AccueilEntre Babel et Pentecôte

Entre Babel et Pentecôte

Différences linguistiques et communication orale avant la modernité

*  *  *

Publié le mardi 24 octobre 2006 par Corinne Cassé

Résumé

L’atelier franco-allemand « Gesellschaft und individuelle Kommunikation in der Vormoderne » , « Société et communication individuelle avant la modernité » (GIK / SCI , fondation liée au séminaire d’histoire de l’Université de Lucerne) annonce son troisième colloque, qui aura lieu du 16 au 19 novembre 2006 au château de Höhnscheid près de Kassel: „Entre Babel et Pentecôte: différences linguistiques et communication orale avant la modernité (IXe –XVIe siècle)“. (Quelques communications allemandes sont consultables en traduction française avant le colloque.)

Annonce

Si la thématique est presque illimitée, le problème central est relativement ponctuel et incontournable. Le sujet englobe toutes les difficultés d'entendement qui gênent ou entravent l'interaction (définie selon Luhmann comme "communication entre présents"). Il s’agit bien sûr d’abord des barrières linguistiques proprement dites, du cas extrême des sourds-muets à la situation embarrassante d'une première rencontre entre êtres parlant des langues totalement incompréhensibles, jusqu'à la difficulté de communication dans une langue étrangère dont l’existence du moins est connue ainsi que les imperfections des traductions et truchements disponibles. Mais le champ de la recherche sur les malentendus et les pannes de communication peut également s'étendre aux dialectes et sociolectes, à toutes les différences régionales ou sociales provenant de l'éducation, du rang social, de la profession, du sexe ou de l'âge. Si nous n’étudions pas le parler comme "langue" dans le sens de système (et encore moins de langue écrite), mais selon la définition de Gadamer comme „dialogue et intercompréhension“, comme "parole" énoncée dans un contexte oral précis, la "distinction" au sens bourdieusien ou "la communication verticale" (Banniard) deviennent d'éminents phénomènes linguistiques, ce qui est particulièrement sensible dans les "diglossies" entre langues de prestige et langues vulgaires, langues sacrées et langues profanes. Deux paradoxes frappent l’historien : à l’intérieur d’une culture qui se réclame de l’unité et de l’universalité de son message religieux – « parole » à diffuser, non savoir à thésauriser –, pour laquelle la Règle pastorale de Grégoire le Grand développe un programme nuancé et ouvert à toutes les différences sociales, c’est en général plutôt l’incompréhension que la communication qui caractérise les rapports entre les différents groupes et communautés d’une société extrêmement compartimentée et « stratifiée ». Face au monde extérieur, cette même culture est souvent visiblement incapable de traduire son « latin » doctrinal, hautement abstrait et subtil – à l’époque scolastique véritable « shibbolet », sorte de carcan autistique – dans des termes concrets, intelligibles à des étrangers élevés dans de tout autres systèmes de perception et de penser. (L’exemple de frère Rubruc chez les Mongoles peut suffire comme pars pro toto.)

En face de cette étonnante panoplie de différences et d'écarts de communication, la seule question pertinente est celle de la conscience linguistique : est-ce que, et sous quelles conditions, l'intelligibilité des interactions est-elle prise au sérieux et, dans le cas inverse, pourquoi ne suscite-t-elle pas plus d'attention?



Programme de la section germanophone (16-17/11)

Jeudi 16/11


Peter von Moos, Einleitende Worte ( 09.00-09.15)


1. Theorie und Methodologie

Wulf Oesterreicher: „ Zur Archäologie gesprochener Sprache.
Methodologische Arbeit an Fallbeispielen". (09.15-10.00)


Rüdiger Schnell : „Vom Nicht- und Missverstehen. Zu Hindernissen
sprachlicher und nicht-sprachlicher Interaktion im
Mittelalter" (10.15-11.15)

Thomas Luckmann: „Zu den kommunikativen Gattungen und der
Grundlagenproblematik der Verständigung" (11.15-12.00)


2. Sprachdifferenzen und deren Überwindung

Michael Richter: „Giraldus Cambrensis und die Reise durch Wales im
Jahr 1188" (15.00-15.45)

Kay Peter Jankrift : „Die übersetzte Stimme des Herrn. Dolmetscher
im Zeitalter der Kreuzzüge" (15.45-16.45)

Oliver Auge : "...de Rostocker geven in antwerde, se konden den
doctor nicht vorstan, so he redede hochdudesch... - Sprachdifferenz
und Sprachwandel im Reich um 1500: Die Beispiele Mecklenburg
und Pommern". (17.00-18.00)

