AccueilLe risque, de la recherche à la gestion territorialisée

*  *  *

Publié le jeudi 30 novembre 2006 par Corinne Cassé

Résumé

Il ne se passe pas de jour sans que les média nous annoncent une catastrophe, ou la commémoration d’une catastrophe dans le monde (les 5 ans de Toulouse, les 10 ans de Tchernobyl, les 100 ans de Courrières). C’est dire si la question du risque est d’actualité, voire constitutive des sociétés modernes, technologiques, sophistiquées, mais fragiles…. et inquiètes.

Annonce

Revue Géocarrefour

Appel à contribution pour le volume n°81

Il ne se passe pas de jour sans que les média nous annoncent une catastrophe, ou la commémoration d’une catastrophe dans le monde (les 5 ans de Toulouse, les 10 ans de Tchernobyl, les 100 ans de Courrières). C’est dire si la question du risque est d’actualité, voire constitutive des sociétés modernes, technologiques, sophistiquées, mais fragiles…. et inquiètes.


Le risque, entendu ici comme la réalisation aléatoire d’un danger dont les effets se font sentir sur des enjeux de société, et sur un territoire vulnérable d’une façon générale, ainsi que représentation construite de ce phénomène, est un thème transversal au sein de la géographie, permettant de dépasser les clivages traditionnels entre risques dits « naturels » et risques dits « industriels ».


Au delà de la réflexion conceptuelle sur les aléas et de l’approfondissement de leur connaissance, toujours nécessaires, les champs de recherche à investir concernent désormais des questions sans doute plus opérationnelles : connaissance des enjeux et évaluation de leur vulnérabilité (y compris face aux transports des matières dangereuses), modes de représentation et élaboration d’outils de décision cartographiques (SIG), évaluation des outils réglementaires et méthodologiques de la gestion territoriale des risques dont les logiques ne sont pas les mêmes. La gestion territoriale à proprement parler relève des acteurs du territoire. En France, ils doivent élaborer des Plans Communaux de Sauvegarde (PCS) qui demandent une bonne connaissance des territoires qui sont les leurs et des risques auxquels ils sont exposés. La logique de la gestion de la proximité entre une activité ou un élément naturel dangereux et un espace urbanisé, relève de l'Etat, en France du moins. C'est l'objet des Plans de Prévention des Risques Naturels ou Technologiques qui sont donc peu territorialisés au départ. Les PPRT connaitront ils les mêmes difficultés d'acceptation que les PPRN dont ils reprennent la méthodologie?.


A un moment où l’inscription de la question des risques aux programmes des concours de recrutement des professeurs du second degré pendant au moins trois ans laisse augurer de leur part une sensibilisation et une compétence certifiée, et où un nombre accru de communes doivent réaliser un PCS, l’éclairage de la recherche en SHS en général et de l’analyse géographique en particulier apparaissent de plus en plus nécessaires. L’enjeu est triple. Il s'agit d'abord de contribuer à l’élaboration d’une culture du risque, de façon à ce que chaque citoyen puisse participer aux débats d’aménagement dans le cadre d’une véritable gouvernance territoriale. Ensuite, peut être plus que du développement durable, la question est celle de la coexistence durable entre des activités et des éléments naturels ou des espaces urbains dont les modes de fonctionnement sont bien souvent antagonistes. Enfin, il s'agit de développer aussi la recherche appliquée pour apporter des éléments de réflexion aux différents acteurs et pour conforter les formations professionnelles en géographie et aménagement qui se mettent en place.


L’approche croisée des risques naturels et des risques technologiques, voire sociétaux, amèneront les éditeurs à équilibrer les contributions entre ces deux pôles traditionnels en géographie et à privilégier les approches globales. Par ailleurs, les éditeurs encouragent des auteurs à proposer des approches comparées (benchmarking) sur d'autres outils réglementaires dans d'autres contextes nationaux que la France. Les contributions non francophones sont vivement encouragées.

Les articles proposés, respectant les consignes éditoriales consultables sur la page 2 de couverture ou sur www.geocarrefour.org, devront parvenir à la revue d’ici le 1er mars 2007 (buisson@univ-lyon3.fr).

Informations, déclaration d'intention, contact : Jacques Donze (donze.jacques@aliceadsl.fr) ou Jacques Comby (comby@univ-lyon3.fr).

Catégories

Dates

  • jeudi 01 mars 2007

Contacts

  • Jacques Donze
    courriel : donze [dot] jacques [at] aliceadsl [dot] fr
  • Jacques Comby
    courriel : comby [at] univ-lyon3 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Eric Verdeil
    courriel : eric [dot] verdeil [at] normalesup [dot] org

Pour citer cette annonce

« Le risque, de la recherche à la gestion territorialisée », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 30 novembre 2006, http://calenda.org/192356