AccueilDétail et totalité

Détail et totalité

Colloque international organisé à l’Université de Liège

*  *  *

Publié le mardi 28 novembre 2006 par Delphine Cavallo

Résumé

Parce qu’elle a trait aux relations nouées entre les parties et l’ensemble qui les comprend, la question du détail s’investit d’enjeux considérables pour toute tentative de réflexion interdisciplinaire. En effet, dans toutes les disciplines qui s’attachent à rendre un objet visible ou lisible, les théoriciens rencontrent à l’endroit du détail des problèmes analogues que nous voudrions aborder de front, dans une perspective forcément « rapprochée » et plus que jamais attentive à des objets singuliers, que ceux-ci relèvent de la littérature, du cinéma, de la photographie, de la peinture, de la philosophie, de l’architecture, etc.

Annonce

Date limite de proposition des contributions: 15 janvier 2007

Parce qu’elle a trait aux relations nouées entre les parties et l’ensemble qui les comprend, la question du détail s’investit d’enjeux considérables pour toute tentative de réflexion interdisciplinaire. En effet, dans toutes les disciplines qui s’attachent à rendre un objet visible ou lisible, les théoriciens rencontrent à l’endroit du détail des problèmes analogues que nous voudrions aborder de front, dans une perspective forcément « rapprochée » et plus que jamais attentive à des objets singuliers, que ceux-ci relèvent de la littérature, du cinéma, de la photographie, de la peinture, de la philosophie, de l’architecture, etc.

 

Qu’est-ce qu’un détail ? - A vouloir saisir le détail dans ses dimensions les plus complexes, l’on se heurte inévitablement à une difficulté première et majeure : celle de déterminer ce que la notion recouvre précisément. Le problème de la définition pourrait déjà occuper longuement le débat. Difficile, voire impossible, d’être exhaustif en la matière tant quelque chose dans le détail semble toujours échapper au souci de catégorisation. Et que dire, par-delà, des notions qui lui sont connexes, mais auxquelles il ne se laisse jamais réduire : fragment, indice, effet de réel, punctum (Barthes), pan (Didi-Huberman), parergon (Derrida), annexe (Lebensztejn) ?

 

Qui fait le détail ? – Epineux objet d’investigation, presque-rien dans lequel un je-ne-sais-quoi nous retient pourtant, le détail ne se résume pas à un état de fait dont nous serions les témoins distants. Il est au centre d’un processus, d’un mouvement qui s’effectue dans ou avec la représentation. Les développements contemporains de l’esthétique amènent à considérer le détail moins comme un objet que comme un travail (Arasse). On peut parler à cet égard d’ « opération détaillante » (notion qui n’est pas moins pertinente pour les arts plastiques que pour le cinéma par exemple). Il y aurait lieu d’insister sur l’idée d’un « événement », relatif à l’acte de vision, de réflexion et/ou de lecture. Dans la sphère artistique, le détail n’est-il pas tout simplement une condition particulière du regard ? Dans le même registre, une autre question s’impose : qu’en est-il du rapport du détail à la temporalité (au tempo, à la rythmique) et quelle est la spécificité de ce rapport pour chacune de nos disciplines ? L’idée selon laquelle le détail retient notre attention en ce qu’il choque et brusque nos attentes de lecteurs ou de spectateurs semble communément admise. La fulgurance du détail, que beaucoup ont relevée à leur manière, explique que nous soyons saisis par son apparition. Associer le détail à l’expérience oblige encore à se poser les questions suivantes : est-ce la représentation qui fait le détail ? Si oui, peut-elle faire le détail sans le concours du spectateur/lecteur ? S’il y a bel et bien collaboration entre les deux instances, suivant quels paradigmes ou schèmes intériorisés se déploie-t-elle ? Si c'est le spectateur/lecteur qui fait le détail (un détail « vu » peut ne pas avoir été « fait », comme l’a justement observé Daniel Arasse), ce que son geste isole doit-il forcément être réduit à un simple fait de subjectivité, lesté de sa part d’ineffable ? En d’autres termes, existerait-il une objectivité du détail ?

 

Que fait le détail ? – Le détail n’est rien indépendamment de l’ensemble auquel il se rapporte, dans lequel il se « découpe » (sens étymologique du détail). Le tout est de cerner la nature de leur relation. D’un côté, le détail a pu se manifester en tant que donnée intégrée, instrumentalisée par la représentation. Culturellement parlant, certaines époques ont imposé le détail - qui participait alors d’un certain académisme et d’une théorie classique de la mimésis. Dans une discipline comme l’iconologie, par exemple, le détail, en tant qu’il peut être porteur d’un sens déterminant pour le tout auquel il appartient, se présente souvent comme un indice, une clé interprétative, passage obligé pour accéder à la signification générale de l’œuvre. Une telle perspective accorde au détail une valeur symbolique qu’il serait intéressant de réévaluer.

 

D’un autre côté, le détail inquiète volontiers les catégories établies qui, confrontées à lui, semblent parfois vaciller sur leurs bases. C’est alors sa capacité de résistance aux méthodes traditionnelles et aux normes collectives qui se trouve mise en relief. Le détail devient, sous les yeux du théoricien, comme le grain de sable qui vient gripper la machine interprétative, participant éventuellement à la mise à nu de ses rouages. En tant qu’il se détache de l’ensemble qui le contient, le détail nous incite à interroger nos propres outils de travail, dans le but de prendre l’exacte mesure de son caractère excentrique. Par conséquent, il convient d’inscrire les multiples et diverses manifestations du détail au sein d’un large continuum, entre ressort intime de la représentation et force de résistance à son ordre, sans négliger tous les degrés intermédiaires.



La tenue du colloque est prévue pour le 24 - 26 octobre 2007

 

 

 

 

 

 

 

Catégories

Lieux

  • Liège, Belgique

Dates

  • lundi 15 janvier 2007

Contacts

  • Livio Belloi
    courriel : Livio [dot] Belloi [at] ulg [dot] ac [dot] be

Source de l'information

  • Livio Belloi
    courriel : Livio [dot] Belloi [at] ulg [dot] ac [dot] be

Pour citer cette annonce

« Détail et totalité », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 28 novembre 2006, http://calenda.org/192344