AccueilLa Querelle des Anciens et des Modernes en musique au XVIIe siècle

*  *  *

Publié le jeudi 25 janvier 2007 par Corinne Cassé

Résumé

Ce séminaire de recherche interroge le rapport dynamique entre Anciens et Modernes dans le domaine du discours sur la musique, du point de vue de la distance qu’il prend vis-à-vis de l’héritage théorique du passé, tant dans le domaine de la théorie que dans son interrelation avec la pratique musicale contemporaine. Si ce comparatisme est inhérent à la mise en place d’un discours normatif, le tour que prend la question au XVIIe siècle est particulier, à la fois lié à la réorganisation de l’ordre du savoir, à la restructuration du domaine de la théorie musicale et à l’émergence de pratiques nouvelles. Le statut des Anciens fait l’objet de diverses manipulations, alors que certains Modernes supportent de moins en moins ce poids subi.

Annonce

Ce séminaire de recherche interroge le rapport dynamique entre Anciens et Modernes dans le domaine du discours sur la musique au xviie siècle. Ce discours sera étudié du point de vue de la distance qu’il prend vis-à-vis de l’héritage théorique du passé : des stratégies d’appropriation de cet héritage et de ses transformations, tant dans le domaine de la théorie que dans son interrelation avec la pratique musicale contemporaine.

Si l’opposition entre Anciens et Modernes est inhérente à la mise en place d’un discours normatif, le tour que prend la question au xviie siècle est particulier, à la fois lié à la réorganisation de l’ordre du savoir, à la restructuration du domaine de la théorie musicale et à l’émergence de pratiques nouvelles (telle la seconda prattica). Caution autrefois irréfutable, défi syllogistique, le statut des Anciens fait l’objet de diverses manipulations, alors que certains Modernes supportent de moins en moins ce poids subi, en deçà et au delà (chronologiquement et géographiquement) de la “Querelle” des années 1680.

Musicologues, philosophes et historiens des sciences réexamineront le corpus, les enjeux et les problématiques liés à ce comparatisme dans le domaine du discours sur la musique, autour d’interventions brèves qui laisseront une part essentielle à la discussion.

 

Dalla Porta d’Oriente

Le concert qui inaugurera ce séminaire, tracera un chemin baroque inédit, celui de la musique de la cour ottomane. Au xviie siècle, ambassadeurs, voyageurs et savants reviennent d’Orient avec des échantillons musicaux, des instruments de musique, des manuscrits et des miniatures décrivant la vie musicale dans l’empire Ottoman du xviie siècle et participent alors à la mode des « turqueries ». Pas encore tout à fait dans une approche ethnologique, philosophes et théoriciens de la musique interrogent ces découvertes dans la perspective d’y retrouver des traces de ce « paradis perdu » de la musique grecque, dont il s’agissait d’identifier, pour se les approprier, les vertus expressives singulières, propres à l’idéal antique. De leur côté, les sultans ottomans, sensibles aux goûts artistiques et à la mode des cours européennes, accueillent à Istanbul les musiciens européens afin d’importer le style des Modernes

 

· brochure

· informations et documents de travail

· communiqué de presse du concert

· comunicato stampa concerto

 

Programme

9h30 · Les enjeux d'une tension / France-Allemagne-Angleterre-Italie

Modérateur : Nicolas Meeùs

Philippe Vendrix (Centre d’études supérieures de la Renaissance - CNRS)

Du progrès ou du paradis perdu ? Conséquences de la mise en crise théorique du modèle antique dans le discours sur la musique (Vicentino, Danckerts)

Guido Mambella (Università di Bologna ; université de Strasbourg)

La musica perfetta: Zarlino alle origini della Querelle

 Peter Hauge (Det Kongelige Bibliotek, Danemark)

Updating music theory in 17th-century England: discussions between musicians and natural philosophers of the Royal Society

 Rudolf Rasch (Universiteit Utrecht)

Redéfinition du théoricien : l’exemple d’Andreas Werckmeister, traditionnel-spéculatif et moderne-pratique

 Nicolas Meeùs (Université de Paris IV-Sorbonne)

Les théoriciens de la tonalité étaient-ils des Modernes ?

 Première synthèse et discussion

André Charrak (Université de Paris I)

Entre philosophie de la musique et théorie musicale : fortune et déplacements de la querelle au xviiie siècle

 
15h · La Querelle et la recomposition des modèles

 
Modérateur : Philippe Vendrix

Anne Piéjus (Institut de recherche sur le patrimoine musical en France - CNRS)

Tradition et rupture vues de Rome : quels enjeux pour quelle « modernité » ?

Théodora Psychoyou (Académie de France à Rome)

La Querelle dans les mutations de ses termes (théoriciens versus praticiens, Français versus Italiens…)

 Jean Duron (Centre de musique baroque de Versailles)

La création de l’opéra : le genre lyrique face à ses modèles

 Raphaëlle Legrand (Université de Paris IV-Sorbonne)

L’opéra après Lully : un modèle en question (Lecerf, Dubos)

 

Conclusions et discussion

Jacqueline Lichtenstein (Université de Paris IV-Sorbonne)

Le comparatisme Anciens-Modernes dans ses différentes manifestations (musique, lettres, peinture) : enjeux communs et spécificités

Lieux

  • Académie de France à Rome - Villa Médicis (viale Trinità dei Monti, 1)
    Rome, Italie

Dates

  • vendredi 23 février 2007

Mots-clés

  • Querelle des Anciens et des Modernes, musique, comparatisme, théorie musicale

Contacts

  • Théodora Psychoyou
    courriel : theodora [dot] psychoyou [at] paris-sorbonne [dot] fr
  • Agnes Colmache
    courriel : agnes [dot] colmache [at] villamedici [dot] it

Source de l'information

  • Théodora Psychoyou
    courriel : theodora [dot] psychoyou [at] paris-sorbonne [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La Querelle des Anciens et des Modernes en musique au XVIIe siècle », Séminaire, Calenda, Publié le jeudi 25 janvier 2007, http://calenda.org/192585