AccueilThéorie de la régulation et développement durable

*  *  *

Publié le lundi 20 novembre 2006 par Natalie Petiteau

Résumé

Le contenu de la problématique du développement durable paraît pouvoir intéresser la construction théorique régulationniste. L'analyse des facteurs, notamment écologiques, à même d'enrayer la pérennité des modes de croissance économique, aiderait ainsi à conforter le programme régulationniste sur les crises et la dynamique de long terme. De même, les catégories conceptuelles de la Théorie de la Régulation semblent en mesure de renouveler les analyses actuelles du développement durable. Une démarche en termes de régime d'accumulation, de modes de régulation et de formes institutionnelles devrait aider à affiner les lectures entre sphères économique, sociale et environnementale et leurs impacts sur la durabilité, lesquelles demeurent actuellement encore insuffisantes.

Annonce

Revue de la Régulation

Capitalisme, Institutions, Pouvoirs



La Revue de la Régulation lance un appel à contribution pour un dossier sur le thème "Théorie de la régulation et développement durable".

Le contenu  de la problématique du développement durable paraît pouvoir intéresser la construction théorique régulationniste. L'analyse des facteurs, notamment écologiques, à même d'enrayer la pérennité des modes de croissance économique, aiderait ainsi à conforter le programme régulationniste sur les crises et la dynamique de long terme. De même, les catégories conceptuelles de la Théorie de la Régulation semblent en mesure de renouveler les analyses actuelles du développement durable. Une démarche en termes de régime d'accumulation, de modes de régulation et de formes institutionnelles devrait aider à affiner les lectures entre sphères économique, sociale et environnementale et leurs impacts sur la durabilité, lesquelles demeurent actuellement encore insuffisantes.

Appel à proposition pour un dossier :

"Théorie de la régulation et développement durable"

epasquier@mshparisnord.org


Bertrand.Zuindeau@univ-lille1.fr


Date limite d'envoi des propositions: fin avril 2007.

Cadrage général

Depuis une vingtaine d'années, la problématique du développement durable (DD) tend à se diffuser largement auprès de la plupart des organisations (institutions internationales, gouvernements, collectivités territoriales, entreprises et leurs représentants, ONG…). Entendu généralement comme un développement conciliant des finalités d'équité sociale, de prudence écologique et d'efficacité économique, et appelé à renouveler les modes de gouvernance, le DD a, cependant, donné lieu à des interprétations très variées, voire contradictoires, selon les analyses et les programmes prescriptifs. Sur un plan théorique, l'éventail des lectures existantes va de l'approche néoclassique de la croissance soutenable aux propositions de décroissance soutenable en passant par les apports issus de l'économie écologique et de nombreuses contributions de type institutionnaliste.

Jusqu'à présent, et mises à part quelques exceptions limitées, la théorie de la Régulation (TR) est restée en dehors de ce mouvement d'idées. Ce qu'Alain Lipietz remarquait au milieu des années 90, à savoir une quasi absence des régulationnistes vis-à-vis de la problématique environnementale, semble devoir se prolonger s'agissant du DD. À bien y réfléchir, cette omission est pourtant paradoxale. En effet, le contenu même de cette problématique paraît pouvoir intéresser la construction théorique régulationniste. L'analyse des facteurs, notamment mais pas uniquement écologiques, à même d'enrayer la pérennité des modes de croissance économique, aiderait ainsi à conforter le programme régulationniste sur les crises et la dynamique de long terme. De même, les catégories conceptuelles de la TR semblent en mesure de renouveler les analyses actuelles du DD. Une démarche en termes de régime d'accumulation, de modes de régulation et de formes institutionnelles devrait aider à affiner les lectures entre sphères économique, sociale et environnementale et leurs impacts sur la durabilité, lesquelles demeurent actuellement encore insuffisantes. En fait, une certaine complémentarité est à attendre d'un rapprochement entre DD et TR.


L'objet du présent dossier thématique est de montrer justement les potentialités offertes par une telle mise en rapport. Celle-ci pourrait se décliner de différentes manières (non exhaustives).


Questions et thématiques susceptibles d'être traitées :


L'apport de la TR à la problématique du DD concerne, en premier lieu, le registre macroéconomique général, à l'échelon national et surtout international. Plusieurs interrogations peuvent, dans un tel cadre, être abordées : quels ont été les effets, en termes de durabilité, du régime fordiste ? Et des formes variables du post-fordisme actuel ? En quoi les problèmes actuels interrogent-ils la conception des crises de la TR ? Les enjeux d'équité intragénérationnelle (auxquels s'est intéressé la TR) et les enjeux d'équité intergénérationnelle (que la problématique du DD nous convie à étudier) peuvent-ils être appréhendés de la même manière ? Quelles sont les chances de construction d'une gouvernance mondiale (ou simplement internationale) pour dépasser les problèmes transfrontières actuels (changement climatique, réduction drastique de la biodiversité, paupérisation de nombreux territoires et leurs répercussions internationales…) ?

D'autres thématiques ou questions plus particulières mériteraient aussi être abordées, en s'appuyant sur les outils conceptuels de la régulation :

  • étude des relations entre telle forme institutionnelle et le rapport à la durabilité, en particulier les formes de la concurrence, le rôle économique de l'État, l'insertion dans le cadre international ;

  • analyse des comportements d'entreprises (et éventuellement d'autres "acteurs") face aux exigences supposées du DD ;

  • analyse de la dimension territoriale du DD ;

  • analyse des effets de la recomposition sectorielle sur le DD ;

  • analyse des relations entre DD et autres objets : finance, progrès technique, économie de la connaissance, économie de l'immatériel, risques économiques…


Précisions d'ordre organisationnel :


Proposition à envoyer à epasquier@mshparisnord.org et Bertrand.Zuindeau@univ-lille1.fr


  • Dossier coordonné par S. Rousseau, F.-D. Vivien et B. Zuindeau (CLERSE-IFRESI, Université de Lille 1) ;

  • Date limite de dépôt des propositions : fin avril 2007

  • Forme et style :)

Nombre de signes 45 à 60 000 signes (notes et bibliographie comprises

Texte en Garamond, 12pts, interligne simple, justifié.

Saut de ligne après chaque paragraphe

Retrait de 1,25 pour chaque nouveau paragraphe.


3 niveaux de titre :

premier titre (14, gras, sans retrait)

deuxième titre (12, gras, retrait)

troisième titre (12, gras, italique, retrait )

Notes de bas de page en 10 pts, interligne simple, justifié.


Citation : (auteur, 2006), (auteur1 et auteur2, 2006), (auteur et al., 2006)

Bibliographie :

Kaldor, N. and Trevithick, J (1981) « A Keynesian Perspective on Money. » Lloyds Bank Review, 139 (1), 1-19.

Wade, R. (2004) Governing the market : Economic Theory and the role of Government in East Asian Industrialization. Princeton University Press.


Catégories

Dates

  • lundi 30 avril 2007

Contacts

  • Emmanuel Pasquier
    courriel : epasquier [at] mshparisnord [dot] org
  • Bertrand Zuindeau
    courriel : Bertrand [dot] Zuindeau [at] univ-lille1 [dot] fr

Source de l'information

  • Emmanuel Pasquier
    courriel : epasquier [at] mshparisnord [dot] org

Pour citer cette annonce

« Théorie de la régulation et développement durable », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 20 novembre 2006, http://calenda.org/192295