AccueilPenser la frontière

Penser la frontière

Clarification et mise à l'épreuve sociologique du concept de frontière

*  *  *

Publié le jeudi 11 janvier 2007 par Claire Lemercier

Résumé

Appel à communication en vue d'une journée d'étude sur la notion de frontière et son utilisation en sociologie, qui se déroulera à la Maison de la recherche de l'Université Paris-Sorbonne le 15 juin 2007

Annonce

Penser la frontière

Clarification et mise à l’épreuve sociologique du concept de frontière


La journée se déroulera à la Maison de la Recherche, Paris Sorbonne, 28 rue Serpente, 75006 Paris.

Propositions à adresser au comité d’organisation avant le 1er mars 2007.

Email : atelier-doctorants@yahoogroupes.fr

Depuis au moins une vingtaine d’années, le vocabulaire des sciences humaines et sociales s’est enrichi d’une myriade de notions renvoyant aux situations dans lesquelles différents mondes sociaux sont amenés à échanger des connaissances et des savoir-faire, à « faire des choses ensemble » (Becker, 1986) ou encore à délimiter leur territoire. Ainsi est-il fait usage, particulièrement dans le monde anglo-américain, de notions et d’expressions telles que « border zone » (Kolher, 2002), « boundary-object » (Star et Griesemer, 1989), « boundary-work » (Gieryn, 1995 ; Abbott, 1995), « trading zone » (Galison, 1997), etc. S’appliquant à une grande variété d’objets, ces notions participent d’un renouvellement des questionnements et des méthodes. Intermédiaires par essence, elles traversent également les frontières disciplinaires. On en trouve trace notamment dans les études sociales de la science et de la technologie, les sciences politiques, les sciences de la gestion, le management, les sciences de l’information et de la communication, les cultural studies, les études littéraires et poétiques. C’est peu dire que, dans ces conditions, cette polyphonie terminologique s’avère un signe de vitalité pluridisciplinaire.

Néanmoins, cette vertu ne doit pas masquer l’existence d’un certain flou sémantique et d’une relative indétermination épistémologique. S’il existe en sociologie des définitions et des mises au point didactiques (e.g. Gieryn, 1995 ; Bowker, Star, 1999), l’ensemble semble payer le prix de cet éclectisme. Par ailleurs, cette instabilité a des conséquences importantes sur l’importation de ces concepts dans le cadre d’une sociologie francophone (Vinck, 1999) jusqu’alors relativement indifférente à ces développements. La réception passe dès lors par un double travail de traduction et d’explicitation qui n’est pas sans causer d’éventuelles distorsions et pertes d’information.

À partir de ce constat, cette journée d’étude organisée par les doctorants du Groupe de travail en sociologie de la connaissance de l’Université Paris-Sorbonne se fixe principalement deux objectifs. La journée s’organisera autour de deux axes principaux :

- la question de la clarification de ces nœuds conceptuels

- la mise à l’épreuve des concepts frontières, sur la base d’études de cas (relevant de tous les domaines sociologiques dans lesquels ces questions sont pertinentes), permettra ensuite d’apprécier l’intérêt et la portée de cet appareillage notionnel hétéroclite.

La journée d’étude, qui se déroulera le vendredi 15 juin 2007 à la Maison de la Recherche de l’université Paris-Sorbonne, se veut un espace pour ainsi dire « interstitiel », une zone de contact donnant l’occasion aux jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants) d’échanger, de mettre en partage, de confronter les points de vue. Organisée sous l’égide du Centre d’Études Sociologiques de la Sorbonne, cette journée d’études est également parrainée par un comité scientifique.

Les projets de communication (de 3000 à 5000 signes environ) doivent être envoyés avant ler mars 2007 à l’adresse suivante : atelier-doctorants@yahoogroupes.fr. Les notifications d’acceptation seront données le 23 mars.


Références citées

A. Abbott, “Things on boundaries”, in Social Research, 62, 4, 1995, pp. 857-882.

H. Becker, Doing Things Together: Selected Papers, Evanston (IL), Northwestern University Press, 1986.

G. C. Bowker, S. L. Star, Sorting Things Out: Classification and Its Consequences, Cambridge (MA), MIT Press, 1999.

P. Galison, Image and Logic: A Material Culture of Microphysics, Chicago, Chicago University Press, 1997.

T. Gieryn, “Boundaries of Science”, in S. Jasanoff, G. Markle, J. Peterson, T. Pinch (eds.), Handbook of Science and Technology Studies, London, Sage, 1995.

D. Vinck, « Les objets intermédiaires dans les réseaux de coopération scientifique. Contribution à la prise en compte des objets dans les dynamiques sociales », in Revue Française de Sociologie, XI(2): 385-414,1999.

Comité d’organisation :

Thomas Béraud, Renaud Debailly, Grégory Martinez, Arnaud Saint-Martin, Fiorella Vinci.

Comité scientifique:

Michel DUBOIS (CNRS)

Jean-Louis FABIANI (EHESS)

Terry SHINN (CNRS).

Catégories

Lieux

  • Paris, France

Dates

  • jeudi 01 mars 2007

Mots-clés

  • frontière

Contacts

  • GTSC Paris 4 ~
    courriel : atelier-doctorants [at] yahoogroupes [dot] fr

Source de l'information

  • GTSC Paris 4 ~
    courriel : atelier-doctorants [at] yahoogroupes [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Penser la frontière », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 11 janvier 2007, http://calenda.org/192502