AccueilPeter Sloterdijk : à rebours de la modernité ?

*  *  *

Publié le jeudi 21 décembre 2006 par Corinne Cassé

Résumé

Peter Sloterdijk (1947- ) est l’auteur d’une œuvre qui, depuis quelques années, est de plus en plus remarquée. Logée à l’enseigne d’une critique de la modernité et de son sujet cynique en passe de mobiliser la planète entière dans la destructivité du mouvement pour le mouvement, l’œuvre a le souci de penser le lieu et le lien humain après l’écroulement de la Sphère-Une divine et des fantasmes politiques de l’Un. Fils renégat de l’école de Francfort dont il a tôt fait la critique en se plaçant sous le patronage de Nietzsche puis de Heidegger, les controverses récurrentes qui ponctuent le parcours de l’œuvre de Peter Sloterdijk sont souvent les épiphénomènes de ces manœuvres iconoclastes dans l’usage des canons, de cette lecture qui se réclame d’un commerce libre entre les idées. Les traumatismes provoqués dans et par la controverse autour du texte Règles pour le parc humain en 1999 sont l’illustration exemplaire de ce goût pour le risque de soi dans la lumière publique.

Annonce

Printemps 2007

La pensée de peter sloterdijk

Pour le numéro du printemps 2007 de la revue Horizons philosophiques, vous êtes invité(e) à faire parvenir au secrétariat de la revue un texte sur la thématique suivante :

Peter Sloterdijk (1947- ) est l’auteur d’une œuvre qui, depuis quelques années, est de plus en plus remarquée. Logée à l’enseigne d’une critique de la modernité et de son sujet cynique en passe de mobiliser la planète entière dans la destructivité du mouvement pour le mouvement, l’œuvre a le souci de penser le lieu et le lien humain après l’écroulement de la Sphère-Une divine et des fantasmes politiques de l’Un. Fils renégat de l’école de Francfort dont il a tôt fait la critique en se plaçant sous le patronage de Nietzsche puis de Heidegger, les controverses récurrentes qui ponctuent le parcours de l’œuvre de Peter Sloterdijk sont souvent les épiphénomènes de ces manœuvres iconoclastes dans l’usage des canons, de cette lecture qui se réclame d’un commerce libre entre les idées. Les traumatismes provoqués dans et par la controverse autour du texte Règles pour le parc humain en 1999 sont l’illustration exemplaire de ce goût pour le risque de soi dans la lumière publique.

Par delà ce texte très commenté qui a certainement lancé la pensée de l’auteur sur une orbite internationale, le prochain numéro de la revue Horizons philosophiques souhaite faire connaître l’œuvre qui se cache derrière le « phénomène Sloterdijk » et organiser un débat sur le sens et la valeur des réflexions de l’auteur pour comprendre notre époque. Pour ne pas occulter le rapport de contenu à contenant, la discussion souhaite autant interroger le dedans et le dehors de l’œuvre, c’est-à-dire tant sa signification philosophique que sociologique ou politique. Pour ce faire, les auteurs sont invités à mettre au jour les thématiques récentes de l’œuvre qui concourent à l’édification d’une phénoménologie anthropologique ainsi que les disputes qu’elles ont pu soulever. Œuvre centauresque, la pensée de Peter Sloterdijk unit la forme et le fond, la littérature et la philosophie et revendique hardiment le rôle d’un discours qui se décline publiquement, qui ne boude pas la sphère médiatique, qui ne lève pas le nez sur l’essai comme prose scientifique et qui ne fait pas sien l’impératif académique du penser petit pour se lancer dans le grand récit. Le pari est-il tenu ? Que signifie cet engouement pour une pensée résolument extra-académique à l’égard de la vieille université ? Quelle est la cartographie des lectures et des réceptions des thèses sloterdijkiennes ? En quoi l’auteur permet-il une réflexion renouvelée sur la contemporanéité ?

Réfléchir à l’œuvre de cet auteur émergent, c’est instiller une collaboration entre des chercheurs québécois et étrangers pour qui la contribution de l’œuvre de Peter Sloterdijk est significative. Ce numéro souhaite soutenir un dialogue entre la perspective sociologique et herméneutique dans l’étude de l’auteur de sorte à unir des perspectives qui cumulent tant le regard sur le « dedans » que le « dehors ».

Horizons philosophiques parrainera un colloque lors du congrès de l’ACFAS en mai 2007 à l’UQTR avec la participation des auteurs.

Les textes doivent être soumis au conseil de rédaction de la revue avant le 1er mars 2007. Prière de les faire parvenir par voie électronique (sauvegarde en format « .rtf » ou « .doc ») à l’adresse suivante :


couture.jean-pierre[@]courrier.uqam.ca

Catégories

Dates

  • jeudi 01 mars 2007

Contacts

  • Jean-Pierre Couture
    courriel : couture [dot] jean-pierre [at] courrier [dot] uqam [dot] ca

Source de l'information

  • Jean-Pierre Couture
    courriel : couture [dot] jean-pierre [at] courrier [dot] uqam [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Peter Sloterdijk : à rebours de la modernité ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 21 décembre 2006, http://calenda.org/192439