AccueilÉconomie politique républicaine : débats et enjeux

*  *  *

Publié le jeudi 02 novembre 2006 par Corinne Cassé

Résumé

Le laboratoire SOPHIAPOL à Nanterre, en association avec le Laboratoire de recherches philosophiques sur les logiques de l'agir (U. de Besançon) organisent deux journées d'études le 14 et 15 juin 2007. Dans la continuité des débats récents qui ont occupé philosophes comme politistes et historiens, autour de l'humanisme civique (Pocock), du républicanisme classique (Skinner) et du néo-républicanisme (Pettit), ces journées d'études cherchent à préciser les contours d'une économie politique républicaine d'un point de vue historique (1/2 journée) comme contemporain (1 journé 1/2).

Annonce

JOURNEE D'ETUDES

Université Paris-X Nanterre

14 et 15 JUIN 2007

La question de la compatibilité des économies de marché et des idéaux républicains est un thème bien connu des historiens. Depuis Wealth and Virtue de I. Hont et M. Ignatieff, nombreuses sont les contributions qui ont confirmé l’idée que la théorie républicaine avait été en dialogue constant avec l’économie politique classique, et pas forcément dans une opposition frontale ainsi que le voudrait une histoire trop linéaire de l’effondrement de l’humanisme civique face à l’apparition de mœurs commerciales au 18e siècle. Si l’histoire du républicanisme commence à être bien connue grâce aux travaux de J. Pocock, de Q. Skinner et de leurs successeurs, le néo-républicanisme qui s’en inspire ne s’est saisi que très récemment de la question de l’économie politique. En 1996, M. Sandel rouvre le questionnaire, s’interrogeant longuement dans America’s Discontent sur la signification historique et l’actualité d’une économie politique de la citoyenneté. Dix ans plus tard, G. Brennan et Ph. Pettit essaient de montrer quel rôle régulateur l’estime peut jouer dans une économie d’échanges (The Economy of Esteem, OUP, 2004). Un grand colloque à la Nouvelle-Orléans, qui s’est tenu en avril 2005, a fait de l’économie politique républicaine un objet de recherche à part entière. Peu introduits en France, ces débats méritent largement d’être mieux connus. C’est le but des deux journées d’études organisées par le laboratoire SOPHIAPOL à l’Université Paris-X Nanterre (dirigé par A. Caillé et Ch. Lazzeri), avec le soutien du Laboratoire de recherches philosophiques sur les Logiques de l’Agir (E.A. 2274) de l’Université de Besançon (dirigé par Th. Martin).

Lors de ces deux journées, nous chercherons à dresser un tableau analytique et critique de l’économie politique républicaine. Si les débats ont tendu assez massivement à se cristalliser et à se polariser sur la manière dont l’économie de l’estime peut s’insérer dans l’économie standard, les discussions en cours sur l’économie républicaine débordent le cadre dessiné par Ph. Pettit et G. Brennan : au-delà de la question des marchés se sont ainsi développées des réflexions tant sur la citoyenneté économique que sur la question connexe de l’égalitarisme économique. Cette dernière question a été longtemps négligée par les néo-républicains et, avec elle, c’est également la question de la répartition initiale des richesses comme condition du fonctionnement républicain du marché qui a été occultée. La parution de l’ouvrage de S. White (2003), The Civic Minimum : On the Rights and Obligations of Citizenship, consacré à la définition du statut d’un « revenu citoyen de base » visant à garantir l’autonomie des acteurs sans tomber pour autant dans certains travers propres aux dispositifs de l’État-Providence, réintroduit le thème de l’égalitarisme matériel dans le républicanisme. Ces trois axes (marché républicain, citoyenneté économique et égalitarisme économique) forment, avec un éclairage historique préalable, les moments forts des deux journées d’études.

Une première demi-journée sera consacrée aux enjeux historiques et historiographiques de l’économie politique républicaine

Les trois autres demi-journées porteront sur les débats contemporains :

  • Économie de l’estime
  • Citoyenneté économique
  • Égalitarisme économique et répartition des richesses

Les contributions peuvent être des approfondissements de ces débats et/ ou des lectures critiques. Elles s’attacheront en particulier à éclairer les aspects contemporains du programme, notamment la question de la citoyenneté économique. Elles chercheront à confronter aspects normatifs et acquis des sciences sociales.

Les interventions pourront se faire en français ou en anglais. Les propositions de communication devront être envoyées par courrier électronique, en fichier attaché sous format Word, avant le 15 février 2007.Elles ne dépasseront pas une page (500 mots) et devront comporter, outre le titre de la proposition, un résumé des arguments et une analyse succincte des principales orientations de la communication, les éléments suivants concernant les auteurs : Nom, Prénom, adresse électronique, laboratoire ou institution de rattachement.

Contacts: alicemlegoff@yahoo.frou vbourdeau@wanadoo.fr

SOPHIAPOL

LOGIQUES DE L'AGIR

Catégories

Lieux

  • Paris, France

Dates

  • jeudi 15 février 2007

Contacts

  • BOURDEAU #
    courriel : vbourdeau [at] wanadoo [dot] fr
  • LE GOFF
    courriel : alicemlegoff [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Vincent Bourdeau et Alice Le Goff ~
    courriel :

Pour citer cette annonce

« Économie politique républicaine : débats et enjeux », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 02 novembre 2006, http://calenda.org/192192