition ou leur application à des objets professionnels, ou plutôt de savoirs ad hoc tout à fait circonscrits et strictement utilitaires dans le cadre d’une préparation toujours ressentie comme courte. Quel jeu entre ces options ? D’autre part, il est clair aujourd’hui que de nombreux savoirs, savoir-faire et savoir-être ne se transmettent pas de manière transparente mais nécessitent un apprêt didactique et pédagogique. Cela est particulièrement important pour les professions de l’enseignement. Quelle est, quelle peut être la prise en charge de ce processus par l’institution universitaire ?

Les compétences attendues sont, dans des mesures importantes, déterminées par le corps professionnel d’accueil ou l’institution qui le structure. Cette détermination fait maintenant l’objet de procédures plus ou moins complexes. Le rôle de l’Université dans ces négociations se pose.

 
5) En matière de recherche, comment résoudre la tension entre une formation par la recherche ou à la recherche et la nécessité de diffuser des savoirs, des savoir-faire et des outils stabilisés, même provisoirement ? Dès lors, est posée dans une formation professionnelle, la question du  rôle, de la fonction de la recherche ou de l’initiation à la recherche. Des exemples prouvent qu’elle peut justement prendre, comme champ de production de savoir, l’élaboration progressive des savoirs scolaires ou des processus didactiques ou pédagogiques momentanément ratifiés et leur utilisation, aussi bien à l’échelle sociale qu’au niveau individuel. Quel rôle, dans ce contexte, pour les « mémoires professionnels » et d’autres types d’« écriture professionnelle » ?

 
6) Il y aura lieu de s’interroger sur la formation continuée des enseignants dans un cadre universitaire, entre le parti de la traiter par l’accès à un diplôme supérieur et la nécessité de plutôt actualiser et perfectionner les capacités d’action, entre le développement de formations massées et des procédures filées, entre une formation initiale prépondérante et une formation tout au long de la vie. Apparemment différente, la question de l’identité professionnelle des formateurs d’enseignants est en rapport avec les mêmes types de tensions. Évoquée, en France, par le « Rapport Bancel » et un rapport de la direction de l’enseignement supérieur de février 1993 à l’éphémère Commission Consultative Nationale des IUFM, cette question est à reprendre dans la situation actuelle en l’ouvrant aux orientations et aux pratiques de systèmes éducatifs étrangers.

Normes et modalités de réponse

Les propositions de contribution doivent être saisies en ligne avant le 30 novembre 2006 sur le site du colloque : http://www.lille.iufm.fr/fpu2007.htm.

 

Les propositions de contribution comporteront les éléments suivants :

- Titre de la proposition de contribution

- Nom, prénom, statut, institution d'appartenance (nom et ville), équipe ou laboratoire de rattachement du ou des auteurs

- Résumé (10 lignes maximum)

- Texte de la proposition de contribution (3.500 signes environ, espaces non compris – éléments bibliographiques compris).

 

Les notifications du Conseil Scientifique parviendront aux auteurs fin-janvier 2007. Les auteurs des propositions retenues tiendront compte de ces notifications et proposeront leurs contributions définitives (25.000 signes maximum) qui devront impérativement parvenir à rech.dir@lille.iufm.fr avant le 16 mars 2007.

 

Après le colloque, les contributions définitives seront enrichies des discussions en atelier pour être publiées dans les actes du séminaire. Le texte final devra parvenir à rech.dir@lille.iufm.fr pour septembre 2007 au plus tard.

CALENDRIERS

Appel à contributions

- Juin 2006 : ouverture du site web du colloque et lancement de l’appel à contributions

- 30 novembre 2006 : échéance de réception des propositions de contribution

- Fin-janvier 2007 : envoi des notifications du comité scientifique aux auteurs de proposition

- 16 mars 2007 : échéance de réception des contributions définitives (25.000 signes maximum, espaces non compris)

Inscription au colloque

- Juin 2006 : ouverture du site web du séminaire et lancement de la campagne de pré-inscription

- Février 2007 : diffusion du pré-programme et lancement de la campagne d’inscription

- 20 avril 2007 : échéance de réception des inscriptions et diffusion du cédérom de présentation des contributions aux participants

- 27 avril 2007 : échéance de règlement des frais d’inscription

Lieu de déroulement

Le colloque est programmé le mercredi 2, jeudi 3 et vendredi 4 mai 2007 à l’IUFM Nord-Pas de Calais, Centre d’Arras (62).

Comité scientifique

Marguerite Altet (IUFM Pays de Loire), François Audigier (Université de Genève – Suisse), Gilles Baillat (IUFM Champagne-Ardennes), Jean-Paul Bernié (IUFM Aquitaine, Université Bordeaux 2), Dominique-Guy Brassart (IUFM Nord-Pas de Calais), Raymond Bourdoncle (Université Lille 3), Evelyne Charlier (FUNDP, Namur -Belgique), Jean-Louis Dufays (UCL, Louvain la Neuve -Belgique), Tiane Donahue (Université du Maine -USA), Christine Jourdain (IUFM Champagne-Ardennes), Guy Legrand (IUFM Nord-Pas de Calais), Yves Lenoir (Université de Sherbrooke -Québec), Ann Lynch (Université du Maine -USA), Patrick Mendelsohn (IUFM Grenoble), Marie-Jeanne Perrin (IUFM Nord-Pas de Calais), Daniel Poisson (Université Lille 1), Jean-Claude Sallabery (IUFM Aquitaine), Nicole Tutiaux-Guillon (IUFM Nord-Pas-de-Calais), Caroline Verzat (Ecole Centrale, Lille).

Comité d’organisation  (IUFM Nord-Pas de Calais)

Jean-François Berthon, Dominique-Guy Brassart, Jean-François Condette, Sylvie Considère, Dany David, Moïse Déro, Guy Legrand, Patrick Matagne, Bruno Perrault, Annie Semal-Lebleu, Isabelle Villeveygoux.

Coordination scientifique

Guy Legrand – IUFM Nord-Pas de Calais - 365 bis, rue  Jules Guesde – BP 50458 59650 Villeneuve d’Ascq Cedex

Tel : 03 20 79 87 10 – Fax : 03 20 79 86 01 – guy.legrand@lille.iufm.fr

Logistique et communication

Service recherche et développement – IUFM Nord-Pas de Calais - 365 bis, rue  Jules Guesde – BP 50458 59650 Villeneuve d’Ascq Cedex

Tel : 03 20 79 87 16 – Fax : 03 20 79 86 01 – rech.dir@lille.iufm.fr

 

Pour toute information complémentaire, consultez le site web du séminaire
ouvert à partir de juin 2006 à l’adresse suivante :

 

http://www.lille.iufm.fr/fpu2007.htm

Catégories

Lieux

  • Arras, France

Dates

  • jeudi 30 novembre 2006

Contacts

  • Guy Legrand
    courriel : rech [dot] dir [at] lille [dot] iufm [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Guy Legrand
    courriel : rech [dot] dir [at] lille [dot] iufm [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Qu'est-ce qu'une formation professionnelle universitaire des enseignants ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 11 octobre 2006, http://calenda.org/192059