AccueilRegards croisés sur le travail : histoire et théories

*  *  *

Publié le mercredi 20 décembre 2006

Résumé

Le Laboratoire d’Economie d’Orléans (UMR CNRS 6221) organise à Orléans du 22 au 24 mai 2008 le colloque international : « regards croisés sur le travail : histoires et théories ». Il s’agit du colloque international bisannuel de l’Association Charles Gide pour l’Étude de la Pensée Économique dont l’organisation a été confiée, par son conseil d’administration, à Christophe LAVIALLE, responsable de l’équipe « Travail, Emploi, Organisations, Savoirs » du LEO, centre régional associé au CEREQ (Centre d’Etudes et de Recherches sur les Qualifications). Ce colloque réunit d’habitude environ 150 spécialistes d’histoire de la pensée économique et d’épistémologie, français et étrangers. Le colloque international 2005 de l’Association avait été organisé à Lille par Arnaud Berthoud et Bernard DELMAS sur le thème «y a-t-il des lois en économie ?».

Annonce

Attention : dates modifiées (colloque et appel)

 

 Association Charles Gide pour l'étude de la pensée économique

Douzième colloque international
Orléans, 22-24 mai 2008

Le Laboratoire d’Economie d’Orléans (UMR CNRS 6221) organise à Orléans du 22 au 15 24 mai 2008 le colloque international : « regards croisés sur le travail : histoires et théories ». 

Il s’agit du colloque international bisannuel de l’Association Charles Gide pour l’Étude de la Pensée Économique dont l’organisation a été confiée, par son conseil d’administration, à Christophe LAVIALLE, responsable de l’équipe « Travail, Emploi, Organisations, Savoirs » du LEO, centre régional associé au CEREQ (Centre d’Etudes et de Recherches sur les Qualifications). Ce colloque réunit d’habitude environ 150 spécialistes d’histoire de la pensée économique et d’épistémologie, français et étrangers.

Tous les travaux du colloque (séances plénières et ateliers) se dérouleront à Orléans, sur le campus de l’Université, dans les locaux de la faculté de Droit, Economie et Gestion (Aile Sully).

Mél du comité d’organisation : Christophe.Lavialle@univ-orleans.fr

Secrétariat : aurelie.pierrel@univ-orleans.fr

Gestion – Comptabilité, inscriptions : carole.turpin@univ-orleans.fr

Adresse postale :

Laboratoire d’Economie d’Orléans, « Colloque Charles Gide »
c/o Aurélie Pierrel.,

Université d’Orléans, UFR Droit, Economie et Gestion

Rue de Blois, BP 6739, 45067 Orléans Cedex 2

 

Site web : www.univ-orleans.fr/leo/teos/gide.html

 

Appel à communications

 

Nos sociétés modernes n’ont cessé de se questionner sur la place et le sens du travail. Cette très ancienne question est récemment encore réapparue dans le débat public.

Une mise à distance par l’histoire des faits et de la pensée économiques peut permettre de décentrer notre regard du vécu immédiat pour resituer le débat sur le travail dans l’univers riche et complexe des possibles. Revisiter à ce sujet les auteurs classiques ou plus contemporains, analyser leurs interrogations relatives à l’action, au faire, à l’effort, à l’œuvre et au travail, est une voie privilégiée pour interroger le devenir de nos sociétés.

 

Trois grands thèmes pourront notamment être abordés :

 

L’émergence du travail comme catégorie économique

Une part importante des débats contemporains porte sur la place du travail comme vecteur privilégié de socialisation. Peut-il dans ce cadre être réduit à une catégorie exclusivement économique ? On pourra dans ce cadre se pencher sur la place du travail comme fondement de la richesse des nations et source de la valeur, des mercantilistes aux classiques, mais aussi sur les rapports de la notion de travail avec la « question sociale » et l’émergence de la pensée socialiste, ainsi que sur l’ambivalence de cette notion, vecteur tout à la fois d’aliénation, de socialisation et de subjectivation …

 

Le travail comme catégorie marchande

Dans la théorie économique standard, le travail est d’abord pensé comme marchandise. Au cours de ces vingt dernières années, on a d’ailleurs assisté, à la faveur de la vague néo-libérale à sa « re-marchandisation ». Une mise en perspective historique permettra de relativiser l’objectivité et la naturalité de cette représentation.

