AccueilTéléchargement : la fin du piratage ?

*  *  *

Publié le mardi 19 décembre 2006

Résumé

Depuis plusieurs années, les producteurs de contenus, en particulier les éditeurs de phonogrammes, tentent de « criminaliser » les échanges de « pair à pair » sur le Net. L’internaute est décrit comme un « pirate » dont les pratiques illégales conduisent à ruiner les industriels mais surtout à priver les artistes de leurs moyens de vivre et de créer. Le piratage sur le Net deviendrait ainsi l’une des principales entraves à la liberté de création.

Annonce

« LES MARDIS DES SCIENCES DE L'HOMME »

Un cycle de conférences grand public de la Maison des Sciences de l'Homme Paris Nord

à la Mairie de Saint-Denis,

2 place du Caquet, 93200 Saint-Denis, salle de la Résistance.

Métro: Ligne 13 - Basilique de Saint-Denis.

 

Mardi 9 janvier 2007, 18h-20h:

Téléchargement : la fin du piratage?


Une conférence avec:

Philippe Bouquillon, professeur de sciences de l'information et de la communication à l’université Paris 8, coordonnateur du thème "Socio-économie de la culture et de la communication" à la MSH Paris Nord.

 

Depuis plusieurs années, les producteurs de contenus, en particulier les éditeurs de phonogrammes, tentent de « criminaliser » les échanges de « pair à pair » sur le Net. L’internaute est décrit comme un « pirate » dont les pratiques illégales conduisent à ruiner les industriels mais surtout à priver les artistes de leurs moyens de vivre et de créer. Le piratage sur le Net deviendrait ainsi l’une des principales entraves à la liberté de création. Ce nouvel épouvantail remplace et concourt à faire oublier l’antagonisme traditionnel entre industrie, marchandisation, d’un côté et création et art, de l’autre. Les pouvoirs publics, tant aux Etats-Unis qu’en France, ont très largement relayé la position des éditeurs, comme l’illustre, en France, la loi Dadvsi.

Toutefois, les discours sur le piratage et les pratiques répressives des autorités réglementaires sont aujourd’hui remis en question. En effet, les producteurs cinématographiques et de séries télévisées conduisent différentes stratégies dont l’objectif est d’éviter que ne se développent des pratiques d’échange de pair à pair dans le domaine de la vidéo. Alliés avec des fabricants de matériels, Apple par exemple, à des fournisseurs d’accès à Internet ou à des acteurs de l’Internet, notamment Google-YouTube ou My Space (détenu par le groupe de médias News Corporation), ils offrent différents moyens d’accès légaux aux contenus financés par des abonnements ou des paiements à l’acte de montant modeste ou financés par la publicité. Le Web collaboratif est tout particulièrement investi par les industries culturelles. Le pirate coupable s’est transformé en un internaute invité à déposer ses contenus amateurs ou à visiter les sites et à se joindre à des dizaines d’autres millions d’internautes, qui forment un colossal ensemble de cibles auxquelles les annonceurs peuvent adresser des publicités et des offres promotionnelles individualisées.

Il est très difficile aujourd’hui de prévoir qu’elles seront les réactions des internautes et quels nouveaux équilibres pourront s’instaurer entre contenus, contenants et modes de valorisation. Il est certain, en revanche, que les industries de la culture et de la communication entrent, avec l’extension des offres d’accès à Internet à haut débit, dans une nouvelle phase de profonds bouleversements.

 

La conférence dure 1 h et est suivie d'une discussion d'1h avec le public.

 

Informations:

Emmanuel Pasquier 01 55 93 93 06 epasquier@mshparisnord.org

Myriam Danon mdanon@mshparisnord.org

www.mshparisnord.org

Catégories

Lieux

  • Saint-Denis, France (93)

Dates

  • mardi 09 janvier 2007

Contacts

  • Emmanuel Pasquier
    courriel : epasquier [at] mshparisnord [dot] org

Source de l'information

  • pasquier #
    courriel : epasquier [at] mshparisnord [dot] org

Pour citer cette annonce

« Téléchargement : la fin du piratage ? », Informations diverses, Calenda, Publié le mardi 19 décembre 2006, http://calenda.org/192423