Thomas Haye: "West-östliche Kommunikation. Latein und Griechisch
als Medien der Verständigung zwischen Abendland und
Byzanz". (18.00-19.00)




Vendredi 17/11


5. Sprachliche Probleme der Verkündigung (Predigt und Mission)

Gert Melville: « "Die Sprache beim 'Dialog' zwischen den Kulturen.
Zum Religionsgespräch Rubruks vor dem Khan der Mongolen" (09.00-10.00)

Roger Friedlein : „Die Modellierung von Kommunikation in den
literarischen Dialogen von Ramon Llull" (10.30-11.30)



6. Kommunikation, Verhaltens-Habitus und Normativität

Renate Lachmann: „Reden und Schweigen in der altrussischen
Kultur" (15.00-16.00)

Werner Röcke : "Verfehlte Kommunikation.Konsens und Verwirrung in Heinrich Wittenwilers Ring und im Lalebuch" (16.00-17.00)

Doris Ruhe : „ Wie sollen Frauen sprechen? Zur Regulierung
weiblichen Sprechverhaltens in Erziehungsschriften des französischen
Mittelalters" (17.15-18.15)

Gerhard Jaritz : "Gender, Gesprächsbarrieren und visueller
Befund". (18.15-19.15)




Section francophone 18-19/11


Samedi 18.11

Peter von Moos, Accueil ( 09.00-09.15)


1. La Romania : le latin et les vernaculaires

Michel Banniard: „Du latin des illettrés au roman des
lettrés : la question des niveaux de langue en France (VIIIe-XIe
s.)". (09.15-10.00)


Peter Koch: "Le latin – langue diglossique?" (10.15-11.15)

Monique Goullet : « Hagiographie et questions
linguistiques ».(11.15-12.00)

Jean Batany: „L'espace ludique du latin et l'ambivalence
de ses clôtures langagières (causerie)" (14.30-15.00)

Cédric Giraud: « Per verba magistri. La naissance d'un
sociolecte théologique dans les écoles du Nord de la France au
premier XII siècle » (15.00-16.00)

Pascale Bourgain: " Réflexion sur le jeu interlinguistique
dans les poésies lyriques latines (surtout latin/français)".(16.00-17.00)



2. Babel et Pentecôte : Aspects de la pensée linguistique médiévale

Ruedi Imbach / Irène Rosier-Catach: „La Tour de Babel dans la
philosophie du langage de Dante" ( 17.00-17.45)

Anne Grondeux : "L'expression de la notion de langue maternelle
au Moyen Age (800-1300)" (17.45-18.45)

Silvana Vecchio: « Dispertitae linguae: le récit de la Pentecôte
entre exegèse et prédication.» (18.45.-19.45)




Dimanche 19.11

Danielle Bohler: "Babel et la régulation normée de la parole chez
Christine de Pizan".( 09.00-10.00)



3. Différences et identités linguistiques

Serge Lusignan: „"La question de la langue utilisée (ou des langues
utilisées) dans les négociations diplomatiques entre la France et
l'Angleterre durant la guerre de Cent ans" ( 10.15-11.00)

Alberto Vàrvaro: „La tua loquela ti fa manifesto: langues et
identités dans la littérature médiévale".(11.00-12.00)



4. Problèmes linguistiques des prédicateurs et missionaires

Franco Morenzoni: „Les prédicateurs et leurs langues à la
fin du moyen âge." (14.30-15.15)


Carla Casagrande: "Sermo affectuosus. La prédication et la
transmission des émotions ».(15.15-16.15)

John Tolan : « Porter la Bonne Parole auprès de Babel : les
problèmes linguistiques chez les missionnaires mendiants, XIIIe-XIVe
siècles».(16.30-17.30)

Adriano Prosperi : „Comme des enfants": Le problème
linguistique des missionnaires jésuites en dehors de
l'Europe . (17.30-18.15)

Bernard Laks : „Variatio omnibus: notes sur le changement et la
variation linguistiques" (18.15-19.00)




Catégories

Lieux

  • Châteauroux, France

Dates

  • jeudi 16 novembre 2006

Contacts

  • PETER VON MOOS
    courriel : mail [at] petervonmoos [dot] ch

Source de l'information

  • PETER VON MOOS
    courriel : mail [at] petervonmoos [dot] ch

Pour citer cette annonce

« Entre Babel et Pentecôte », Colloque, Calenda, Publié le mardi 24 octobre 2006, http://calenda.org/192140