 

Le travail par son absence : la catégorie de chômage

La « re-marchandisation »  de la catégorie de travail a aussi induit la « re-volontarisation » de celle de chômage, avec pour conséquence la « déconstruction » du concept macro-économique, tel qu’il avait été conçu par la tradition keynésienne. L’intuition de « l’involontarité » du chômage, qui sous-tend le concept macro-économique, doit-elle nécessairement s’appuyer sur une posture « hétérodoxe » fondée sur le refus de la réduction du travail à une pure catégorie marchande ?

 

Un colloque pluri-disciplinaire

De telles réflexions supposent le croisement de champs disciplinaires diversifiés. Aujourd’hui comme hier, l’interrogation sur le travail, sa place et sa signification, dépasse de très loin la seule économie politique. Ce colloque a donc vocation à être pluridisciplinaire. Outre les économistes, il s’adresse aux historiens, aux sociologues, aux anthropologues, aux philosophes, aux statisticiens, aux démographes, aux juristes,…

 

Echéancier (nouvelles dates)

 

Les projets de communication de 3 pages environ (et de cinq pages au maximum) seront reçus jusqu’au 15 novembre 2007 dernier délai, exclusivement par courrier électronique  aux deux adresses suivantes : Christophe.Lavialle@univ-orleans.fr et gide.2007@gmail.com avec comme intitulé de message « proposition Gide 2007 ».

 

L’examen des projets par le comité scientifique aura lieu fin novembre 2007. La liste des projets retenus sera diffusée courant décembre 2007.

 

Le texte définitif de la communication devra être envoyé (par courrier électronique aux mêmes deux adresses) avant le 31 mars 2008, en format Word (.doc) ou pdf.

 

Comité scientifique

 

Arnaud Berthoud (Université de Lille 1)

Annie L. Cot (Université de Paris 1)

Michel De Vroey (Université de Louvain La Neuve, Belgique)

Gilles Dostaler (Université du Québec à Montréal, Canada)

Ghislain Deleplace (Université de Paris 8)

Georges Gallais-Hamonno (Université d’Orléans)

Bernard Gazier (Université de Paris 1 et Centre Cournot)

Jérôme Gautié (Université de Paris 1)

Gérard Gayot (Université de Lille 3)

Jacqueline Hecht (INED, Paris)

Christophe Lavialle (Université d’Orléans)

Thierry Martin (Université de Franche Comté, Centre Cournot)

Nikolay Nenovsky (Université de Sofia et Banque Nationale de Bulgarie)

Cyrille Piatecki (Université d’Orléans)

Christian Rietsch (Université d’Orléans)

Robert Salais (ENS Cachan)

Philippe Saucier (Université d’Orléans)

Yves Schwartz (Université de Provence)

Ramon Tortajada (Université Pierre Mendès France de Grenoble, président de l’ACGEPE)

François Vatin (Université de Paris X Nanterre)

________________________________________________

 

CHARLES GIDE ASSOCIATION FOR THE STUDY OF ECONOMIC THOUGHT

 

XIIth International Conference, Orléans, May 22-24, 2008

LEO (Laboratoire d’Economie d’Orléans) , laboratory associated with the CNRS (UMR CNRS n° 6221), organizes in Orléans  from May 22nd to the 24th, 2008, the International Conference: "An Exchange Views on Labour: Histories and Theories"

As part of the Biennial International Conference of the Charles Gide Association for the Study of Economic Thought (ACGEPE), whose organization was entrusted, by its Board of Directors, to Christophe Lavialle, director of the team “Labour, Employment, Organization and Knowledge” of LEO. This conference usually brings together approximately 150 specialists in History of Economic Thought and Epistemology, French and foreign.

