AccueilRoutes, voyages et circulations au féminin entre Afrique et Méditerranée

*  *  *

Publié le mardi 31 octobre 2006 par Marin Dacos

Résumé

Il s'agira lors de ces journées de faire un état des lieux sur la question des diverses formes de mobilités féminines (voyages touristiques, émigration, commerce, pélerinage, travail temporaire...).

Annonce

La circulation, le voyage, la migration sont rarement considérés comme des attributs féminins. Si la mobilité, le mouvement sont le plus souvent attribués à l’homme, la fixité et l’immobilité continuent généralement d’être utilisées pour décrire la femme. Il part, elle reste. Cette construction en opposé des deux sexes se retrouvent déjà dans l’historiographie qui a mis de côté toute une littérature de voyage (relations de voyage, récits de pèlerinage…) faite par des femmes à une époque où le voyage, l’attrait vers des ailleurs exotiques n’étaient pas, contrairement à ce qui a longtemps prévalu, le seul apanage de l’homme. Pour ne prendre que l’Orient et le Maghreb, les Ella Maillart, Isabelle Eberhardt, ou encore Alexandra David Neel n’ont pas manqué à l’instar d’un Gustave Flaubert, d’un T.E. Lawrence ou d’un Wilfred Thesiger de marquer leur monde.

En ce qui concerne la migration, la première littérature scientifique dans le genre perpétue l’invisibilité des femmes en passant sous silence l’existence d’une mobilité au féminin et en taisant la réelle autonomie de ce « deuxième sexe », tout aussi désirant que l’homme de réaliser ses envies de mouvement et de découverte. S’il est vrai que durant l’ère fordiste, la plupart des départs étaient effectués par les hommes, il n’en reste pas moins que de nombreuses femmes participent de cette mobilité, non pas seulement en tant que prolongement du mouvement masculin mais bien en tant qu’individu. Aujourd’hui les sciences sociales, en élargissant les champs d’analyse sur la question du genre, questionnent avec plus d’acuité ces mouvements au féminin. Ainsi, au sein des études sur les migrations, le déplacement des femmes a été clairement érigé en objet de recherche auquel de nombreux travaux ont déjà été consacrés, du moins en ce qui concerne la mobilité Sud/Nord.

Toutefois, ces études s’attachent à analyser une des spécificités du voyage féminin : la migration du Sud vers le Nord. Or, d’autres formes du mouvement féminin se donnent à voir dans cet ensemble mais aussi au sein de l’espace Sud/Sud. Les femmes bougent, inventent et redéfinissent tour à tour leurs manières de circuler et d’être dans le monde. Ainsi, si l’histoire et les disciplines littéraires initient depuis peu des études sur le voyage des femmes, des recherches qualitatives sur les différentes composantes de la circulation féminine contemporaine sont à entreprendre en privilégiant, de surcroît, ces directions de déplacement Sud/Sud négligées par les analystes. Aujourd’hui, les femmes de ce vaste ensemble sont de plus en plus nombreuses à partir seules, sur des courtes ou longues durées, pour faire du commerce, travailler, étudier, visiter ou encore vivre des expériences religieuses extatiques ou non, notamment comme les pèlerinages.

En organisant ce séminaire ce sont donc les formes de mobilité féminine au sein de la zone Sud et plus particulièrement dans l’espace afro-méditerranéen, que nous entendons interroger. Il s’agira de dresser un état des lieux des recherches en la matière dans l’objectif de relancer la recherche sur ces terrains et susciter un approfondissement de celles-ci.

Pour quelles raisons et comment se déclenchent les départs ? Quelles en sont les répercussions sur les rapports de genre ? De quelles manières se recomposent les identités féminines ? Le voyage implique-t-il une autonomisation et une redéfinition du rôle et du statut féminin ? Ou au contraire ne fait-il que recomposer, ailleurs, des formes d’assujettissement ? Telles sont quelques unes des questions par lesquelles nous entendons aborder dans ce séminaire un pan négligé de la recherche sur les formes contemporaines de mobilité et de circulation.

Thèmes proposés:

- Formes sociales du voyage au féminin

- Femmes et circulations dans la zone Sud/Sud

- Assujettissement et promotion sociale

- Tourisme religieux et culturel entre Méditerranée, Afrique et Orient

- Commerce transnational, une affaire de femmes

Organisé conjointement par le Centre Jacques Berque à Rabat, L’Urmis-Solis (CNRS), Migrinter (CNRS), la MMSH, les Universités de Casablanca et Mohammedia et l'IRD, ce séminaire à vocation internationale se tiendra au Maroc courant juin 2007. Les organisateurs prendront en charge, dans la mesure du possible, les déplacements et les séjours des intervenants, mais il est nécessaire pour cela que les titres et résumés (300 mots maximum) des propositions d'intervention en français ou en anglais parviennent rapidement aux organisateurs. Les propositions sont à adresser au plus tard le 15 décembre 2006 par courrier électronique en fichier attaché, accompagnées d’un court CV à l’adresse suivante :

meriamcheikh42@hotmail.com

Catégories

Lieux

  • Mohammedia, Maroc

Dates

  • vendredi 01 juin 2007

Contacts

  • meriam cheikh
    courriel : meriamcheikh42 [at] hotmail [dot] com

Source de l'information

  • Centre Jacques Berque
    courriel : cjb [at] maghrebnet [dot] com

Pour citer cette annonce

« Routes, voyages et circulations au féminin entre Afrique et Méditerranée », Séminaire, Calenda, Publié le mardi 31 octobre 2006, http://calenda.org/192178