AccueilL’européanisation informelle du religieux

*  *  *

Publié le vendredi 01 décembre 2006 par Natalie Petiteau

Résumé

Atelier lors du congrès de l'Association Française de science politique sur les dynamiques communicationnelles de l’intégration européenne et des modalités d’articulation du politique et du religieux.

Annonce

Appel à contributions

Dans la perspective du congrès de l’AFSP en septembre 2007 à Toulouse, un appel à contribution ciblé est lancé pour l’atelier « Dieu loin de Bruxelles. L’européanisation informelle du religieux », dont les textes feront l’objet d’une publication ultérieure dans un dossier de la revue Politique européenne. Est exposée ci-dessous la problématique générale. Compte tenu du nombre et de la nature des contributions déjà réunies, il est recherché avant tout des analyses associant réflexion empirique et théorique sur la crise des caricatures du prophète Mahomet et sur ce que cet épisode peut nous apprendre des dynamiques communicationnelles de l’intégration européenne et des modalités d’articulation du politique et du religieux. Toutes les manifestations d’intérêt et les questions sont néanmoins les bienvenues afin de développer les contacts entre les personnes intéressées par ces questions, en prélude éventuel à de futures coopérations.

Les propositions (2500 signes espaces compris maximum), accompagnées de quelques lignes de présentation des auteurs et de leurs travaux, sont à adresser avant le 16 février 2007 aux organisateurs : fforet@ulb.ac.be; x.itcaina@sciencespobordeaux.fr

« Dieu loin de Bruxelles. L’européanisation informelle du religieux »
[1]

François Foret (ULB), Xabier Itçaina (CERVL)

Les débats récents ont focalisé l’attention sur les enjeux institutionnels du religieux dans le contexte de l’intégration européenne[2], comme la participation des Eglises à la gouvernance de l’UE, la référence à l’héritage chrétien de l’Europe dans le préambule du traité constitutionnel[3] ou les prétentions renouvelées de forces confessionnelles à peser sur les choix politiques dans certaines arènes nationales[4]. Le croire se développe pourtant aujourd’hui en Europe essentiellement sous des formes individualisées et dérégulées qui échappent largement au contrôle et à la médiation des structures politiques et spirituelles organisées. L’objectif est ici d’étudier ces phénomènes religieux non institutionnels dans leur interaction avec les processus d’européanisation qui traversent les sociétés des Etats membres.

Il s’agit de sortir du déterminisme des relations Eglises-Etats, tout en continuant à postuler que le système politique et juridique hérité de l’histoire longue continue à exercer des effets forts et en tout cas à objectiver de manière décisive des tendances qui peuvent naître en dehors de lui[5]. En écho aux analyses en termes d’« européanisation par le bas » sur d’autres objets, l’attention sera portée sur les modes d’adaptation de la société civile sectorielle que constitue le religieux au nouveau contexte issu de la construction européenne, sur la façon dont elle l’intègre comme sur les moyens par lesquels elle peut rétroagir sur lui, en l’approfondissant ou en y résistant. Cela conduit à poser la question de la territorialisation et de la temporalité du religieux par rapport aux périmètres, aux centres et aux agendas politiques définies par l’Union européenne. Cela incite à réfléchir au rôle joué par le religieux dans la constitution d’une Europe communicationnelle définie comme communauté de confiance et d’identification, espace d’échange, de construction et de sédimentation du sens.

L’européanisation informelle du religieux se comprend comme l’ensemble des processus qui font du religieux un objet agissant sur l’Europe et agi par elle. On prendra en compte les effets de/sur les institutions et les politiques communautaires, mais surtout les phénomènes transnationaux et interétatiques. L’UE peut constituer alternativement un cadre incitatif ou déterminant d’un changement en matière religieuse ou au contraire l’objet d’action d’un entrepreneur de morale.

Différents terrains empiriques seront envisagés. Les médias présentent un intérêt particulier car ils jouent un rôle croissant du fait du rapport désormais distant entre le croyant et sa communauté de conviction, du fait aussi d’une parenté ambiguë avec la religion[6]. Des événements récents comme la crise des caricatures de Mahomet ou l’élection d’un nouveau pape peuvent constituer des cas d’étude très révélateurs dans une perspective comparative. La dimension religieuse comme vecteur d’accès ou de confrontation à l’Europe dans l’éducation, les migrations, les débats intellectuels, les doctrines de sécurité, l’économie, les formes d’engagement politique et social offre également des pistes à explorer.


[1] Les contributions de l’atelier constitueront le noyau d’un dossier de la revue Politique européenne à paraître dans le n° 24, Hiver 2008.

[2] Ces aspects institutionnels ont été débattus lors d’une conférence AFSP/ABSP tenue à Mons en février 2006, dont les actes sont à paraître (cf. Foret F. (dir.), L’espace public européen à l’épreuve du religieux, Bruxelles, Editions de Bruxelles, 2007). C’est la raison pour laquelle ils ne seront pas développés ici.

[3] Schlesinger P., Foret F., « Political roof and sacred canopy ? Religion and the EU constitution », European Journal of Social Theory, vol. 9, n° 1, 2006.

[4] Itçaina X., « The Roman Catholic Church and the Immigration Issue. The relative Secularization of Political Life in Spain », American Behavioral Scientist Journal, July 2006, vol. 49, n°11, p. 1471-1488.

[5] Voir, pour une application de cette discussion au catholicisme : Itçaina X., Palard J., « Médiation et socialisation. Les contributions du catholicisme à la régulation religieuse du politique », dans J. Rémy, P.-A. Turcotte (dir.), Médiations et compromis : institutions religieuses et symboliques sociales. Contribution à une relecture des classiques de la sociologie, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 211-235

[6] Bréchon P., Willaime J-P. (dir.), Médias et religions en miroir, Paris, PUF, 2000.



Catégories

Dates

  • jeudi 15 février 2007

Contacts

  • François Foret
    courriel : francois [dot] foret [at] fucam [dot] ac [dot] be
  • Xabier Itçaina
    courriel : Xabier [dot] Itcaina [at] eui [dot] eu

Source de l'information

  • François Foret et Xabier Itçaina ~
    courriel : fforet [at] ulb [dot] ac [dot] be

Pour citer cette annonce

« L’européanisation informelle du religieux », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 01 décembre 2006, http://calenda.org/192359