All the sessions of the conference (plenary meetings and workshops) will take place in Orléans, on the campus of Orléans-La Source, in building Sully of the Faculty of Law, Economics and Business.

Email of the Steering Committee: Christophe.Lavialle@univ-orleans.fr

Secretary : Aurelie.Pierrel@univ-orleans.fr

Accounting and Financial administration: Carole.Turpin@univ-orleans.fr

Mailing Address :

Laboratoire d’Economie d’Orléans, « Colloque Charles Gide »
c/o Aurélie Pierrel.,

Université d’Orléans, UFR Droit, Economie et Gestion

Rue de Blois, BP 6739, 45067 Orléans Cedex 2

 

Website : www.univ-orleans.fr/leo/teos/gide.html

 

Call for Papers

 

Call for Papers

 

Our modern societies have continually wondered about ²the place and the meaning of Labour. This very ancient question has recently reappeared in public debate. History of Economic facts and of Economic Thought is obviously an essential way to distance our view on this topic from day-to-day experience, and to put the debate about Labour, its place and its meaning, back in its historical, social, economical and intellectual context.

Re-examining this topic in the light of works by classical or contemporary authors, analysing their queries about Action, Effort, Work and Labour, is then a privileged way to question the future of our societies.

 

Three main themes, among others, could be broached upon:

 

The emergence of Labour as an economic category

A major part of the contemporary debate revolves around Labour as an essential medium of socialisation. In this context, can Labour be confined to an exclusively economic category?

Then, we could here reanalyse the conception of Labour as the foundation of the wealth of Nations and as a source of value, from mercantilists to classical authors, but also the links between the notion of Labour on one hand, and the “social issue” and the emergence of socialist thought on the other hand. Finally we could go back over the ambivalence of Labour, source of alienation, socialisation and individuation at once.

 

Labour as a market category

In mainstream theory, Labour is thought as a commodity first. Moreover, during the last twenty years, a type of “re-commoditisation” of Labour by the neo-liberal wave has been observed. Putting this move in perspective from a historical point of view could give us the means to put to trial the objectivity and the natural character of this representation.

 

Lack of Labour: the notion of Unemployment

The so-called “re-commoditisation” of Labour has also entailed the idea of voluntary Unemployment and, consequently, the deconstruction of the macro-economic concept of (involuntary) unemployment, as it had been developed in the Keynesian tradition. Does this mean that the intuition that Unemployment is essentially an involuntary phenomenon has to be based on a heterodox posture which would refuse to reduce Labour to a pure market category?

 

A multi-disciplinary Conference

The above reflections call for the crossing of diversified disciplinary fields. Today, as in the past, questionings about Labour, its role and its meaning, go far beyond political economics. Then this conference has the vocation to be multi-disciplinary. Besides economists, it is intended for historians, sociologists, anthropologists, philosophers, statisticians, demographists, jurists,…

 

 

Schedule (new dates)

 

Abstracts of about 3 pages (not more than 5 pages) should reach the organisers by 15 November 2007, exclusively by e-mail, to the two following addresses: Christophe.Lavialle@univ-orleans.fr and gide.2007@gmail.com with, as a message heading, “proposition Gide 2007”

 

The examination of the abstracts by the scientific committee will take place in the end of November 2007. The list of selected abstracts will be announced in December 2007.

 

Full text of Papers will have to be sent (by e-mail to the same two addresses) by 31 March 2008, in word (.doc) or pdf format.

Catégories

  • Droit (Catégorie principale)

Lieux

  • Orléans, France (45)

Dates

  • jeudi 15 novembre 2007

Contacts

  • Christophe Lavialle
    courriel : Christophe [dot] Lavialle [at] univ-orleans [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Lavialle #
    courriel : Christophe [dot] Lavialle [at] univ-orleans [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Regards croisés sur le travail : histoire et théories », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 20 décembre 2006, http://calenda.org/192437