AccueilLes historiens et le témoignage

SéminaireHistoire

Dates

Catégories

*  *  *

Publié le lundi 13 novembre 2006 par Corinne Cassé

Résumé

À l’instigation du centre d’histoire contemporaine, le laboratoire des sciences historiques de l’Université de Franche-Comté organise au cours de l’année universitaire 2006-2007 un séminaire de recherche sur le thème : « Les historiens et le témoignage ». Il s’agit d’interroger le rapport que les historiens du temps présent mais aussi ceux du passé entretiennent ou ont entretenu avec les notions de “témoin” et de “témoignage”. Comment l’historien construit-il son rapport critique au témoignage et quelle place lui accorde-t-il dans la construction du récit historique ?

Annonce

Il s’agit d’interroger le rapport que les historiens du temps présent mais aussi ceux du passé entretiennent ou ont entretenu avec les notions de “témoin” et de “témoignage”. Comment l’historien construit-il son rapport critique au témoignage et quelle place lui accorde-t-il dans la construction du récit historique ? Comment s’opère chez lui le partage entre ce qui relève du témoignage et ce qui lui est étranger ? Quel mode de sélection dans le passé opère-t-il ? Selon quelles logiques et selon quelles priorités ? Quel est le statut particulier que donne l’historien au témoignage et quel traitement en fait-il ? D’autre part, il importe de s’intéresser sur les régimes d’historicité du témoignage puisque chaque époque privilégie une forme de récit ou de trace qui lui est propre de même qu’elle voit coexister différentes procédures d’écriture du témoignage qui sollicitent des formes rhétoriques précises. Le contenu du témoignage varie alors en fonction du genre (journaux, correspondances, mémoires), du statut institutionnel, social et culturel du témoin. Le témoignage, qui n’est pas seulement de l’ordre de la trace écrite ou de l’oralité, touche bien d’autres dimensions de la culture matérielle (l’image sous toutes ses formes, les objets façonnés par les hommes en fonction d’un environnement culturel et matériel précis notamment). Or ce témoignage est sollicité par l’historien différemment en fonction de son propre questionnement et du moment dans lequel ce dernier s’inscrit. Qu’est-ce qui provoque, à certains moments, ce déplacement du regard ? En fonction de quelles attentes, de quelles lacunes s’opèrent ces choix historiques ? Selon quels systèmes de valeurs et d’appréciation un témoin prend-il la parole ou choisit-il de laisser une trace de l’événement vécu ? Le silence est-il une forme de témoignage qui doit être interrogée au même titre que la parole et comment s’opère le partage entre le dit et le non-dit ? Comment s’organisent les frontières du dicible et de l’indicible à un moment donné ? Comment l’historien peut-il parvenir à retrouver les logiques qui ordonnent les systèmes de représentations des témoins afin d’éviter l’anachronisme et de restituer la portée exacte du témoignage ainsi livré ?
Ces questions, à l’évidence, s’inscrivent au cœur de la réflexion que tout(e) historien(ne) engage lorsqu’il(elle) s’efforce d’accomplir son métier. Aussi bien les contributions d’historien(ne)s médiévistes, modernistes et contemporanéistes sur ce thème seront précieuses afin de croiser les méthodes, les approches et les sources.

Le séminaire se déroulera le mercredi matin de 10h 30 à 12h 30 à raison de cinq (ou six) séances pour cette première année.

Contact : odile.roynette@free.fr

Programme

Mercredi 22 novembre

Edmond Dziembowski (Université de Franche-Comté) :

Le témoignage au service de la biographie politique : le cas des deux Pitt (1708-1806)

Mercredi 29 novembre

Annette Wieviorka (CNRS) :

L'historien est-il audible à l'ère du témoin ?

Mercredi 17 janvier

Nicolas Beaupré (Université de Clermont-Ferrand) :

Le "témoignage" et les fonctions sociales et culturelles de la littérature combattante (1914-1918)

Mercredi 7 février

Natalie Petiteau (Université d'Avignon) :

Guerres de l'Empire et témoignages

Mercredi 7 mars

Philippe Mioche (Université de Provence) :

Témoignages et histoires d’entreprises, trois études de cas : la conserverie Barbier Dauphin à Meyrargues, la tuilerie des Milles, la manufacture de tabac de la Belle de Mai

Mercredi 4 avril

Annette Becker (Université de Paris X-Nanterre) : Expérience de guerre, témoignage et écriture de l’histoire : le cas Marc Bloch

Toutes les séances auront lieu le mercredi matin de 10 h 30 à 12 h 30 en salle Préclin.

Catégories

Lieux

  • Besançon, France

Dates

  • mercredi 22 novembre 2006

Contacts

  • Odile Roynette
    courriel : odileroynette [at] orange [dot] fr

Source de l'information

  • Odile Roynette
    courriel : odileroynette [at] orange [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les historiens et le témoignage », Séminaire, Calenda, Publié le lundi 13 novembre 2006, http://calenda.org/192263